Les crimes et les mauvais traitements envers les aînés : recherche bibliographique concernant surtout le Canada

4. LES RECHERCHES ET DONNÉES CANADIENNES SUR LES CRIMES COMMIS CONTRE LES AÎNÉS

4.5 La victimisation et l'âge

En général, les aînés d'âge plus avancé déclarent moins d'actes de violence que les aînés plus jeunes (tableau 4.7). Ainsi, les personnes âgées de 65 à 74 ans signalent un plus grand nombre d'actes de violence à la police que les personnes âgées de 75 à 84 ans (Ogrodnik, 2008). Le nombre d'incidents signalés à la police est encore moins élevé dans le cas des personnes âgées de plus de 85 ans. Cependant, le taux de mauvais traitements infligés par des étrangers est plus élevé chez les personnes appartenant au groupe le plus âgé que chez les personnes de 75 à 84 ans, et le taux d'actes de violence commis par des étrangers que les premières signalent se rapproche de celui que déclarent les personnes âgées de 65 à 74 ans. Il est permis de penser que les aînés plus âgés sont davantage susceptibles de résider en établissement, de sorte qu'ils sont moins exposés à subir des actes de violence de la part des membres de la famille, des amis et des connaissances. Subsidiairement, il y a peut-être moins de chances que les actes de violence commis en établissement soient signalés à la police. Il y aurait certainement lieu d'explorer plus à fond cette question.

Tableau 4.7 Taux de violence familiale selon l'âge des aînés et le lien entre l'accusé et la victime, 2006

Lien entre l'accusé et la victime Victimes de 65 à 74 ans pour 100 000 Victimes de 75 à 84 ans pour 100 000 Victimes de 85 à 98 ans pour 100 000
Membres d'une même famille 53 35 20
Amis/connaissances 44 24 17
Étrangers 47 28 44
Total 144 87 81

Source : L. Ogrodnik (2008) La violence familiale au Canada : Un profil statistique. Ottawa : Statistique Canada (DUC2, 2006).

Date de modification :