Profil instantané d'une journée des jeunes Autochtones sous garde au Canada : Phase II

6. CONCLUSION

Bien qu'on ait assisté, depuis 2000, à une réduction considérable du nombre de jeunes Autochtones sous garde, le taux d'incarcération chez les jeunes Autochtones reste beaucoup plus élevé que chez les jeunes non-Autochtones.

Le taux d'incarcération élevé que l'on trouve chez les jeunes Autochtones est vraisemblablement lié à une série de facteurs interactifs. Des taux de pauvreté élevés, l'abus d'alcool ou de drogues et la victimisation peuvent être la cause de l'éclatement des familles et d'un comportement criminel grave à un jeune âge. De plus, il se peut qu'il y ait de la discrimination au sein du système de justice pénale pour les jeunes et que cela entraîne un traitement différent pour les jeunes Autochtones. Ensemble, ces facteurs peuvent avoir pour effet que le taux d'incarcération des jeunes Autochtones est huit fois plus élevé que ce que l'on trouve chez les jeunes non-Autochtones.

Les personnes qui ont pris part aux cercles de partage ont fait des suggestions qui pourraient avoir des répercussions sur la réadaptation des jeunes Autochtones sous garde. Toutefois, sans une gamme élargie de solutions et une démarche axée sur la prévention, ces mesures, comme telles, ne seront pas particulièrement efficaces pour ce qui est de réduire le taux d'incarcération élevé que l'on trouve chez les jeunes Autochtones.

Date de modification :