Mes parents se séparent ou divorcent : Qu'est-ce que ça veut dire pour moi ?

Chapitre trois : Des décisions, des décisions et encore des décisions

Gabrielle entre les deux

Les parents de Gabrielle n'ont jamais été d'accord sur rien. Son père aime la musique rock, sa mère préfère le country. Son père répare et vend des motos et sa mère gère une boutique. Ils se disputent à propos de tout. Lorsqu'ils se sont séparés, Gabrielle a espéré que les disputes allaient cesser.

Ses parents ont rédigé eux-mêmes leur entente de séparation. Pas de juge, pas d'histoire. La mère de Gabrielle a acheté une maison non loin de l'école, et Gabrielle vit une semaine chez sa mère, une semaine chez son père.

Après la séparation, son père a gardé l'ancienne maison et a ouvert un atelier de réparation de motocyclettes à l'arrière. Gabrielle adore aller dans l'atelier avec lui.

Un jour, le père de Gabrielle l'a laissé conduire la Harley toute seule dans les chemins de terre. Lorsque Gabrielle, tout excitée, a raconté son exploit à sa mère, celle-ci s'est fâchée : « Mais quel genre de père est-il ? Tu aurais pu te tuer ! »

La mère de Gabrielle était tellement fâchée qu'elle a appelé son avocat pour tenter d'obtenir la garde exclusive* de sa fille.

Cette fois, le père et la mère de Gabrielle ont rencontré le juge et ont pris des mesures pour que Gabrielle puisse parler à un conseiller. Cela a fait du bien à Gabrielle de parler à quelqu'un, de pouvoir expliquer à quel point sa mère est stricte et son père est cool. Elle en a assez d'être au centre de leurs disputes.

« Je veux faire de la course de moto quand je serai grande. Je devrais vivre avec mon père, parce qu'il me laisse faire ce que je veux. Je ne veux pas faire de peine à ma mère, mais elle est trop sévère », a-t-elle dit au conseiller.

Le conseiller a d'abord rencontré la mère de Gabrielle, puis son père, et il a discuté longuement avec Gabrielle. Enfin, les parents de Gabrielle ont revu le juge. La mère de Gabrielle n'a pas obtenu la garde exclusive de sa fille. Gabrielle n'est pas non plus allée vivre exclusivement chez son père.

L'entente de garde n'a pas changé, mais le juge a demandé aux parents de Gabrielle de réfléchir attentivement à la façon dont ils traitent leur fille. Le juge leur a demandé de se faire aider pour cesser de placer Gabrielle au centre de leurs disputes.

Après un certain temps, les parents de Gabrielle ont réussi à penser à ses émotions au lieu de penser seulement aux leurs. Gabrielle a été soulagée de pouvoir profiter du temps qu'elle passe avec son père et avec sa mère.

Marie n'est pas seulement là pour garder les enfants

Peu après que les parents de Marie ont divorcé, son père s'est marié avec Carole. Il habite avec elle et ses deux enfants, qui sont plus jeunes que Marie. Celle-ci habite chez sa mère. La première année après la séparation, le père de Marie passait du temps seul avec elle, même si ce n'était qu'une promenade à pied dans le quartier. Marie avait 10 ans à l'époque. « Je serai toujours là pour toi, peu importe ce qui va arriver », lui disait son père.

Quand son père lui a dit que Carole et lui allaient avoir un bébé, Marie s'est inscrite à un cours de garde d'enfants à l'école. Elle était très contente d'avoir enfin une sœur.

Cependant, les choses ont changé après la naissance de sa petite sœur. Marie ne voyait plus son père seul. « Tout reviendra à la normale, ma chérie. Donne-nous un peu de temps. Ève est mignonne, n'est-ce pas ? Elle a seulement besoin qu'on lui accorde plus de temps pour le moment », lui disait son père.

Quand Marie a eu 12 ans, les choses ont encore changé. Chaque fois qu'elle allait chez son père, il lui disait que Carole et lui avaient besoin de passer du temps seuls, sans les enfants. Au début, Marie était toute fière de rester seule avec les petits. Mais après trois mois passés à garder les enfants, sans plus jamais de temps avec son père, elle en a eu assez. Son père ne savait même pas que l'équipe de soccer dont elle fait partie était la meilleure. Il n'avait plus le temps de parler avec elle.

La mère de Marie a remarqué que sa fille ne voulait plus aller chez son père. « Nous pouvons sûrement faire quelque chose, ma puce », a-t-elle dit à Marie quand celle-ci l'a mise au courant. Sa mère a appelé son père et lui a fait part des préoccupations de Marie. Le père de Marie veut que sa fille soit heureuse; il a donc accepté de faire quelques changements. Marie est très heureuse que tout se soit finalement réglé et de pouvoir passer du temps seule avec son père.

À 12 ans, ou même à 14 ans, tu ne décides pas de l'endroit où tu vas habiter, même si ce que tu penses et ce que tu ressens va probablement être pris en considération.

Comme nous l'avons déjà expliqué, le juge doit tenir compte de ce qui est le mieux pour toi. Il rendra sa décision dans une ordonnance.

C'est une bonne chose que tu n'aies pas à choisir entre tes parents. Quand tu es jeune, tu peux souhaiter que tout se passe d'une certaine façon, mais en grandissant, tu souhaiteras peut-être que ce soit différent.

Avant de se séparer, tes parents étaient deux personnes distinctes. Ils le sont toujours. Ils ont peut-être des idées différentes sur la façon de t'élever. Et toi, tu préfères peut-être les règles imposées par un de tes parents, mais il n'y a pas seulement les règles. Tes parents t'aiment, même s'ils ne pensent pas de la même façon. Tu n'es pas obligé de choisir entre les deux et tu ne dois pas te sentir coupable.

Ce qui importe, c'est de déterminer où tu vas vivre et ce qui est le mieux pour toi et pour ta famille. Et rappelle-toi : après un certain temps, tes parents peuvent demander au juge de modifier l'ordonnance, si tes besoins sont différents.

Conseillers ? Évaluateurs ? ils font quoi au juste ?

Si tes parents ne peuvent pas s'entendre au sujet de l'endroit où tu vas habiter, le juge peut ordonner une évaluation. Elle permet au juge de se faire une meilleure idée de ta vie avec chacun de tes parents. L'objectif est de faire en sorte que le juge prenne la meilleure décision pour toi.

Tu pourras peut-être parler avec un professionnel comme un psychologue à quelques reprises. Beaucoup d'entre eux aiment rencontrer plusieurs fois les enfants pour bien comprendre comment la famille fonctionne. Il va te poser des questions et te demander de participer à des activités pour mieux te connaître.

Le psychologue prépare des rapports en se fondant sur ce qu'il aura appris de toi et de ta famille. Il tente d'être juste et évalue la situation dans son ensemble en tenant compte de certains éléments, par exemple :

  • les horaires de travail de tes parents;
  • lequel de tes parents s'occupe de l'école, des sports, de tes devoirs;
  • lequel de tes parents s'occupe de toi quand tu es malade;
  • la façon dont tes parents se sont organisés pour s'occuper de toi;
  • l'horaire qui convient le mieux à tous.

Ensuite, le psychologue suggérera au juge chez quel parent tu devrais habiter et à quelle fréquence tu verras ton autre parent.

Si tu as un frère ou une sœur, une entente adaptée à ce qui est le mieux pour lui ou pour elle ne sera peut-être pas la même que la tienne. S'ils ont 17 ans et travaillent à temps partiel, leurs besoins seront probablement différents des tiens. Aussi, à mesure que tu grandis, il faudra peut-être changer l'entente à ton sujet.

Toutes ces rencontres peuvent prendre du temps — peut-être même plusieurs mois. Pendant toute cette période d'attente, essaie de ne pas t'inquiéter.

Si la situation change, les ententes peuvent être modifiées. Par exemple, quand tu seras plus vieux, tu ne voudras peut-être plus aller passer un mois au chalet de tes grands-parents, ni camper avec ton oncle, ta tante et l'un de tes parents. Tu voudras peut-être passer du temps avec tes amis ou te trouver un travail d'été.

Si ça ne va pas, dis-le

À ton âge, c'est peut-être difficile de dire à un adulte que ce qu'il fait te fait de la peine.

Connais-tu quelqu'un qui pourrait t'aider, un de tes grands-parents par exemple ? Ou bien ton enseignant préféré à l'école ? Parle-lui, fais-lui part de tes idées, le plus honnêtement possible. Cette personne peut peut-être parler en ta faveur, surtout s'il peut y avoir des changements au sujet de ta garde. Tout le monde veut prendre la meilleure décision pour toi.

Si tu dis à tes parents ce qui ne va pas et ce que tu ressens, tu leur donnes la possibilité de changer les choses. Mais si tu crois que ce n'est pas une bonne idée de parler à un de tes parents, n'oublie pas que tu peux toujours parler à quelqu'un en qui tu as confiance. Ou bien, tu as peut-être besoin d'attendre avant d'en parler.

Les jumeaux en ont assez des valises

Après leur séparation, les parents des jumeaux, Noémie et Félix, voulaient tous les deux qu'ils habitent chez eux. Comme ils habitaient tout près l'un de l'autre, ils ont décidé que les jumeaux passeraient une nuit chez leur père et une nuit chez leur mère. Celle-ci aide l'équipe de balle molle à s'entraîner et leur père les emmène au cours d'arts plastiques au centre communautaire. Cette situation valait mieux pour eux que d'être séparés, comme les jumelles dans le film L'Attrape-parents, où chacune vivait avec l'un des parents. Noémie et Félix sont proches et ne peuvent imaginer être séparés l'un de l'autre. Malgré tout, ils ont fini par en avoir assez de l'entente que leurs parents avaient conclue.

« Nous avons nos valises, nos livres d'école et notre chien Copain. Nous avons vraiment mal aux pieds à force de tout trimbaler tous les jours d'une maison à l'autre » se plaignait Noémie. Félix était d'accord avec elle.

Ils n'avaient plus le temps de voir leurs amis. Noémie avait peur de ne plus pouvoir jouer à la balle molle, parce qu'elle oubliait souvent où elle avait laissé son équipement. Allait-on la renvoyer de l'équipe ? Félix perdait toujours ses livres, ce qui lui causait des problèmes à l'école. Après avoir remarqué que quelque chose n'allait pas, l'enseignant de Félix en a discuté avec le père de celui-ci. Puis il a parlé à la mère du garçon. Finalement, les parents ont conclu qu'il serait plus simple pour tout le monde que les jumeaux passent une semaine chez l'un et une semaine chez l'autre.

Qu'est-ce qui tombe mais ne se fait jamais mal ?

La neige.

Date de modification :