AUDIENCE ET AUDITION

Bien que les termes « audience » et « audition » partagent la même racine latine (audire), ils ne sont pas pour autant synonymes. La confusion qui en résulte est d'autant plus marquée au contact de l'anglais hearing qui se rend en français par l'un ou l'autre terme selon le contexte.

Voyons comment ils se définissent :

Audience
« Séance au cours de laquelle une juridiction prend connaissance des prétentions des parties, instruit le procès, entend les plaidoiries et rend son jugement. » (Dictionnaire de l'Académie française, 9e édition)
Audition
« Audition des témoins. Action d'entendre les dépositions des témoins en justice. » (TLF)

Ainsi, le premier est la réunion d'un corps constitué qui siège pendant un temps plus ou moins long en vue d'accomplir certains travaux; le second, l'action d'entendre des témoins.

Règle générale, on sent le besoin de faire suivre le terme « audition » d'un complément du nom (audition des témoins, des arguments et, p. ext., de la requête, de l'appel, etc.). Le terme « audience » fait, quant à lui, cavalier seul, c'est-à-dire qu'il s'utilise sans complément : L'audience est suspendue jusqu'à 16 heures.

Pour faire la distinction entre ces deux termes fort utiles, il suffit de se rappeler la phrase suivante :

À l'audience, le juge procède à l'audition des témoins.

À noter enfin que, sauf s'il s'agit d'une suspension de courte durée, la levée de l'audience met fin à celle-ci, la reprise des travaux constituant une nouvelle audience, non le prolongement de la précédente. Une affaire peut donc nécessiter un nombre plus ou moins grand d'audiences. On peut alors parler d'une enquête.

Cooccurrents du terme « audience » :

Remarque 

On se doit d'être vigilant devant le verbe anglais adjourn (Bouvier's Law Dictionary and Concise Encyclopedia) qui peut signifier tant le fait de remettre à plus tard — le même jour ou un autre jour — que celui de terminer l'audience. Le sens du verbe « ajourner » est beaucoup plus étroit en français.

Date de modification :