Les crimes et les mauvais traitements envers les aînés : recherche bibliographique concernant surtout le Canada

4. LES RECHERCHES ET DONNÉES CANADIENNES SUR LES CRIMES COMMIS CONTRE LES AÎNÉS

4.10 Sommaire

  • Chaque année, environ 10 p. 100 des aînés du Canada sont victimes de crimes, qui sont, pour la plupart, des crimes contre les biens.
  • Jusqu'à 1 p. 100 des aînés du Canada sont victimes de crimes violents ou de violence physique.
  • Environ 4 à 5 p. 100 des aînés déclarent avoir été victimes d'une forme de mauvais traitements à partir de l'âge de 65 ans.
  • Les formes de maltraitance les plus prévalentes semblent être l'exploitation financière et la violence psychologique.
  • Dans l'ensemble, la prévalence des mauvais traitements envers les aînés au Canada est semblable à celle qui est observée aux États Unis, au Royaume-Uni et en Australie.
  • Les aînés ont moins tendance que les non-aînés à signaler les crimes ou les actes de violence conjugale dont elles sont victimes.
  • Bon nombre de crimes commis à l'endroit des aînés ne sont pas signalés à la police. Les aînés font le signalement à des professionnels de la santé, à des groupes communautaires et à des institutions financières plutôt qu'à des organismes d'application de la loi.
  • Les aînés qui sont victimes de violence connaissent habituellement leurs agresseurs, qui peuvent aussi bien être des membres de la famille que des amis ou des connaissances.
  • Les hommes signalent davantage d'incidents de violence que les femmes. Tandis que les hommes signalent un nombre plus élevé d'actes de violence dont ils sont victimes de la part de connaissances et d'étrangers, les femmes signalent pour leur part un plus grand nombre d'incidents de violence familiale.
  • En général, les aînés qui sont plus avancés en âge signalent moins d'actes de violence que les aînés plus jeunes.
  • Moins de 10 p. 100 des aînés qui sont victimes de violence subissent des lésions corporelles graves. Les incidents qui se produisent au sein de la famille sont davantage susceptibles d'entraîner des blessures que les incidents mettant en cause des amis, des connaissances ou des étrangers.
  • Il arrive plus souvent que l'agresseur d'une personne âgée utilise la force physique plutôt qu'une arme.
  • Les auteurs d'actes de violence à l'endroit des aînés sont habituellement des personnes de sexe masculin et ont tendance, en moyenne, à être plus âgés que ceux qui commettent des actes semblables à l'endroit de personnes plus jeunes. Il en est ainsi parce que les personnes qui maltraitent leur conjoint âgé sont également le plus souvent des aînés et que les enfants qui maltraitent leurs parents âgés sont habituellement des personnes d'âge moyen.
  • Les aînés sont plus enclins que les non-aînés à rester à la maison par crainte d'être victimes d'un crime, tandis que ces derniers sont davantage incités à modifier leur comportement d'une autre façon afin de se protéger (p. ex., suivre des cours d'autodéfense).
Date de modification :