Consultations sur l’aide médicale à mourir – Résumé des résultats et des principales constatations

Annexe I : Analyse des médias De septembre 2014 à novembre 2015

Table des matières

Résumé

  • Du 1er septembre 2014 au 22 novembre 2015, 8 939 articles sur l'aide médicale à mourir ont été publiés dans les médias, pour une circulation combinée de 654 236 718.
  • Bien que nombre d'entrevues diffusées aient porté sur le sujet, il n'en est pas tenu compte dans ce rapport.
  • Trente-cinq pour cent des articles ont été publiés en février 2015, à la suite de la décision rendue par la Cour suprême sur l'aide médicale à mourir. Une grande part de ces articles rapportaient les réactions de politiciens et de groupes d'intérêts.
  • Il y a eu un léger sommet en octobre 2014, au moment où la Cour suprême s'apprêtait à entendre les plaidoiries dans l'affaire Carter c. Canada concernant l'interdiction de l'aide médicale à mourir. La formation du comité d'experts a quant à elle causé un sommet soutenu d'août à septembre 2015.
  • Alors que la couverture était essentiellement neutre dans l'ensemble, les opinions étaient plus divisées à propos de l'aide médicale à mourir en soi.
  • Globalement, les opinions concernant le Comité étaient neutres à 90 pour cent, tandis que les opinions sur l'aide médicale à mourir étaient neutres à 53 pour cent.
  • Deux journaux - le National Post et l'Ottawa Citizen - figurentdans la liste des dix organes de presse les plus prolifiques autant pour leur édition imprimée que pour celle en ligne.
  • La journaliste la plus prolifique, Sharon Kirkey, de Postmedia News, a publié quatre fois plus d'articles que le second journaliste au classement, Michael Den Tandt de l'Ottawa Citizen. Sharon Kirkey a beaucoup écrit sur l'enjeu que représente l'aide médicale à mourir et ses articles ont été repris dans les publications du réseau de Postmedia.

Méthodologie

Objectif

Ce rapport présente un examen de la couverture médiatique consacrée à l'aide médicale à mourir de septembre 2014 à novembre 2015 inclusivement.

Contenu

Les articles relatifs à l'aide médicale à mourir ont été récoltés dans les médias imprimés et en ligne par les modules de surveillance des médias de MediaMiser.

Couverture générale

Ton

Un échantillonnage d'articles a été analysé manuellement pour dégager le ton des opinions exprimées sur l'aide médicale à mourir ainsi que sur le comité externe et le processus de consultation.

L'échelle de classement suivante a été utilisée :

Point ajouté : L'article appuie ou est en faveur de l'aide médicale à mourir, du processus de consultation ou des membres du comité;

Point perdu : L'article critique ou est contre l'aide médicale à mourir, le processus de consultation ou les membres du comité;

Neutre : L'article est purement factuel et n'exprime aucune opinion.

Tendance de couverture

Figure 1 - title
Description de la figure 1

*Ce graphique illustre les tendances en matière de couverture médiatique en ce qui concerne les articles consacrés à l'aide médicale à mourir. Le graphique montre le nombre d'articles publiés et leur circulation, par mois, de septembre 2014 à novembre 2015. On constate un sommet d'articles en février 2015, quand la Cour suprême a aboli l'interdiction relative à l'aide médicale à mourir. Il y a également un sommet en août 2015, lorsque le comité externe sur l'aide médicale à mourir a soutenu que ses membres avaient été choisis pour être objectifs.

Le nombre d'articles et leur circulation par mois sont les suivants :

Date Nombre d'articles Circulation
sept. 14 183 13 901 106
oct. 14 685 49 272 217
nov. 14 248 15 854 301
déc. 14 276 22 308 416
janvier 15 285 27 547 924
février 15 3 238 209 905 409
mars 15 372 33 729 850
avril 15   79 9 269 471
mai 15   53 6 308 950
juin 15 154 14 982 888
juillet 15 460 29 954 964
août 15 576 46 462 814
sept. 15 400 42 787 318
oct. 15 948 72 783 187
nov. 15 982 59 167 903
  • Sur une période de près de quinze mois, 8 939 articles sur l'aide médicale à mourir ont été publiés au Canada, pour une circulation combinée de 654 236 718. Trente-cinq pour cent des articles ont été publiés lors du sommet de février 2015. Il y a également eu deux plus petits sommets, en octobre 2014 ainsi que d'août à novembre 2015.
  • Le sommet de février 2015 était motivé par la décision rendue par la Cour suprême sur l'aide médicale à mourir et incluait des réactions de politiciens et de groupes d'intérêts, notamment des demandes en vue d'une discussion ouverte sur le sujet (« Nova Scotia Premier Stephen McNeil wants national discussion on doctor assisted death », CTV News [en ligne], 12 février 2015) et des dénonciations de la décision (« Assisted suicide testifies to a society that has grown cold », Western Catholic Reporter [en ligne], 17 février 2015).
  • Le léger sommet d'octobre 2014 est survenu quand la Cour suprême a entendu les défis liés à l'interdiction de l'aide médicale à mourir (« Suicide assisté - La "patate chaude" entre les mains de la Cour suprême », Le Devoir, 1er octobre 2014).
  • Le sommet continu d'août à septembre 2015 faisait suite à la formation du comité d'experts et à la mise en cause de l'indépendance du comité (« Federal assisted-death panel defends independence as group travels to Europe », Penticton Herald [en ligne], 31 août 2015).

Types de publication

Figure 2 - title
Description de la figure 2

Ce graphique circulaire répartit les pourcentages globaux d'articles sur l'aide médicale à mourir selon trois types de publications. 77 % des articles provenaient de sites Web de nouvelles, 22 % de publications imprimées et 1 % de blogues.

Principaux organes de presse

Figure 3 - title
Description de la figure 3

*Ce diagramme à bandes indique le nombre total d'articles sur l'aide médicale à mourir publiés par les organes de presse les plus prolifiques. Il recense 10 organes de presse et montre le nombre d'articles publiés par chacun.

Le nombre d'articles publiés par chacun des principaux organes de presse était le suivant :

Organe de presse Articles
National Post 201
CBC News (en ligne) 196
Toronto Star (en ligne) 131
LifeSite (en ligne) 127
Global News (en ligne) 104
Ottawa Citizen (en ligne) 104
CTV News (en ligne) 102
National Post (en ligne) 100
Ottawa Citizen 99
Saskatoon StarPhoenix 97
  • Deux journaux - le National Post et l'Ottawa Citizen - figurentdans la liste des dix organes de presse les plus prolifiques autant pour leur édition imprimée que pour celle en ligne.
  • Au 4e rang, le LifeSite (en ligne), est le seul organe de presse en ligne à ne pas être lié à une autre source d'informations.
  • La journaliste la plus prolifique, Sharon Kirkey, de Postmedia News, a publié quatre fois plus d'articles que le second journaliste au classement, Michael Den Tandt de l'Ottawa Citizen. Sharon Kirkey a beaucoup écrit sur l'enjeu que représente l'aide médicale à mourir et ses articles ont été repris dans les publications du réseau de Postmedia.

Principaux journalistes

Figure 4 - title
Description de la figure 4

*Ce diagramme à bandes indique le nombre total d'articles sur l'aide médicale à mourir publiés dans les médias par les journalistes les plus prolifiques. Il recense 10 journalistes, leur organe de presse respectif, et montre le nombre d'articles publiés par chacun.

Le nombre d'articles publiés par chacun des principaux journalistes était le suivant :

Journaliste Articles
Sharon Kirkey - Postmedia News 336
Michael Den Tandt - Ottawa Citizen 77
Andrew Coyne - National Post 75
Sheryl Ubelacker - The Canadian Press 58
Ian Macleod - Ottawa Citizen 53
Kristy Kirkup - The Canadian Press 51
Bruce Cheadle - The Canadian Press 50
Alex Schadenberg - National Post 44
Jonathan Charlton - Saskatoon StarPhoenix 43
Joan Bryden - The Canadian Press 40

Diagramme 1 - Opinions sur le comité et le processus de consultation

Figure 5 - title
Description du diagramme 1

Ce graphique circulaire illustre le pourcentage global d'articles évalués comme exprimant une opinion positive, neutre ou négative par rapport au Comité externe et/ou au processus de consultation. Une opinion « positive » correspond au pourcentage d'articles qui étaient en faveur du processus de consultation ou du Comité. Une opinion « négative » correspond au pourcentage d'articles qui étaient critiques par rapport au processus de consultation ou aux membres du Comité. Une opinion « neutre » correspond au pourcentage d'articles qui ne se classaient pas dans les catégories « positive » ou « négative ».

Les résultats se répartissaient comme suit : 90 % neutres, 7 % négatifs et 3 % positifs.

Pour : Appuie ou est en faveur du processus de consultation ou des membres du comité
Contre : Critique ou est contre le processus de consultation ou les membres du comité

  • Alors que la couverture était essentiellement neutre dans l'ensemble, les opinions étaient plus divisées à propos de l'aide médicale à mourir en soi.
  • Globalement, les opinions concernant le comité étaient neutres à 90 pour cent.
  • Les opinions sur l'aide médicale à mourir étaient neutres à 53 pour cent (diagramme 2).
  • Des exemples d'articles à la fois pour et contre l'aide médicale à mourir sont présentés ci-dessous. Les opinions sur l'aide médicale à mourir et sur le comité seront examinées par mois dans les pages qui suivent.

Diagramme 2 - Opinions sur l'aide médicale à mourir

Figure 6 - title
Description du diagramme 2

* Ce graphique circulaire illustre le pourcentage global d'articles évalués comme étant pour, neutres ou contre l'aide médicale à mourir. Une opinion « pour » correspond au pourcentage d'articles qui appuyaient ou étaient en faveur de l'aide médicale à mourir. Une opinion « contre » correspond au pourcentage d'articles qui étaient critiques ou contre l'aide médicale à mourir. Une opinion « neutre » correspond au pourcentage d'articles qui ne se classaient pas dans les catégories « pour » ou « contre ».

Les résultats se répartissaient comme suit : 53 % neutres, 30 % pour et 17 % contre.

Pour : Appuie ou est en faveur de l'aide médicale à mourir
Contre : Critique ou est contre l'aide médicale à mourir

Articles pour :

  • « B.C. woman wants to be first in Canada to receive doctor-assisted death », Sudbury Star (en ligne), 11 février 2015
  • « Steven Fletcher: We need physician-assisted death and palliative care », Vancouver Province, 6 juin 2015

Articles contre :

  • « Margaret Somerville: Rejecting euthanasia and respecting the secular spirit », National Post (en ligne), 27 octobre 2014
  • « Doctor-assisted suicide: Who does the killing? », Vancouver Sun (en ligne), 10 février 2015

Opinions exprimées dans les médias relativement à l'aide médicale à mourir (de septembre 2014 à juin 2015)

Figure 7 - title
Description de la figure 7

* Ce diagramme à bandes cumulatif illustre les pourcentages d'articles évalués comme exprimant une opinion pour, neutre ou contre l'aide médicale à mourir à chaque mois entre septembre 2014 et juin 2015. Une opinion « pour » correspond au pourcentage d'articles qui appuyaient ou étaient en faveur de l'aide médicale à mourir. Une opinion « contre » correspond au pourcentage d'articles qui étaient critiques ou contre l'aide médicale à mourir. Une opinion « neutre » correspond au pourcentage d'articles qui ne se classaient pas dans les catégories « pour » ou « contre ».

Les pourcentages d'articles qui, chaque mois, exprimaient une opinion pour, neutre ou contre étaient les suivants :

  Pour Neutre Négative
sept. 14 50 % 35 % 15 %
oct. 14 56 % 25 % 19 %
nov. 14 41 % 46 % 13 %
déc. 14 55 % 30 % 15 %
janvier 15 31 % 65 % 4 %
février 15 45 % 38 % 17 %
mars 15 32 % 51 % 18 %
avril 15 14 % 57 % 29 %
mai 15 13 % 50 % 38 %
juin 15 14 % 86 % 0 %

Note : Les articles qui figurent dans cette section ont été sélectionnés de manière à fournir des exemples des articles les plus frappants du mois, en prêtant attention aux articles non neutres. Dans les mois où il y avait un pourcentage pour ou contre particulièrement élevé, les articles ont été choisis pour donner des exemples de ce qui a mené à ce pourcentage.

Septembre 2014

  • Sara Fox, la fille d'une dame de la Colombie-Britannique ayant rédigé une lettre publique avant de s'enlever la vie, s'est prononcée en faveur de l'aide médicale à mourir dans un article abondamment repris dans le réseau. « Certainly, assisted suicide doesn't lead to more deaths. We're all going to die anyway », écrivait-elle. « It doesn't lead to more deaths but it could lead to less suffering » (« "Ethically, this seems to me the right thing to do": Wrenching suicide of B.C. woman with dementia spurs euthanasia debate », National Post [en ligne], 1er septembre 2014).
  • Dans un texte d'opinion du Hamilton Spectator, Daniel Opperwall s'est exprimé contre l'aide médicale à mourir : « Advocates of euthanasia are compassionate people, but they've missed something: there is meaning in suffering. No human life, however agonized, is devoid of significance » (« There is meaning in suffering », Hamilton Spectator [en ligne], 20 septembre 2014).

Octobre 2014

  • C'est en octobre qu'il y a eu la plus grande proportion d'articles en faveur de l'aide médicale à mourir, alors que ses partisans s'exprimaient en même temps que la Cour suprême entendait les défis liés à son interdiction.
  • Lors d'un rallye tenu à Edmonton, Al Hancock, porte-parole de Dying With Dignity Canada, a parlé du décès de sa mère : « The end of life doesn't have to be terrible, it can be beautiful if you are given that choice. My mother would have been horrified to see the way she died » (« "I have to have some options ": Advocates march for death with dignity », Calgary Herald [en ligne], 15 octobre 2014).
  • Dans nombre d'articles, les personnes entendues par la Cour suprême étaient citées, y compris Joseph Arvay, l'avocat principal des requérants : « Assisted dying should only be allowed in the most serious cases and not just because somebody wants to; it's because their condition is not going to get any better » (« Supreme Court confronts right-to-die question », Metro News [en ligne], 15 octobre 2015).

Novembre 2014

  • La position personnelle du député Steven Fletcher dans le débat sur l'aide médicale à mourir a fait l'objet d'un article en novembre. Steven Fletcher a réfuté l'idée qu'une loi sur le droit de mourir dévaluerait la vie des handicapés : « I'm disabled. I'm as disabled as you can get. But I don't think my life is going to be in any way diminished because, in the hospital down the street, there's less suffering » (« Steven Fletcher's Mission; MP's push for legislation on right to die is deeply personal », Montreal Gazette, 22 novembre 2014).

Décembre 2014

  • Les articles de décembre étaient en faveur de l'aide médicale à mourir à 55 pour cent. Il a été question d'un sondage d'Angus Reid Institute révélant que les Canadiens donnaient leur appui au sujet : « Of all the controversial issues you could name, this is the least controversial », a révélé Arthur Schafer, directeur du Centre d'éthique appliquée et professionnelle de l'Université du Manitoba (« Canadians support assisted dying, poll finds », Montreal Gazette, 17 décembre 2014).

Janvier 2015

  • Dans le mois précédant la décision de la Cour suprême, dans le cadre d'une série d'articles intitulée « Exit Strategies » publiée dans le National Post, Alain Berard, qui est atteint de SLA, a été cité à propos de l'aide médicale à mourir : « I consider it as an option, like a feeding tube, or a tracheostomy. It's like a treatment for the end of life, when the illness is too difficult to cope with. When you say, you know what? I've had enough. I don't want to do this anymore » (« Exit strategy: "They want a promise from their doctor, that when they don't want to live, they can stop living" », National Post, 24 janvier 2015).

Février 2015

  • En février, de nombreuses réactions ont fait suite à la décision de la Cour suprême et au délai fixé pour l'adoption d'une loi : « We don't legislate to regulate how doctors withdraw life-saving treatment. Why must we legislate to regulate how they administer suicide? », demandait le professeur de droit Amir Attaran dans un texte sur le sujet (« No need for suicide legislation: academics », National Post, 27 février 2015).
  • L'avocat André Schutten s'est prononcé fermement contre l'aide médicale à mourir, écrivant : « When it comes to the right to life, a substantially minimized risk is an unacceptable risk. Innocent people will die and the state will be complicit in their deaths » (« André Schutten: Thanks to the SCC ruling, the state will be complicit in murder », National Post, 10 février 2015).

Mars 2015

  • Après la décision rendue par la Cour suprême, le Dr Chris Pengilly a rédigé un texte d'opinion en faveur de la décision, écrivant : « The advantages of this legislation are simple but immense. It will give control, and hence peace of mind, to patients who are facing progressive illness and helplessness when they know that they are able to end it if and when they feel ready » (« With safeguards, assisted suicide works », Victoria Times-Colonist, 20 mars 2015).

Avril 2015

  • Un article repris dans le réseau s'est penché sur certains enjeux liés à la formation des médecins en matière d'aide médicale à mourir : « There will be many complexities to this - it's not going to be a simple process - and whatever we teach our medical students will have to be congruent with the legal parameters », indiquait le Dr Richard Reznick, doyen de la Faculté des sciences de la santé à l'Université Queen's (« Canadian medical schools tackle assisted suicide », Calgary Herald, 2 avril 2015).

Mai 2015

  • C'est en mai qu'il y a eu le plus grande proportion d'articles contre l'aide médicale à mourir, mais il y a eu relativement peu d'articles dans les médias au total. Le principal sujet a été une motion d'initiative parlementaire permettant aux députés de voter librement sur les questions de conscience, ce qui a soulevé le débat sur le suicide assisté. Le député Ed Komarnicki a présenté la motion en disant : « There are issues of conscience, Supreme Court of Canada decisions, that deal with matters that are difficult and people have differences of views and differences of opinions on that » (« Upcoming right-to-die legislation prompts MPs to consider their voting rights », Ottawa Citizen [en ligne], 28 mai 2015).

Juin 2015

  • En juin, le gouvernement fédéral a énoncé la possibilité de reporter le délai prévu pour modifier la loi. « The legislative time frame to present a bill, to have it go through Parliament, and be seriously debated in Parliament at all its stages, I think would take us well beyond that February date », a déclaré le ministre de la Justice Peter MacKay (« Assisted suicide response needs more time », Metro News [en ligne], 16 juin 2015).

Opinions exprimées dans les médias relativement à l'aide médicale à mourir (de juillet 2015 à novembre 2015)

Figure 8 - title
Description de la figure 8

* Ce diagramme à bandes cumulatif illustre les pourcentages d'articles évalués comme exprimant une opinion pour, neutre ou contre l'aide médicale à mourir à chaque mois entre juillet 2015 et novembre 2015. Une opinion « pour » correspond au pourcentage d'articles qui appuyaient ou étaient en faveur de l'aide médicale à mourir. Une opinion « contre » correspond au pourcentage d'articles qui étaient critiques ou contre l'aide médicale à mourir. Une opinion « neutre » correspond au pourcentage d'articles qui ne se classaient pas dans les catégories « pour » ou « contre ».

Les pourcentages d'articles qui, chaque mois, exprimaient une opinion pour, neutre ou contre étaient les suivants :

  Pour Neutre Négative
juillet 15 24 % 64 % 12 %
août 15 32 % 49 % 19 %
sept. 15 23 % 61 % 16 %
oct. 15 19 % 59 % 22 %
nov. 15 9 % 79 % 11 %

Juillet 2015

  • Un comité d'experts chargé de conseiller le gouvernement a été formé en juillet. Les articles à propos du comité étaient habituellement neutres quant à l'aide médicale à mourir en soi, même si certains insistaient sur la nécessité de maintenir la décision de la Cour : « Whatever advice this panel might provide, it is clear that Parliament must not enact a law that creates barriers for those who wish to access their constitutional right to physician-assisted dying » écrivait Josh Paterson de l'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (« Harper government finally launches long-promised consultation on assisted dying », Canoe Inc., 18 juillet 2015).

Août 2015

  • Le questionnaire du comité sur l'aide médicale à mourir a été accusé de partialité par Wanda Morris, directrice générale de Dying with Dignity Canada, et des partisans de l'organisation : « The federal government has moved from inaction to obstruction », a-t-elle déclaré. « The questions are clearly designed not to elicit information, but to manufacture fear » (« Rights group decries federal survey on assisted suicide », The Globe and Mail, 29 août 2015).
  • L'Association médicale canadienne a publié un résumé de la consultation en ligne; des médecins y exprimaient diverses objections à prêter assistance à la mort et proposaient que les médecins ayant des objections réfèrent les patients à un tiers : « A lot of the physicians who oppose this find (referral) absolutely unacceptable », a déclaré le Dr Chris Simpson, président de l'AMC. Mais « we're trying to respect and advocate for everybody's point of view here » (« Assisted death an ethical minefield for doctors », Regina Leader-Post, 19 août 2015).

Septembre 2015

  • L'Assemblée des évêques catholiques du Québec, opposée à l'aide médicale à mourir, a publié un document destiné à servir de guide aux croyants : « Pourrait-il y avoir d'autres raisons pour lesquelles on voudrait avoir une loi comme ça au Québec? Est-ce que la seule raison, c'est vraiment pour soulager les patients? », demandait le cardinal Cyprien Lacroix (« Les évêques veulent contrer l'aide médicale à mourir », La Tribune [Sherbrooke], 30 septembre 2015).

Octobre 2015

  • Après les élections fédérales, des chefs religieux se sont réunis pour presser Justin Trudeau de mettre une loi en place : « On the basis of our respective traditions and beliefs, we insist that any action intended to end human life is morally and ethically wrong », écrivait le groupe dans une déclaration commune (« Faith group urges palliative care over assisted suicide », Ottawa Citizen, 20 octobre 2015).

Novembre 2015

  • La Coalition des médecins pour la justice sociale au Québec veut soumettre d'autres arguments à la Cour supérieure du Québec pour contester la loi sur les soins de fin de vie. Paul Saba affirme que l'aide médicale à mourir n'est pas un service de santé : « As a doctor, I can't accept something that is non-medical, non-scientific. It even goes against my code of ethics in Quebec. Under the code of ethics, if we have treatments to offer or an operation, we must always use the least dangerous » (« Doctors to contest end-of-life legislation in court », Montreal Gazette, 6 novembre 2015).
  • Le College of Physicians and Surgeons of Saskatchewan a adopté une nouvelle politique sur l'aide médicale à mourir en vue de la loi à venir : « We all have to make sure we get it right, because as early as Feb. 6, you may have somebody asking you for this service that you really need to know how to handle », a déclaré Mark Brown, le président de l'association médicale de la Saskatchewan (« Sask. docs set policy on assisted death », Saskatoon StarPhoenix, 21 novembre 2015).

Opinions sur le comité et le processus de consultation (de juillet 2015 à novembre 15)

Figure 9 - title
Description de la figure 9

* Ce diagramme à bandes cumulatif illustre les pourcentages d'articles évalués comme exprimant une opinion positive, neutre ou négative concernant le Comité externe fédéral et/ou le processus de consultation à chaque mois entre juillet 2015 et novembre 2015. Une opinion « positive » correspond au pourcentage d'articles qui appuyaient le processus de consultation ou le Comité. Une opinion « négative » correspond au pourcentage d'articles qui étaient critiques à l'égard du processus de consultation ou du Comité. Une opinion « neutre » correspond au pourcentage d'articles qui ne se classaient pas dans les catégories « positive » ou « négative ».

Les pourcentages d'articles qui, chaque mois, exprimaient une opinion positive, neutre ou négative étaient les suivants :

  Pour Neutre Négative
juillet 15 0 % 67 % 33 %
août 15 9 % 88 % 2 %
sept. 15 11 % 84 % 5 %
oct. 15 3 % 90 % 7 %
nov. 15 0 % 88 % 12 %
  • Les opinions concernant le comité d'experts étaient neutres en moyenne. Ce n'est qu'en juillet que les articles neutres ont baissé en-deçà de 80 pour cent.
  • C'est en septembre 2015 qu'il y a eu la plus grande proportion d'articles positifs, alors qu'on a traité du voyage d'étude du comité en Europe (« Canadian panel looking at assisted dying learns much from European experience », Hamilton Spectator [en ligne], 21 septembre 2015).
  • C'est en juillet 2015 qu'il y a eu la plus grande proportion d'articles négatifs, après que le comité fraîchement formé eut été accusé de partialité (« Ottawa stacks assisted-dying panel », Victoria Times-Colonist, 13 juillet 2015). Le ministre de la Justice, Peter MacKay, a également assuré aux Canadiens que les conclusions du comité ne lieraient pas nécessairement le gouvernement (« Panel won't dictate response: MacKay », Hamilton Spectator, 23 juillet 2015).

Opinions exprimées dans les médias par région à propos de l'aide médicale à mourir

Figure 10 - title
Description de la figure 10

* Ce diagramme à bandes cumulatif illustre les pourcentages globaux d'articles évalués comme exprimant une opinion pour, neutre ou contre l'aide médicale à mourir dans six régions du Canada. Une opinion « pour » correspond au pourcentage d'articles qui appuyaient ou étaient en faveur de l'aide médicale à mourir. Une opinion « contre » correspond au pourcentage d'articles qui étaient critiques ou contre l'aide médicale à mourir. Une opinion « neutre » correspond au pourcentage d'articles qui ne se classaient pas dans les catégories « pour » ou « contre ».

Les pourcentages d'articles qui, par région, exprimaient une opinion pour, neutre ou contre étaient les suivants :

  Pour Neutre Contre
National 30 % 50 % 21 %
Colombie-Britannique 36 % 52 % 12 %
Prairies 31 % 52 % 16 %
Ontario 32 % 56 % 13 %
Québec 20 % 62 % 18 %
Canada atlantique 24 % 53 % 24 %

Articles sur l'aide médicale à mourir par région

  • Une majorité d'articles publiés dans les diverses provinces portaient sur les enjeux nationaux. Certains articles à propos d'événements nationaux ont été repris dans plusieurs publications d'un réseau, par exemple relativement à la première audience devant la Cour suprême (« All eyes on Supreme Court this week as it hears assisted suicide appeal », Vancouver Province [en ligne], 13 octobre 2014).

Colombie-Britannique

  • La Colombie-Britannique a eu la plus grande proportion d'articles en faveur de l'aide médicale à mourir. Des articles locaux ont été consacrés à la mort de Gillian Bennet (« Dead at Noon: B.C. woman's public plea for assisted suicide spurs debate », Penticton Herald [en ligne], 1er septembre 2015). Cette histoire a également été reprise dans des publications à travers le pays.

Prairies

  • Les articles publiés dans les Prairies portaient sur l'expertise des médecins locaux en matière d'aide médicale à mourir (« Sask. docs set policy on assisted death », Saskatoon StarPhoenix, 21 novembre 2015) et les réactions locales à l'abrogation de l'interdiction de l'aide médicale à mourir (« Edmonton reaction mixed to Supreme Court of Canada's decision to strike down the ban on assisted suicide in Canada », Edmonton Sun [en ligne], 6 février 2015).

Ontario

  • Outre la grande couverture consacrée au sujet dans son ensemble, des articles locaux en Ontario ont notamment été consacrés à des patients en phase terminale révélant leur propre vie comme une preuve de la nécessité d'une loi (« "Devastated" MD sees need for an assisted-suicide law », Ottawa Citizen, 12 décembre 2014).
  • Plusieurs publications ontariennes ont également publié des articles à propos de la demande formulée par l'Association des infirmières et infirmiers autorisés de l'Ontario pour que ses membres soient consultés pour l'élaboration de lois concernant l'aide médicale à mourir (« Nurses' group wants say in assisted suicide legislation », Kingston Whig-Standard, 9 février 2015).

Québec

  • C'est au Québec qu'il y a eu la plus grande proportion d'articles neutres; il y a notamment eu des discussions sur la mise en œuvre et les frais par exemple (« How much do you charge to help someone die? », Montreal Gazette, 7 octobre 2015). Les préoccupations religieuses ont également fait partie des sujets abordés au Québec (« Les évêques veulent contrer l'aide médicale à mourir », La Presse, 30 septembre 2015).

Canada atlantique

  • La couverture au Canada atlantique était la plus équilibrée entre pour et contre. Le premier ministre de la Nouvelle Écosse a invité la population à tenir une discussion sérieuse après l'annonce de la décision de la Cour suprême en faveur de l'aide médicale à mourir (« McNeil: Public should discuss assisted death », Halifax Chronicle-Herald, 1er février 2015).

Principales régions

Figure 11 - title
Description de la figure 11

*Ce diagramme à bandes illustre le nombre total d'articles sur l'aide médicale à mourir publiés dans les principales régions du Canada. « National » correspond aux articles provenant d'organes de presse nationaux par opposition aux organes de presse provinciaux ou territoriaux.

Le nombre total d'articles publiés dans chacune des régions était le suivant :

Région Total
Ontario 3 735
National 1 949
Colombie-Britannique 1 468
Alberta 856
Québec 710
Saskatchewan 571
Manitoba 281
Nouveau-Brunswick 108
Nouvelle-Écosse 73
Île-du-Prince-Édouard 31
Terre-Neuve-et-Labrador 27
Territoire du Yukon 19
Territoires du Nord-Ouest 3

À propos de MediaMiser

À propos de MediaMiser :

MediaMiser compte une clientèle très variée, allant de sociétés figurant sur la liste Fortune 500 à des entreprises en démarrage en passant par des ministères, qui font confiance à nos solutions Web de surveillance et d'analyse des médias. Ils comptent sur nous pour une analyse en temps opportun des médias sociaux et traditionnels générée par notre logiciel breveté, les options de rapports personnalisés proposées par notre équipe de services à la clientèle attentive et proactive, et notre soutien technique 24 heures sur 24. Nous transformons les nouvelles en connaissances pour nos clients au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Australie.

Date de modification :