Profil instantané d'une journée des jeunes Autochtones sous garde au Canada : Phase II

SOMMAIRE

Selon de nombreuses études, les Autochtones sont surreprésentés à chaque étape du système de justice pénale du Canada, et cela est particulièrement vrai lorsqu'il s'agit de la détention. Il y a toutefois peu de recherche empirique qui illustre la surreprésentation des adolescents autochtones . L'un des buts principaux de la présente étude était de déterminer le taux d'incarcération précis des adolescents autochtones et des adolescents non autochtones au Canada au moyen de la méthode appelée « profil instantané ». Dans le cadre de l'étude, nous avons également procédé à l'examen qualitatif de l'expérience des jeunes Autochtones sous garde au moyen de la méthode dite « cercle de partage », laquelle est analogue à un groupe de réflexion sans qu'il y ait toutefois l'interaction habituelle entre les participants. Finalement, nous nous sommes penchés sur diverses hypothèses qui pourraient expliquer la surreprésentation des jeunes Autochtones sous garde et, pour ce faire, nous avons utilisé des sources de données disponibles.

Bien qu'on ait assisté, depuis 2000, à une réduction considérable du nombre de jeunes Autochtones sous garde, le taux d'incarcération chez les jeunes Autochtones reste beaucoup plus élevé que celui que l'on trouve chez les jeunes non-Autochtones. En effet, le taux d'incarcération des jeunes Autochtones est de 64,5 pour 10 000 habitants tandis qu'il n'est que de 8,2 pour 10 000 habitants dans le cas des jeunes non-Autochtones. Le risque qu'un jeune Autochtone soit sous garde est presque huit fois plus élevé que pour un adolescent non autochtone.

Les personnes qui ont pris part aux cercles de partage ont discuté de leur expérience sous garde et avant leur incarcération et ont soulevé plusieurs questions importantes dont l'abus d'alcool ou de drogues, les bandes organisées, et le racisme. Les participants ont aussi discuté de leurs points de vue concernant des programmes correctionnels efficaces pour les jeunes Autochtones sous garde. Une des principales conclusions tirées de ces cercles était qu'on s'intréresse beaucoup aux programmes autochtones axés sur la culture et la spiritualité et au programme de mentorat.

Le taux d'incarcération élevé que l'on trouve chez les jeunes Autochtones est vraisemblablement lié à une série de facteurs interactifs. Des taux de pauvreté élevés, l'abus d'alcool ou de drogues et la victimisation peuvent être la cause de l'éclatement des familles et d'un comportement criminel grave à un jeune âge. De plus, il se peut qu'il y ait de la discrimination au sein du système de justice pénale pour les jeunes et que cela entraîne un traitement différent pour les jeunes Autochtones. Ensemble, ces facteurs peuvent avoir pour effet que le taux d'incarcération des jeunes Autochtones est huit fois plus élevé que ce que l'on trouve chez les jeunes non-Autochtones.

Date de modification :