l'Initiative de lutte contre la violence familiale

Maltraitance des enfants

Renée presse le pas en s'approchant du bureau des services de protection de l'enfance. Elle commence à suer à grosses gouttes. Elle a appelé et pris un rendez-vous ce matin. Elle n'a pas dormi de la nuit parce que son frère, Pierre, a battu violemment son fils Adam à l'aide d'une canne. Le fils de Pierre a six ans et il a volé le ballon de soccer d'un ami et l'a rapporté à la maison. « Ça lui apprendra », a dit Pierre. Renée a essayé d'intervenir, mais son frère l'a repoussée et lui a dit de se mêler de ce qui la regarde. « Je suis son père : je sais ce que j'ai à faire », a-t-il crié. Renée vit avec son frère et sa famille depuis son arrivée au Canada il y a quelques mois, mais elle est déjà préoccupée par la sécurité du garçon. « Tu ne peux pas faire ça, Pierre, tu es violent. Tu fais mal à Adam de plusieurs façons — et pas seulement physiquement. Il ne te fera plus confiance et il ne fera plus confiance aux autres non plus! » a-t-elle tenté de lui dire. Renée est certaine que ce genre de discipline est considéré comme un crime au Canada. Pierre s'est moqué d'elle devant toute la famille et des amis. « Tu ne sais pas c'est quoi une famille : tu n'as pas d'enfants. » Renée a été surprise par cette remarque et s'est tue. Elle s'est mise à pleurer alors que son frère en remettait. Mais, maintenant, son esprit roule à fond de train. Pourquoi n'a-t-elle pas arrêté son frère? A-t-elle peur de lui elle aussi? Pourquoi sa belle-sœur n'a-t-elle rien dit? A-t-elle peur de perdre sa famille si elle appelle la police? Le fait de sortir de la maison a aidé Renée à reprendre ses esprits. Elle sait qu'elle doit protéger son neveu. Elle doit signaler l'incident et obtenir de l'aide. Sa famille sera peut-être en colère contre elle. Mais pour les contenter, il fallait se taire. Elle sait qu'elle s'en sortira. Assurer la sécurité d'Adam est plus important que tout le reste. Elle veut qu'il soit heureux.

À quoi ressemble la maltraitance des enfants?

Il est parfois difficile d'être parent. Si vous croyez que le comportement de votre enfant est irrespectueux ou inacceptable, utiliser la violence n'est pas la solution. Vous ne ferez que blesser l'enfant et vous pourriez faire l'objet d'accusations criminelles. Bon nombre de formes de maltraitance sont des crimes.

Si vous avez besoin d'aide pour comprendre ou guider le comportement de votre enfant ou pour l'aider à se sortir d'une passe difficile, demandez des conseils à un ami en qui vous avez confiance, à un médecin, à un travailleur social, à un conseiller pédagogique ou à un enseignant. Rien ne justifie le recours à la violence. En plus du Code criminel, des lois provinciales et territoriales sur la protection de l'enfance protègent les enfants contre la maltraitance et la négligence.

Au Canada, chaque province et territoire possède une loi qui oblige les personnes qui croient qu'un enfant est maltraité à le signaler. Par exemple, si votre enfant est maltraité ou exposé à la violence familiale, vous devez obtenir de l'aide pour lui. Vous pouvez communiquer avec les services de protection de l'enfance ou un organisme de services à la famille, pour obtenir de l'aide ou des conseils. Si vous ne faites rien pour protéger votre enfant, la police et les services de protection de l'enfance peuvent intervenir. Les lois protègent les enfants, même si la forme de maltraitance ou de négligence n'est pas un acte criminel. Si vous croyez que vous ne pouvez pas protéger votre enfant, appelez la police.

Les enfants qui sont témoins de violence familiale

Si vous êtes un parent et que vous êtes victime de violence, il peut être difficile pour vous de prendre soin de vos enfants. La violence peut faire en sorte que vous ayez très peu d'énergie à leur consacrer. Vous vous sentez peut-être coupable de ne pas pouvoir leur donner ce dont ils ont besoin.

Il peut être très difficile pour des enfants de voir ou d'entendre des manifestations de violence familiale, même s'ils n'en sont pas directement victimes. Ils auront probablement peur et ne se sentiront pas en sécurité. Ils peuvent avoir de mauvais résultats scolaires ou éprouver des problèmes dans un contexte social. Ils peuvent apprendre à ne pas vous respecter et à ne pas se respecter. Ils peuvent intimider les autres ou être victimes d'intimidation à l'école. Ils risquent de grandir et de devenir des agresseurs ou des victimes de violence dans leur propre famille.

Si vos enfants sont exposés à la violence familiale, les services de protection de l'enfance peuvent intervenir.

Vous pouvez obtenir de l'aide. Il n'est jamais trop tard pour changer les choses et aider vos enfants.

Pour de plus amples renseignements sur la maltraitance des enfants, veuillez consulter La maltraitance des enfants est inacceptable : que puis-je faire?

Date de modification :