Justice en langues officielles - Le bulletin
(No03 | Novembre 2011)

Quelques données sur les communautés de langue officielle en situation minoritaire

Selon les données du Recensement de 2006, 23,6 p. 100 de la population canadienne est de langue française tandis que 74,8 p. 100 est de langue anglaise. Alors que le plus grand nombre de francophones se trouve au Québec, près d’un million de francophones vivent en situation minoritaire ailleurs au pays. Ces communautés sont réparties inégalement sur l’ensemble du territoire canadien, avec une importante concentration en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Population québécoise
Population québécoise, 86,6% langue française et 13,4% langue anglaise

Quant à la communauté d’expression anglaise vivant en situation minoritaire, elle est située au Québec[1]. On trouve une importante concentration dans la région de Montréal et ses environs, ainsi que des populations relativement nombreuses en Outaouais et en Estrie. Ces populations représentent 13,4 p. 100 de l’ensemble de la population québécoise, soit 994 725 personnes sur une population totale de 7 435 905[2]. Ainsi, en terme de proportion, la communauté d’expression anglaise du Québec est la deuxième communauté de langue officielle en situation minoritaire la plus nombreuse au pays, après les communautés acadiennes et francophones du Nouveau-Brunswick[3]. Or, les enjeux auxquels fait face la communauté d’expression anglaise du Québec sont-ils semblables à ceux qui touchent les communautés francophones vivant en situation minoritaire ?

Selon le rapport du Comité sénatorial permanent des langues officielles intitulé L’épanouissement des communautés anglophones du Québec : Du mythe à la réalité[4], les réalités et les défis propres à ces communautés sont tantôt semblables, tantôt différents, et nécessitent parfois la mise en place de moyens adaptés selon les spécificités de chaque communauté. En fait, la conclusion à laquelle en arrive le comité sénatorial confirme la légitimité de la philosophie de travail de l’équipe JELO du ministère de la Justice du Canada, qui est de privilégier l’esprit de collaboration et de travailler en fonction des réalités, des besoins et des particularités de chaque communauté. Les moyens employés pour favoriser l’épanouissement des communautés dépendent donc à la fois des besoins exprimés par celles-ci et des initiatives élaborées par les organismes qui travaillent auprès de ces communautés.

Proportion des Communautés de langue officielle en situation minoritaire par rapport à la population totale de chaque province et territoire (%) Proportion des Communautés de langue officielle en situation par rapport à la population totale de chaque province et territoire (%)
Source : Statistique Canada, Portrait des communautés de langue officielle au Canada. Recensement 2006, produit n° 92-592-VB.
[Description]



  • [1] L’expression « communauté d’expression anglaise du Québec » désigne l’ensemble des populations d’expression anglaise vivant au Québec.

  • [2] Statistique Canada, « Première langue officielle parlée, langue maternelle, groupes d’âge et sexe pour la population, pour le Canada, les provinces, les territoires, les divisions de recensement et les subdivisions de recensement », Recensement de 2006, produit n° 97-555-XCB2006030, 2007.

  • [3] La population acadienne et francophone du Nouveau-Brunswick représente près d’un tiers (32,7 %) de l’ensemble de la population de la province.

  • [4] Les honorables Maria Chaput et Andrée Champagne, L’épanouissement des communautés anglophones du Québec : Du mythe à la réalité, Rapport du Comité sénatorial permanent des langues officielles (version PDF, 2,888 KB), Ottawa, Sénat du Canada, mars 2011.

Date de modification :