La maltraitance des aînés est inacceptable : La maltraitance des aînés : un examen plus attentif

« Nos plus belles années »

Harold sourit furtivement à Edna au moment où il la laisse au centre de réadaptation. Il est heureux qu'ils puissent vivre séparément pendant quelque temps. Edna semble être une personne différente depuis son accident vasculaire cérébral — elle n'a plus de patience. Il essaie de l'aider de toutes les manières possibles, mais elle a rarement des mots gentils à lui dire. Sa cuisine, le ménage — rien n'est jamais assez bon.

Harold aimerait ne pas être contrarié par la frustration d'Edna. Il sait qu'il est difficile à tous deux de s'adapter. Mais c'est plus compliqué que cela : il se rend compte qu'il a peur d'elle aussi. Il saute presque au plafond lorsqu'elle frappe sur la table avec sa canne. L'autre jour, il lui a suggéré de se détendre, et elle lui a lancé son café. Il porte encore la marque des brûlures. Il craint que ses accès de colère ne s'aggravent.

Il a essayé de parler à leur fille. « Allons donc, papa », a-t-elle dit. « Maman a toujours été si douce. » Mais ce n'est pas l'Edna que tous connaissaient. Peut-être devrait-il en parler à l'infirmière au centre de réadaptation. Lui et Edna ont vécu tant de moments heureux ensemble. Il ne veut pas que leurs dernières années ressemblent à celle-ci.

Pour les personnes âgées, la maltraitance peut prendre plusieurs formes : violence physique, sexuelle et émotive, exploitation financière ou négligence.

Il est possible de subir plus d'un type de maltraitance en même temps ou à des moments différents.

Au Canada, certains types de maltraitance — comme la fraude, les voies de fait, l'agression sexuelle, les menaces et le harcèlement criminel — sont des crimes aux termes du Code criminel. Certains types de maltraitance sont également des infractions à des lois provinciales et territoriales.

Un cycle de violence

Beaucoup de personnes découvrent que la violence évolue souvent en un cycle continu. La tension monte pendant un certain temps jusqu'à ce que l'auteur de la maltraitance s'en prenne à sa victime, verbalement ou physiquement. Après l'« explosion », il y a une période de calme relatif. L'auteur de la maltraitance peut dire qu'il est désolé et promettre que cela ne se reproduira plus. Puis, le cycle recommence.

D'autres font état d'une spirale de violence croissante — une fois déclenchée, la violence s'aggrave avec le temps. Les éruptions de violence et d'autres comportements violents deviennent plus fréquents et plus graves.

La section qui suit fait ressortir certains aspects importants au sujet de chaque type de maltraitance. On y trouve aussi des suggestions sur les façons de mettre fin à la violence et d'améliorer la situation.

Souvent, la première chose à faire est de parler à une personne en qui vous avez confiance. La maltraitance peut porter à confusion et causer beaucoup de mal. Vous ne devez pas oublier que vous n'êtes pas seul. Vous pouvez recevoir de l'aide.

Date de modification :