Justice, c'est nous

André Solecki

Photo de André Solecki

André Solecki a constaté que la Division de la recherche et de la statistique (DRS) correspond parfaitement à ses aptitudes et à ses intérêts.

Il est la preuve que les initiatives du gouvernement fédéral, dont le Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE), sont un moyen valable d'attirer les étudiants les plus talentueux dans la fonction publique.

« J'ai le meilleur emploi au Ministère, dit André. Je mets en pratique ce que j'ai appris à l'université et je continue d'apprendre. Je recommanderais à n'importe qui de travailler comme étudiant à la Division de la recherche et de la statistique. »

Après avoir obtenu son diplôme de premier cycle en sociologie et en statistique à l'Université d'Ottawa, André a travaillé comme charpentier à Toronto pendant l'été et en hiver, il a fait des contrats de gestion de données pour de grandes sociétés.

Il a rapidement compris qu'il aurait besoin d'un diplôme de deuxième cycle pour trouver un emploi solide dans le domaine de son choix et il a donc déménagé à Ottawa pour entreprendre sa maîtrise en sociologie du droit et de la statistique à l'Université Carleton, en 2005.

André considère que le succès, c'est d'avoir la confiance de ses gestionnaires.

La première affectation d'André à la DRS à l'été 2006 s'est prolongée à l'automne pendant qu'il suivait des cours et achevait sa maîtrise. Ses superviseurs ont soutenu ses travaux universitaires en faisant preuve de la souplesse nécessaire pour qu'il achève ses études. Après avoir obtenu son diplôme, il a été engagé comme chercheur débutant.

Travailler à la DRS l'a aidé à obtenir sa maîtrise parce que la majorité des chercheurs à la Division ont un diplôme universitaire d'études supérieures et ils communiquent volontiers leurs connaissances et leur expérience.

« C'est la différence entre le fait d'être seul dans une salle pleine d'ouvrages et celui d'être entouré de gens que vous pouvez consulter. Le placement en emploi a grandement amélioré ma vie d'étudiant », dit-il.

André affirme que son travail à la Division offre la combinaison parfaite entre son amour de l'écriture et de la langue anglaise et son intérêt pour les mathématiques et la statistique, ajoutant que les questions de justice sont « la cerise sur le sundae ». Faire de la recherche et des calculs, rédiger sur des sujets qui l'intéressent, c'est-à-dire la drogue, la conduite avec facultés affaiblies et l'extradition, font que son travail ne cesse de le fasciner.

André considère que le succès, c'est d'avoir la confiance de ses gestionnaires. Il admet qu'il n'aime pas la microgestion et il est motivé à améliorer sans cesse son rendement parce qu'on l'incite à faire preuve d'initiative et à travailler en toute autonomie.

Il va jusqu'à dire que le style de gestion ouvert et clair à la DRS est l'élément le plus important qui a orienté sa carrière.

Il apprécie aussi que la DRS favorise la collaboration et l'approche à volets multiples du travail.

« Nous ne sommes pas astreints au même travail répétitif, nous avons des tâches diverses à accomplir. Par exemple, je reçois des gens en entrevue, je fais de la collecte de données, je rédige des documents, je fais de la recherche sur les politiques et je soutiens le processus législatif », dit-il.

André est fier du fait que ses collègues le consultent quand ils ont un problème et qu'ils respectent son opinion et ses connaissances, même s'il est un membre débutant de l'équipe.

André a un avenir grand ouvert. Il envisage de retourner à l'université pour obtenir un doctorat quand la pratique du droit de son épouse sera établie. Il aimerait aussi être directeur de la DRS un jour.

Peu importe où l'avenir le mènera, André appréciera l'assise solide acquise au ministère de la Justice et les collègues qui l'ont si généreusement encadré pendant ses années d'études.

André Solecki

Date de modification :