Projet - «Youth Circles »

[ Table des matières ]

Aperçu

Le Youth Circles Project est un programme de déjudiciarisation conçu pour permettre aux jeunes âgés de 12 à 17 ans qui ont adhéré à des gangs ou qui sont soupçonnés de l'avoir fait, qui ont été accusés et qui seraient autrement détenus et sur lesquels les dispositions de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents et de la Loi sur la sécurité dans les écoles ont eu un effet défavorable, d'avoir un accès efficace à une justice réparatrice. Le Youth Circles Project a commencé en décembre 2006 et son financement a pris fin en mars 2009.

Contexte

Les cercles de conciliation s'inspirent de la tradition des cercles de la parole, fréquents chez de nombreux peuples autochtones dans les Amériques. Un objet donnant droit de parole, passé d'une personne à l'autre autour d'un cercle, régit le dialogue. Le Youth Circles Project a adapté la méthode des cercles à l'environnement urbain afin d'accueillir des participants provenant de tous les horizons culturels, ethniques et religieux. C’est un lieu sûr où des discussions difficiles peuvent avoir lieu.

Participation

Le tiers des 72 jeunes envoyés au projet (53 garçons et 19 filles) avaient adhéré à des gangs, étaient soupçonnés de l'avoir fait ou étaient à risque de le faire. En mars 2009, 44 jeunes avaient terminé le projet, 17 y participaient toujours et 11 ne l'avaient pas terminé (7 se sont retirés du programme et 4 ne remplissaient pas les critères d'admission au programme). Quelque 31 jeunes ont été dirigés vers le programme par le Service de probation dans le cadre d'une mesure extrajudiciaire, 20 ont été dirigés par leur avocat et les autres par un agent de probation, un avocat de la Couronne, un juge, une école ou un organisme communautaire. Plus de la moitié des jeunes n'avaient eu aucun contact préalable avec le système de Justice. Dans leur immense majorité, les participants étaient blancs ou noirs et âgés de 15 à 17 ans. L'anglais était la langue préférée de tous les participants.

Fonctionnement

Le modèle des cercles de conciliation comporte le recours à un groupe multidisciplinaire de facilitateurs formés à cette fin. Le groupe est composé d'avocats bénévoles, de professionnels de la santé mentale, de membres de la collectivité et de jeunes qui travaillent ensemble afin de guider les jeunes admis au programme de sorte que ceux-ci fassent les choix qui leur permettront d'éviter le système de justice pénale.

Après avoir identifié un jeune comme un candidat éventuel, le conseiller à l'accueil évaluait l'admissibilité du jeune en tenant compte de certains facteurs comme la volonté du jeune de participer au cercle, le fait qu'il ait ou non obtenu la permission de ses parents et sa volonté et sa capacité de s'aider lui-même. Une série de rencontres de moindre envergure suivaient : des rencontres avec la famille, avec les enseignants et avec des amis permettaient au jeune de se familiariser avec la logique du processus. Par la suite, le cercle principal rassemblait l'ensemble des participants, soit le délinquant, la victime, leurs familles et le personnel du cercle, faisant ainsi du cercle un lieu sûr où tous les participants pouvaient exprimer leurs sentiments et progresser vers une solution acceptable pour tous. Contrairement au système de justice pénale, ce processus permettait de s'assurer que la victime et le délinquant ne restent pas campés sur leurs positions.

Évaluation

L'évaluation du programme, fondée sur des études de cas, des entrevues auprès des jeunes, des sondages auprès des participants au cercle et de la rétroaction du personnel, indique que le projet atteignait tous les objectifs fixés, y compris la création d'un plus grand sentiment d'appartenance dans la communauté, le rapprochement des victimes et des délinquants, la création d'un espace commun pour des gens provenant de divers horizons et le soulagement de la souffrance morale.

Les données recueillies révèlent également une réduction des ordonnances de détention avant procès chez les jeunes ayant suivi le programme étant donné leur déjudiciarisation, ainsi qu'une amélioration des compétences des jeunes participants en résolution de problèmes et de conflits. Cela signifie que le projet Youth Circles constitue effectivement une démarche multidisciplinaire viable et coopérative permettant la communication entre les jeunes, les organismes communautaires, le système de justice et les organismes connexes, les professionnels et les membres de la collectivité.

Recommandations

Le besoin d'effectuer une évaluation approfondie des résultats, eu égard à l'efficacité du Youth Circles Project, et le besoin d'obtenir un financement stable à long terme, ont été relevés. Les instruments suggérés dans le cadre de cette étude longitudinale comprennent des outils de filtrage et d'évaluation, des systèmes de suivi et de surveillance, des mesures de résultats et des réseaux de gestion de cas informatisés.

[ Table des matières ]

Date de modification :