Les crimes et les mauvais traitements envers les aînés : recherche bibliographique concernant surtout le Canada

4. LES RECHERCHES ET DONNÉES CANADIENNES SUR LES CRIMES COMMIS CONTRE LES AÎNÉS

4.3 Lien entre les accusés et les victimes

Les données de l'ESG et du Programme DUC2 sont compatibles en ce qui concerne la proportion des cas où la personne âgée victime de violence et l'accusé se connaissaient avant l'infraction (tableau 4.4). Il appert de ces deux sources que, dans environ les deux tiers des cas, un lien existait déjà entre la victime et l'accusé, tandis que, dans l'autre tiers des cas, les parties étaient de parfaits étrangers (Ogrodnik, 2007; Statistique Canada, 2009). Dans les cas où les parties se connaissaient, l'accusé pouvait tout aussi bien être un membre de la famille, un ami ou une connaissance. Les données disponibles au sujet des homicides familiaux donnent un aperçu des caractéristiques des auteurs de violence familiale visant des personnes âgées. Dans les cas d'homicide, les agresseurs étaient le plus souvent des conjoints ou des fils adultes (Ogrodnik, 2008).

Tableau 4.4 Lien entre l'accusé et la victime de violence

Source Agresseur connu Famille Ami/Connaissance Étranger
DUC2 (2007) 71 % 36 % (habituellement un enfant adulte ou un conjoint) 35 % 29 %
ESG (2004) 64 %     36 %

Sources : L. Ogrodnik (2007) Les aînés victimes d'actes criminels 2004 et 2005. Ottawa : Centre canadien de la statistique juridique (ESG, 2004); Statistique Canada, Centre canadien de la statistique juridique (2009), Enquête sur la déclaration uniforme de la criminalité basée sur l'affaire.

Le pourcentage de cas où l'accusé et la victime de violence se connaissaient était presque identique pour les aînés et les non-aînés (respectivement 71 p. 100 et 72 p. 100) (Statistique Canada 2009). Cependant, les incidents visant les aînés avaient davantage tendance à se produire au sein de la famille (36 p. 100 comparativement à 27 p. 100), tandis que les incidents touchant les non-aînés survenaient plutôt entre des amis ou des connaissances (45 p. 100 comparativement à 35 p. 100).

Date de modification :