LE LANGAGE GESTUEL ET L'ACCÈS À LA JUSTICE POUR LES PERSONNES SOURDES AU NUNAVUT

Remerciements

J'aimerais remercier sincèrement tous les participants à ce projet, y compris les nombreuses personnes qui y ont contribué à titre non officiel. Je me dois de remercier tout particulièrement les personnes sourdes du Nunavut et leurs familles, qui ont donné si généreusement de leur temps. Elles sont toutes des personnes très spéciales, et je ne peux qu'espérer que les résultats de ce projet justifieront leurs efforts. Janet McGrath a été d'une aide précieuse, grâce à ses conseils et à sa participation au sondage téléphonique. Je tiens également à remercier vivement John et Judy McGrath. Je suis également reconnaissant à Bonnie Destounis pour ses conseils éclairés et son encouragement.

Ce projet a pris forme au cours d'une série de réunions tenues à Iqualuit en août 1999. Ont participé à ces réunions : les docteurs Wayne Podmoroff et Doug Strater (Centre correctionnel de Baffin), Dr Susan Sammons et Alexina Kublu (Collège de l'Arctique), Pamela Clarke (ministère de la Justice du Canada) et Scott Clark (ministère de la Justice du Nunavut). Ont aussi été consultés au cours de ce projet : Denise Coulter (Hôpital régional de Baffin), Nancy MacDonald (Santé publique), Dan Page (Collège de l'Arctique), Mary-Rose Angoshadluk, Noah Tiktak, David Tiktak (Rankin Inlet), Rose- Tina Angnokak et Geetee Maniapiac (Pangnirtung), Billy Suwarak et Joe Kautow (Baker Lake).

Le Conseil du Nunavut pour les personnes handicapées (CNPH) a été d’un concours précieux. Ce nouvel organisme promet de faire beaucoup pour l'amélioration du bien-être général de toutes les personnes handicapées au Nunavut. Nous exprimons des remerciements particuliers à Meeka Kilabuk (directrice exécutive), pour ses vastes connaissances dans le domaine, et à Davidee Angnakak (président du Conseil), pour son soutien et son encouragement. J'ai entendu le message de soutien aux personnes sourdes, et j'ai également entendu un message clair relativement aux priorités qui ont été établies par le Conseil. De toute évidence, toutes les mesures qui pourraient éventuellement découler du présent rapport devront être envisagées dans le contexte des activités permanentes de ce nouvel organisme prometteur.

J’exprime ma reconnaissance au Secrétariat national à l'alphabétisation, Développement des ressources humaines Canada (DRHC), pour son soutien constant, au fil des ans, aux programmes d'alphabétisation des adultes dans le domaine de la surdité. Bon nombre des idées qui ont inspiré le présent projet découlent de ce travail préalable. En outre, le Bureau de la condition des personnes handicapées, également du DRHC, mérite des remerciements pour son encouragement constant et son soutien aux initiatives dans le domaine de la surdité et des déficiences. Les fonctionnaires de Justice Canada ont également fourni une aide précieuse à tous les stades du processus et ont exprimé de nombreuses idées originales et utiles.

Enfin, je remercie mon épouse, Michele, qui a grandement contribué à ce projet. Sans sa perspicacité et ses rapports chaleureux avec les personnes sourdes et leurs familles, ce projet n'aurait pas pu se concrétiser. Elle s'est également occupée de tous les aspects administratifs et de toute la logistique des déplacements - une tâche non négligeable dans le Nord au mois de mars. Ma fille, J. Paige, étudiante en anthropologie à l'Université Concordia, a également joué un rôle important dans la présente étude. Son travail auprès des personnes sourdes mayas au Mexique a aussi constitué une source d'inspiration. Mon fils Stuart a aussi fourni un encouragement et un soutien fort à propos. Je leur exprime toute ma gratitude.

Je tiens aussi à exprimer ma reconnaissance pour le soutien offert par le département de psychologie de l'Université McGill, et particulièrement par son président, Dr. A.A.J. Marley; l'Institut canadien de recherche et de formation sur la surdité; l'Institut de recherche et de développement en matière de réadaptation du Centre de réadaptation (Ottawa), particulièrement Debra Schleyer et Dorothyann Curran.

Tous les renseignements qui ont été recueillis n'ont pas été intégrés dans le présent rapport en raison de la portée restreinte du projet. Je tiens à rassurer tous ceux et celles qui ont exprimé des opinions et des idées au sujet de la surdité et des déficiences que leurs idées ne seront pas mises de côté.

Date de modification :