N'ÉTAIT, N'EÛT ÉTÉ

The Guide fédéral de jurilinguistique législative française is a collection of articles dealing exclusively with issues in the drafting of French legislative texts. The very nature of the work causes it to be available in French only.

On voit parfois se glisser après les verbes « n'était » et « n'eût été » la préposition « de » :

N'était «de» l'article 5, le demandeur aurait droit à une indemnité supplémentaire.

Comme il s'agit d'une simple inversion du sujet et du verbe, cette préposition est incorrecte.

« N'était » et « n'eût été » signifient « si ce n'était », « s'il n'y avait » et « si ce n'avait été », « s'il n'y avait pas eu ».

Selon Hanse, « N'était, n'eût été […] peuvent s'accorder avec le pluriel qui suit — c'est plus fréquent — ou être assimilés à des prépositions ou considérés comme des locutions figées et rester invariables :

N'étaient (n'était) ses cheveux blancs, on ne lui donnerait pas cet âge. »

« N'était » s'emploie en principe pour des faits situés dans le présent, alors que « n'eût été » s'emploie pour des faits passés :

N'était le mouvement léger de sa jambe, on croirait qu'il dort.

La locataire aurait eu droit à une réduction, n'eût été le niveau de son revenu.

Il ne faut pas oublier de respecter la concordance des temps. Comme l'illustrent bien les deux exemples qui précèdent, « n'était » est accompagné d'un conditionnel présent (croirait), tandis que « n'eût été » est accompagné d'un conditionnel passé (aurait eu). Il ne faut pas oublier non plus l'accent circonflexe de « n'eût ».

Certains auteurs donnent le tour pour littéraire, voire archaïque, sans pour autant le condamner. On peut souvent remplacer « n'était » par « sans », « sauf », « abstraction faite de » et « en l'absence de », selon le contexte.

Sources

Table of Contents ]

Date modified: