l'Initiative de lutte contre la violence familiale

Partir ou rester

Il est toujours difficile de décider de rester ou de partir. Vous croyez peut-être que l'agresseur changera. Vous craignez peut-être que partir ne fasse qu'empirer les choses. Vous avez peut-être peur de perdre vos enfants si vous partez. Vous vous inquiétez peut-être de ce que les gens diront, ou vous avez peut-être trop honte pour partir. Peut-être aimez-vous la personne qui vous maltraite et vous ne voulez pas la quitter. Peut-être encore êtes-vous dépendant(e) financièrement de cette personne. Il se peut que vous ayez peur d'être renvoyé(e) du pays si vous partez. Peut-être ne savez-vous tout simplement pas où aller.

Que devriez-vous faire?

Lorsque vous vous demandez si vous devez partir ou rester, trouvez quelqu'un en qui vous avez confiance qui peut vous aider à prendre une décision. Voici quelques éléments importants dont il faut tenir compte pour prendre une décision :

  • La personne qui vous maltraite a-t-elle déjà menacé de vous tuer ou de tuer un être cher?
  • Cette personne a-t-elle déjà été sexuellement violente envers vous?
  • Cette personne a-t-elle déjà menacé ou tenté de se suicider?
  • Cette personne est-elle contrôlante ou jalouse?
  • Cette personne refuse-t-elle d'envisager la possibilité d'une séparation?
  • Cette personne vous a-t-elle déjà harcelé avec menaces?
  • Cette personne prend-elle de la drogue ou consomme-t-elle trop d'alcool?
  • Cette personne a-t-elle déjà été mêlée à des activités criminelles?
  • Cette personne a-t-elle été violente envers les enfants?
  • Cette personne a-t-elle déjà agressé sexuellement les enfants?
  • Cette personne a-t-elle déjà utilisé une arme, comme un couteau, contre vous ou vos enfants?
  • Cette personne a-t-elle été violente envers d'autres personnes?
  • Y-a-t-il une arme à feu dans la maison?
  • Craignez-vous pour la sécurité de vos enfants?
  • Craignez-vous pour la sécurité de vos animaux de compagnie?
  • Avez-vous peur de partir?
  • Vos amis ou membres de votre famille ont-ils peur pour votre sécurité?
  • Ressentez-vous de l'impuissance ou beaucoup d'anxiété?

Si vous avez répondu oui à quelques-unes ou à la totalité de ces questions, vous aurez besoin de beaucoup d'aide, quelle que soit votre décision. Il est important d'être à l'écoute de vos craintes et de vos sentiments à l'égard de la situation. Parlez de vos craintes à quelqu'un en qui vous avez confiance. Si vous ne voulez pas en parler à quelqu'un que vous connaissez, appelez la police ou une ligne d'écoute. Ces personnes sont là pour vous aider et non pas pour vous juger. Si vous décidez de vous rendre dans un refuge, vous pouvez emmener vos enfants. Le personnel ne dira à personne où vous êtes. Il peut vous aider à vous protéger et à prendre des décisions.

Si vous décidez de rester et vous vous attendez à ce que la maltraitance cesse, assurez-vous que la personne qui vous maltraite prend ses responsabilités. Elle doit être prête à obtenir l'aide d'un professionnel pour apprendre à changer son comportement. Si les drogues et l'alcool sont en cause, elle doit obtenir de l'aide pour rester sobre et ne pas consommer de drogues et ainsi arrêter d'être violente. Il faut habituellement beaucoup de temps pour changer un comportement. Vous aurez besoin de beaucoup de soutien durant cette période. Vous devrez aussi trouver une façon de rester en sécurité. Préparez un plan de sécurité. Un travailleur social ou un policier peut vous aider à le faire. Même si la personne essaie de changer, elle peut vous maltraiter à nouveau. Conservez avec vous une liste de numéros d'urgence.

Que vous décidiez de rester ou de partir, si vos enfants restent au domicile où la maltraitance s'est produite, vous devez le dire aux services de protection de l'enfance.

Qu'arrivera-t-il aux enfants si vous décidez de partir?

Si vous quittez une relation violente, vous pouvez quand même demander une ordonnance parentale ou une ordonnance de garde*. Si vous croyez que vos enfants sont en danger, communiquez avec la police et demandez aux policiers de vous emmener, vous et vos enfants, dans un refuge ou dans un autre endroit où vous serez en sécurité.

Une fois que vous êtes en sécurité, communiquez avec un avocat qui vous aidera à présenter une ordonnance parentale ou une ordonnance parentale* à un tribunal. Si vous pouvez communiquer avec un avocat en toute sécurité avant de partir, il serait utile d'obtenir des conseils juridiques le plus rapidement possible. Si votre enfant visite l'autre parent, il est peut-être préférable que quelqu'un d'autre (comme un grand-parent, un autre membre de la famille ou un ami) soit là quand l'enfant part pour aller au domicile de l'autre parent ou en revient. Dans certains endroits, il peut y avoir un service d'échanges supervisés* disponible. Si vous craignez pour la sécurité de votre enfant pendant qu'il est avec l'autre parent, demandez au juge d'ordonner les visites supervisées. Dans de très rares cas, si l'autre parent constitue un danger pour l'enfant même sous supervision, vous pouvez demander au juge d'ordonner qu'aucune visite n'ait lieu.

Vous trouverez une liste des services de justice familiale selon l'endroit.

Votre sécurité et celle de vos enfants sont prioritaires. Ne restez pas dans une situation dangereuse parce que vous ne savez pas comment vous ferez pour subvenir à leurs besoins par vous-même. Les maisons d'hébergement peuvent vous dépanner à court terme pendant que vous cherchez un logement ou une aide à plus long terme. Elles peuvent vous aider à trouver une aide financière.

Enlèvement d'enfants par un parent

Avertissez votre avocat si vous pensez que l'autre parent ou une autre personne pourrait tenter d'emmener les enfants à l'étranger. Si vous le demandez, le juge peut ordonner que les passeports des enfants demeurent au tribunal. Si vos enfants sont des citoyens canadiens, appelez Passeport Canada, sans frais, au 1-800-567-6868 ou au 1-866-255-7655 (pour malentendants). Demandez que le nom des enfants soit inscrit sur une liste pour qu'on puisse vous avertir si quelqu'un essayait d'obtenir un passeport pour eux.

La plupart des enlèvements d'enfants sont commis par une personne que celui-ci connaît, le plus souvent un parent.

On parle d'enlèvement d'enfant par un parent si celui-ci enlève son enfant sans en avoir légalement le droit ou sans la permission de l'autre parent. Au Canada, il s'agit d'un crime. Il peut y avoir une exception si le parent enlève son enfant pour le protéger contre des dangers immédiats.

Ce que vous devez faire si vous craignez que l'autre parent puisse enlever votre enfant :

  • contactez un avocat;
  • contactez le service de police local;
  • conservez en lieu sûr tous les renseignements importants sur votre enfant;
  • conservez sur vous une copie de votre ordonnance de garde ou de votre ordonnance parentale ou de l'entente;
  • demandez au bureau local des passeports d'ajouter le nom de votre enfant à la liste de contrôle des passeports. Si vos enfants sont citoyens d'un autre pays, communiquez avec l'ambassade ou le consulat du pays en question et demandez-lui de refuser les demandes de passeport pour vos enfants;
  • expliquez à votre enfant comment se servir du téléphone et comment fonctionnent votre ordonnance parentale ou ordonnance de garde* ou l'entente si vous êtes séparé ou divorcé;
  • essayez de maintenir de bons rapports avec l'autre parent et avec la famille élargie, si vous pouvez le faire en toute sécurité;
  • conservez des photos, des enregistrements ou d'autres preuves de la violence familiale.

Si votre enfant a été enlevé :

  • communiquez immédiatement avec le service de police local;
  • si vous êtes à l'étranger, assurez-vous de signaler la disparition aux services consulaires canadiens au 613-996-8885. Vous pouvez téléphoner à frais virés, si ce service est disponible;
  • si vous êtes au Canada et si vous pensez que votre enfant est à l'étranger, téléphonez aux services consulaires canadiens, au 1-800-387-3124 (ATS : 613-944-1310 ou 1 800 394-3472), ou consultez le site https://voyage.gc.ca.
  • communiquez avec un organisme de recherche dans votre province ou votre territoire, et signalez la disparition de votre enfant.
  • visitez le site de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), à l'adresse www.grc-rcmp.gc.ca, et recherchez la section « Nos enfants disparus ».
  • visitez le site Web d'Affaires mondiales Canada, à l'adresse https://voyage.gc.ca; dans la section « Publications », cherchez une brochure intitulée « Enlèvement international d'enfants - Un guide à l'intention des parents délaissés »; vous pouvez également consulter cette brochure à l'adresse suivante : https://voyage.gc.ca/voyager/publications/enlevements-internationaux-d-enfants.

Si vous n'avez pas la citoyenneté canadienne

Vous n'avez pas à subir de maltraitance. Si vous êtes préoccupé(e) par votre statut au Canada, parlez à quelqu'un qui a de bons renseignements, comme un agent de Citoyenneté et Immigration Canada, un avocat, un travailleur social ou un membre du Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada. N'oubliez pas que vous êtes peut-être tout de même admissible à une aide financière ou à d'autres services si vous quittez une situation de violence. Assurez-vous d'obtenir des renseignements fiables.

Si vous êtes déjà au Canada à titre de refugié(e) ou de résident(e) permanent(e), le fait de quitter votre époux ou votre épouse en raison de maltraitance ou de négligence ne devrait pas avoir d'incidence sur votre situation.

Ce que vous devez emporter si vous partez

En cas d'urgence, partez aussi vite que possible. Ne vous attardez pas à vouloir rassembler les articles qui figurent dans la liste ci-dessous — partez. Mais si vous en avez le temps, regroupez-en le plus grand nombre.

  • Documents importants : certificats de naissance, passeports, certificats d'immigration, ordonnance parentale ou ordonnance de garde ou entente, autres ordonnances judiciaires, cartes d'assurance-maladie, numéros d'assurance sociale;
  • argent, cartes de crédit, cartes bancaires;
  • carnets de chèques, livrets bancaires, obligations d'épargne;
  • médicaments;
  • carnets personnels d'adresses et de numéros de téléphone;
  • clés de la maison;
  • permis de conduire et clés d'auto;
  • jouets favoris des enfants;
  • vêtements pour quelques jours;
  • bijoux de valeur.

Si vous envisagez de partir, rassemblez certains de ces articles et placez-les en lieu sûr au cas où vous devriez prendre la décision de partir à la hâte.

Date de modification :