La maltraitance des aînés est inacceptable : Vous pouvez obtenir de l'aide

Vous n'êtes pas seul — Parlez à quelqu'un

Si vous êtes victime de maltraitance ou si vous connaissez quelqu'un qui en est victime, parlez à une personne de confiance. Et continuez d'en parler jusqu'à ce que quelqu'un vous écoute. Vous pouvez obtenir de l'aide. Il y a des gens qui peuvent vous renseigner sur ce qu'il faut faire. En général, la maltraitance ne fait que s'aggraver lorsqu'elle reste dissimulée.

Lorsque vous demandez des renseignements à la police, à un travailleur social ou à un avocat, vous pouvez leur demander de préserver la confidentialité de vos questions.

Où pouvez-vous obtenir plus de renseignements?

Beaucoup de personnes ayant reçu une formation peuvent vous aider. Vous pouvez faire appel aux personnes ou aux organismes suivants :

  • La police
  • Le bureau du procureur de la Couronne
  • L'hôpital
  • Un centre pour personnes âgées ou la Légion royale canadienne
  • Une association multiculturelle
  • Un centre communautaire
  • Un centre d'aide aux femmes
  • Une ligne d'écoute téléphonique
  • Une ligne secours téléphonique ou une ligne secours pour les personnes âgées
  • Une association de vulgarisation et d'information juridiques
  • Une maison d'hébergement
  • Un service de référence juridique
  • Un avocat
  • Un bureau d'aide juridique
  • Un médecin ou un(e) infirmier(ère) de la santé publique
  • Un travailleur social
  • Un conseiller religieux

Si vous ou une autre personne courez un danger immédiat, composez le 9-1-1 ou appelez votre service de police local.

Ressentir un déchirement

L'un des aspects les plus difficiles de la maltraitance est le conflit intérieur que vous pouvez vivre. Vous pouvez être déchiré entre le désir de vous protéger et votre amour pour la personne qui vous maltraite.

N'oubliez pas, vous pouvez aimer une personne, mais pas son comportement. Vous n'êtes pas responsable de la situation.

Une personne peut avoir modifié son comportement parce qu'elle est stressée ou malade. Ou bien, sa conduite peut faire partie d'un comportement constant. Personne n'a le droit de vous maltraiter — pas même votre conjoint, votre fils, votre petite-fille ou votre aidant naturel.

Vous pouvez avoir peur de ce qui arrivera si votre situation familiale ou vos conditions de vie changent. Les problèmes de santé, la douleur physique et le stress financier peuvent vous rendre vulnérable et moins en mesure de faire face à la situation seul.

Le fait de parler à une personne de confiance ou à quelqu'un qui a reçu la formation nécessaire pour vous aider peut améliorer les choses. En obtenant de l'aide, vous pouvez être capable de rétablir les relations et de mettre fin à la maltraitance. Dans d'autres cas, l'auteur de la maltraitance ne peut pas changer. Vous devrez peut-être alors quitter les lieux ou signaler la maltraitance.

Si vous êtes un nouvel arrivant au Canada

Certains immigrants craignent d'être obligés de quitter le Canada s'ils signalent la maltraitance dont ils sont victimes. Si vous pensez de cette façon, rappelez-vous que des choix s'offrent à vous. Vous n'êtes pas obligé d'accepter d'être victime de maltraitance. Vous pouvez obtenir de l'aide.

Si vous êtes citoyen canadien ou résident permanent, vous ne pouvez pas être renvoyé du Canada parce que vous avez quitté la maison pour échapper à la maltraitance, même si vous avez été parrainé par la personne qui vous maltraite.

Si vous êtes un résident temporaire du Canada, par exemple à titre de visiteur, de travailleur, de réfugié ou de conjoint d'une personne qui a un statut temporaire, vous devez communiquer avec Citoyenneté et Immigration Canada, au 1-888-242-2100/ ATS 1 800-576-8502. Votre statut au Canada pourrait dépendre de celui de votre conjoint ou répondant. Rappelez-vous que vous avez le droit à la confidentialité quand vous traitez avec les fonctionnaires.

Si vous avez un statut temporaire au Canada ou si vous êtes sans statut juridique, vous pouvez peut-être présenter une demande pour devenir résident permanent. Cela ne veut pas nécessairement dire que vous pourrez rester, mais vous devriez consulter un avocat spécialisé en immigration ou un organisme d'aide aux immigrants pour obtenir de l'information et des conseils sur les possibilités qui s'offrent à vous.

Date de modification :