PROFIL INSTANTANÉ D'UNE JOURNÉE DES JEUNES AUTOCHTONES SOUS GARDE AU CANADA

Chapitre 9 - Colombie-Britannique (suite)

9.2 Résultats

En Colombie-Britannique, il y avait 94 jeunes Autochtones sous garde (en milieu ouvert, en milieu fermé ou en détention provisoire) le jour du profil instantané. De toutes les provinces et tous les territoires, la Colombie-Britannique totalisait 8 % du nombre de jeunes Autochtones sous garde jour du profil instantané.

Les données du recensement de 1996 de Statistique Canada révèlent que 16 190 jeunes Autochtones âgés entre 12 et 18 ans vivent en Colombie-Britannique. Les jeunes Autochtones du profil instantané de la Colombie-Britannique représentaient moins de 1 % de cette population.

Le jour du profil instantané, on trouvait 9 établissements en Colombie-Britannique dans lesquels des jeunes Autochtones étaient admis. La province ayant le plus grand nombre d'établissements était l'Ontario (N = 109 ou 38 %), venaient ensuite la Saskatchewan (N = 50 ou 22 %), le Québec (N = 16 ou 7 %) et le Manitoba (N = 15 ou 7 %). Les établissements de la Colombie-Britannique représentaient 4 % du nombre total d'établissements dans tout le Canada dans lesquels étaient admis des jeunes Autochtones le jour du profil instantané.

La capacité opérationnelle totale (le nombre de places permanentes destinées aux jeunes dans chaque établissement) des établissements touchés par le profil instantané de la Colombie-Britannique était de 393 places. La Colombie-Britannique représentait 7 % de la capacité opérationnelle totale des établissements visés par le profil instantané au Canada (N = 5 797). Les jeunes Autochtones du profil instantané de la Colombie-Britannique occupaient un quart (25 %) du nombre total de places au sein des établissements participants dans cette province [1].

Les établissements de détention inclus dans la présente administration offraient différents types de garde (p. ex., milieu fermé, milieu ouvert, détention provisoire), étaient décrits différemment (p. ex., foyer collectif, centre de traitement et camp) et on indiquait si des jeunes de sexe masculin ou féminin y étaient gardés. En Colombie-Britannique, la plus forte proportion de jeunes Autochtones sous garde le jour du profil instantané se trouvaient en milieu ouvert (46 %), venaient ensuite les jeunes en détention provisoire (32 %) et ceux en milieu fermé (26 %) [2]. Parmi les 94 jeunes faisant partie du profil instantané de la Colombie-Britannique, 3 % (N = 3) purgeaient une peine combinée (p. ex., détention provisoire et en milieu fermé, détention provisoire et en milieu ouvert, ou en milieu ouvert et en milieu fermé). Parmi les 91 jeunes restants, la plus grande proportion purgeaient seulement une peine en milieu ouvert (46 %), venaient ensuite les jeunes qui purgeaient seulement une peine en détention provisoire (30 %) et ceux qui étaient seulement en milieu fermé (21 %) [3].

Le schéma 9.1 décrit le type d'établissements dans lesquels des jeunes Autochtones étaient inscrits le jour du profil instantané. En Colombie-Britannique, la formule la plus souvent utilisée pour décrire les établissements était camp de pleine nature (33 %), suivie par centre résidentiel communautaire et par centre de détention/de garde en milieu fermé/ouvert (22 % chacun).

Schéma 9.1 - Type d'établissement

Schéma 9.1 - Type d'établissement
[Description du Schéma 9.1]

Source : Profil instantané d'une journée des jeunes Autochtones sous garde (2001).
Préparé par la Division de la recherche et de la statistique, Justice Canada.

La plus grande proportion d'établissements étaient réservés aux jeunes de sexe masculin (51 %), venaient ensuite les établissements mixtes (44 %) et ceux réservés aux filles (5%).


Date de modification :