PROFIL INSTANTANÉ D'UNE JOURNÉE DES JEUNES AUTOCHTONES SOUS GARDE AU CANADA

Chapitre 9 - Colombie-Britannique (suite)

9.4 Infraction la plus grave

Le schéma 9.3 et le tableau 9.2 décrivent les infractions les plus graves (IPG) attribuées aux jeunes Autochtones sous garde le jour du profil instantané. En Colombie-Britannique, la plus grande proportion de jeunes Autochtones sous garde en milieu ouvert ou en milieu fermé avaient été trouvés coupables d'une infraction contre la personne (45 %), venaient ensuite les infractions contre les biens (36 %) et les autres infractions au Code criminel (10 %) (voir le tableau 9.2).

Schéma 9.3 - Infraction la plus grave - garde en milieu ouvert et en milieu fermé

Schéma 9.3 - Infraction la plus grave - garde en milieu ouvert et en milieu fermé
[Description du Schéma 9.3]

Source : Profil instantané d'une journée des jeunes Autochtones sous garde (2001).
Préparé par la Division de la recherche et de la statistique, Justice Canada.

Parmi les jeunes trouvés coupables d'une infraction contre la personne, 30 % ont été condamnés pour voies de fait, alors que 27 % ont été condamnés pour vol qualifié et 13 % pour agression armée ou infliction de lésions corporelles. Pour ce qui est des IPG commises contre les biens, la plus grande proportion des jeunes (58 %) ont commis une introduction par effraction (voir le tableau 9.3).

Une plus grande proportion de jeunes Autochtones de sexe masculin ont été condamnés pour une infraction contre les biens (42 % par rapport à 18 % pour les jeunes Autochtones de sexe féminin). Par contre, une plus grande proportion de jeunes Autochtones de sexe féminin ont été condamnées pour une infraction contre la personne (59 % par rapport à 40 % pour les jeunes Autochtones de sexe masculin) (voir le tableau 9.2). Cependant, en raison des faibles nombres, les différences entre les sexes doivent être interprétées avec prudence.

Bien qu'une plus grande proportion de filles que de garçons aient été trouvées coupables d'avoir commis une infraction contre la personne, les données semblent indiquer que les jeunes de sexe masculin ont commis des infractions plus graves. Par exemple, les jeunes hommes trouvés coupables d'une infraction contre la personne, la plus grande proportion ont été condamnés pour voies de fait (25 %), puis pour vol qualifié (20 %) et pour meurtre (15 %). En comparaison, parmi les filles condamnées pour une infraction contre la personne, 40 % (pour chaque infraction) ont été trouvées coupables de vol qualifié et de voies de fait (voir le tableau 9.3). Encore une fois, en raison des faibles nombres, ces différences doivent être interprétées avec prudence.

Le tableau 9.4 montre la relation entre le type d'infraction la plus grave et l'âge. Les jeunes pâgés tendaient à avoir été trouvés coupables d'une infraction contre la personne, alors que l'infraction la plus grave des jeunes d'un âge moins avancé concernait plus souvent les biens. L'infraction la plus grave de 55 % des jeunes de 18 ans et plus avait été commise contre la personne, comparativement à 40 % pour les jeunes âgés de 16 à 17 ans et à 50 % pour les jeunes de 14 à 15 ans. Par contre, l'infraction la plus grave de 45 % des jeunes âgés de 18 ans et plus avait été commise contre les biens, comparativement à 40 % pour les jeunes âgés de 16 à 17 ans et à 20 % pour les jeunes de 14 à 15 ans. Cependant, il n'est pas surprenant de constater que les jeunes d'un âge plus avancé étaient davantage susceptibles d'avoir été trouvés coupables d'une infraction contre la personne, puisque ces infractions font l'objet de peines plus longues, ce qui explique donc pourquoi des jeunes de 18 ans et plus se trouvent encore dans un établissement pour jeunes. En outre, en raison des faibles nombres, ces différences doivent être interprétées avec prudence.

Le schéma 9.4 montre la répartition des infractions les plus graves pour les jeunes purgeant une peine en milieu ouvert et en milieu fermé. Une plus grande proportion de jeunes se trouvant en milieu fermé qu'en milieu ouvert avaient commis leur infraction la plus grave contre la personne (54 % et 40 %, respectivement). En outre, une plus grande proportion de jeunes en milieu ouvert qu'en milieu fermé avaient commis leur infraction la plus grave contre les biens (44 % par rapport à 21 %).

Schéma 9.4 Infraction la plus grave - garde en milieu ouvert ou en milieu fermé

Schéma 9.4 - Infraction la plus grave - garde en milieu ouvert ou en milieu fermé
[Description du Schéma 9.4]

Source : Profil instantané d'une journée des jeunes Autochtones sous garde (2001). Préparé par la Division de la recherche et de la statistique, Justice Canada.

Date de modification :