PROFIL INSTANTANÉ D'UNE JOURNÉE DES JEUNES AUTOCHTONES SOUS GARDE AU CANADA

Chapitre 1 Introduction

1.1 Introduction

Diverses études canadiennes indiquent que les jeunes Autochtones sont surreprésentés à toutes les étapes du processus de justice pénale. Dans de nombreuses administrations, la proportion des jeunes Autochtones sous garde dépasse largement leur représentation au sein de la population générale. Par conséquent, les esprits critiques affirment que le système de justice pénale ne répond pas aux besoins de ces jeunes [1].

La surreprésentation des jeunes Autochtones dans le système de justice pénale entraîne d'importantes difficultés à surmonter pour la Stratégie de renouvellement du système de justice pour les jeunes. L'équipe chargée de la politique de la justice pour les jeunes (EPJJ) de Justice Canada reconnaît qu'il faut des programmes communautaires stratégiques pour réduire le nombre de jeunes Autochtones dans le système. En vue d'atteindre cet objectif, les membres de l'EPJJ ont demandé aux responsables de la Division de la recherche et de la statistique de recueillir des renseignements permettant d'orienter les ressources financières et autres afin de réduire le nombre de jeunes Autochtones sous garde et de soutenir leur retour dans la société. Plus particulièrement, l'EPJJ a tenté à déterminer les faits suivants :

  • l'endroit où habitaient les jeunes Autochtones avant d'être accusés ou de commettre une infraction;
  • l'endroit où ils ont commis ou une infraction ou une présumée infraction;
  • l'endroit où ils prévoient se réinstaller après leur mise en liberté.

[1]Pour approfondir le sujet, reportez-vous aux ouvrages suivants : Fisher et Janetti (1991) « Aboriginal Youth in the Criminal Justice System », dans : Issues and Perspectives on Young Offenders in Canada . (éd.) John Winterdyk. Harcourt Brace Canada. Hamilton et Sinclair (1991), Report of the Aboriginal Justice Inquiry of Manitoba, volume 1 : The Justice System and Aboriginal People .

Date de modification :