Précis des faits

Femmes et filles autochtones disparues ou assassinées

Version PDF

Juillet 2017

Division de la recherche et de la statistique

Les femmes autochtones représentent 10 % des femmes disparues au Canada

Le rapport Les femmes autochtones disparues ou assassinées : Mise à jour 2015 de l’Aperçu opérationnel national de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)Note de bas de la page 1 indique que les femmes autochtones représentent 10 % (174) des femmes au Canada disparues pour au moins 30 jours qui ont été signalées par le Centre d’information de la police canadienne (CIPC) (1 750). De ce nombre, 111 femmes ont été portées disparues à la suite de circonstances « inconnues » ou d’actes suspects.

La proportion des victimes d’homicide qui sont des femmes autochtones a augmenté depuis 1991Note de bas de la page 2

De 1980 à 2014, les services de police ont déclaré 6 849 homicides de femmes au Canada. De ce nombre total de femmes victimes, 16 % étaient des femmes autochtones. Depuis 1991, le nombre de femmes non autochtones assassinées a diminué. Toutefois, comme le nombre de femmes autochtones assassinées est demeuré relativement stable, ce nombre représente un plus grand pourcentage du nombre total de femmes victimes d’homicide. Par exemple, en 1980, les femmes autochtones représentaient 9 % (18) des femmes victimes d’homicide, tandis qu’en 2014, elles représentaient 21 % (30) des femmes victimes d’homicide. En 2014, le taux d’homicides de femmes autochtones (3,64 par 100 000) était presque six fois supérieur à celui d’homicides de femmes non autochtones (0,65 par 100 000).Note de bas de la page 3

Le taux d’homicides de femmes autochtones est plus élevé dans les territoires

De 2001 à 2014, les territoiresNote de bas de la page 4 affichaient un taux d’homicides pour les femmes autochtones déclarés par les services de police plus élevé que dans l’ensemble du CanadaNote de bas de la page 5. Les Prairies affichaient le taux le plus élevé d’homicides de femmes autochtones déclarés par les services de police.Note de bas de la page 6 Le plus grand écart entre les taux d’homicides de femmes autochtones et de femmes non autochtones déclarés par les services de police a été enregistré au Yukon (un taux 12 fois plus élevé pour les femmes autochtones) et en Saskatchewan (un taux 11 fois plus élevé pour les femmes autochtones).Note de bas de la page 7

La moitié des homicides de femmes autochtones ont été commis par un membre de la familleNote de bas de la page 8

Sur le nombre total d’homicides élucidés de femmes autochtones survenus entre 1980 et 2014, la moitié de ceux-ci (53 %) ont été commis par un membre de la famille, un quart (26 %) par une connaissance et 8 % par un étranger. L’enquête sur les homicides réalisée en 2014 a permis d’établir qu’il y a moins d’homicides de femmes autochtones qui se sont produits dans une résidence (66 %)Note de bas de la page 9, que chez les femmes non autochtones (88 %). De plus, 17 % des homicides de femmes autochtones se sont produits dans une rue, sur une route ou sur une autoroute, alors que ce pourcentage est de 1 % chez les femmes non autochtones.

Date de modification :