Language selection

Recherche

Compréhension et perceptions des Canadiens à l’égard du système de justice pénale

Résultats abordés

  • Les Canadiens comprennent le rôle du système de justice pénale et lui font confiance.
  • Le système de justice pénale est équitable et accessible.
  • Les Canadiens sont en sécurité et les personnes et leur famille se sentent en sécurité.

Le SJP a comme résultat fondamental de s’assurer que les Canadiens comprennent le rôle du SJP et y font confiance. La recherche montre que la sensibilisation et la compréhension accrues des Canadiens à l’égard des rôles des trois principales institutions du SJP (c.‑à‑d. la police, les tribunaux et les services correctionnels) sont liées à une plus grande confiance dans le système (voir par exemple Latimer et Desjardins 2007). Ce résultat est mesuré par un certain nombre d’indicateurs, y compris la sensibilisation au rôle du SJP, la confiance dans les institutions du SJP et des mesures de l’équité et de l’accessibilité.

Sensibilisation

En 2018, les femmes étaient moins susceptibles que les hommes de dire qu’elles connaissaient le rôle de la police, des tribunaux et des services correctionnels14. Les femmes (85 %) et les hommes (90 %) ont tous deux déclaré un niveau plus élevé de connaissance du rôle de la police comparativement à celui des tribunaux (74 % contre 85 %, respectivement) et encore plus par rapport à celui des services correctionnels (62 % contre 74 %, respectivement; voir le diagramme 1) (Ministère de la Justice du Canada 2019d)15.

Diagramme 1. Pourcentage de femmes et d’hommes qui ont déclaré être au courant ou moyennement au courant du rôle des trois principales institutions du SJP en 2018.

Version textuelle
% de répondants
Services de police Tribunaux Services correctionnels
Femmes 85% 74% 62%
Hommes 90% 85% 74%

Source : Ministère de la Justice du Canada, sondage national sur la justice, 2018.

Confiance

En 2014, la grande majorité des Canadiens ont déclaré avoir confiance en la police (91 %), les femmes étant légèrement plus susceptibles que les hommes de déclarer avoir confiance en la police (92 % contre 89 %)16. Cette différence entre les sexes a également été observée chez les personnes autochtones (84 % comparativement à 82 %, respectivement) et chez les membres des minorités visibles17 (92 % comparativement à 90 %, respectivement). La proportion de Canadiens ayant déclaré faire confiance à la police a augmenté au fil du temps pour tous les groupes (voir le diagramme 2) (ESG sur la sécurité des Canadiens [Victimisation], Statistique Canada, demande spéciale.)

Diagramme 2. Pourcentage des personnes qui ont déclaré avoir énormément de confiance ou moyennement confiance dans la police, selon le sexe et le groupe ethnoculturel, 2009 et 2014.

Version textuelle
% de répondants
2009 2014
Femmes autochtones 68% 84%
Femmes non autochtones 85% 93%
Femmes appartenant à une minorité visible 76% 92%
Hommes autochtones 71% 82%
Hommes non autochtones 83% 90%
Hommes appartenant à une minorité visible 79% 90%

Source : ESG sur la sécurité des Canadiens (Victimisation), Statistique Canada, demande spéciale.

Les femmes étaient également légèrement plus susceptibles de déclarer avoir confiance dans les tribunaux (73 %) que les hommes (70 %)18. Des résultats semblables ont été observés chez les femmes des minorités visibles (79 %) et les femmes autochtones (70 %) comparativement à leurs homologues masculins (75 % et 61 %, respectivement). La proportion de Canadiens ayant déclaré faire confiance aux tribunaux s’est également améliorée au fil du temps pour tous les groupes (avec des augmentations de 8 % à 21 %) (ESG sur la sécurité des Canadiens [victimisation], Statistique Canada, demande spéciale).

Équité, accessibilité et sécurité personnelle

Une autre façon d’évaluer la confiance dans le SJP consiste à prendre des mesures de l’équité19 et de l’accessibilité20. En général, les femmes étaient moins susceptibles que les hommes de déclarer avoir confiance dans l’accessibilité (62 % contre 66 %, respectivement)21 et l’équité (52 % contre 62 %)22 du SJP (Sondage national sur la justice, ministère de la Justice du Canada 2019d).

Une confiance accrue peut accroître le sentiment de sécurité (voir par exemple Cotter 2015), un autre résultat essentiel du SJP. En général, la majorité des Canadiens se disent satisfaits23 de leur sécurité personnelle relativement au crime (88 %). Toutefois, les femmes étaient moins susceptibles que les hommes de se déclarer satisfaites de leur sécurité personnelle (85 % contre 91 %, respectivement). Des résultats semblables ont été observés chez les immigrantes24 (85 %), les femmes des minorités visibles (84 %) et les femmes autochtones (80 %) comparativement à leurs homologues masculins (92 %, 89 % et 89 %, respectivement).

Certains groupes de femmes étaient moins susceptibles de déclarer être satisfaites de leur sécurité personnelle par rapport à la criminalité. Cela comprenait les femmes souffrant de troubles de santé mentale (74 %), les femmes ayant des antécédents d’itinérance (75 %) et les femmes gaies, lesbiennes ou bisexuelles (77 %). Cela était également vrai pour les hommes ayant un trouble de santé mentale (83 %), les hommes ayant des antécédents d’itinérance (87 %) et les hommes gais ou bisexuels (86 %) (ESG sur la sécurité des Canadiens [Victimisation], Statistique Canada, demande spéciale)25.


Notes de bas de page

14 Connaissance comprend les réponses « au courant » et « moyennement au courant ». Exclut une faible proportion de réponses « ne sait pas ».

15 Toutes les données sur les « demandes spéciales » se trouvent dans le Tableau de bord.

16 La confiance comprend les personnes qui ont déclaré avoir « énormément de confiance » ou « moyennement confiance » en la police. Exclut les données des territoires.

17 « Membre d’une minorité visible » désigne une personne appartenant à un groupe de minorité visible au sens de la Loi sur l’équité en matière d’emploi. Cette loi définit les membres des minorités visibles comme « les personnes, autres que les autochtones, qui ne sont pas de race blanche ou qui n’ont pas la peau blanche ». La population des minorités visibles comprend principalement les groupes suivants : Asiatiques du Sud, Chinois, Noirs, Philippins, Latino-Américains, Arabes, Asiatiques du Sud-Est, Asiatiques de l’Ouest, Coréens et Japonais. Selon le Sondage national sur la justice (SNJ) de 2018, 57 % des Canadiens ont indiqué avoir confiance ou moyennement confiance en l’équité du SJP pour tous (ministère de la Justice Canada, 2019).

18 La confiance comprend les personnes qui ont déclaré avoir « énormément de confiance » ou « moyennement confiance » dans les cours pénales canadiennes. Exclut les données des territoires.

19 L’équité est définie comme le fait d’être traité selon la primauté du droit, sans discrimination, tout en tenant compte des circonstances du crime et des caractéristiques individuelles d’une personne pendant le processus (p. ex. comportements antérieurs, expériences vécues, antécédents de victimisation, problèmes de santé mentale et de toxicomanie).

20 L’accès au SJP signifie un accès égal à l’information et à l’aide nécessaires pour prévenir les problèmes judiciaires et permettre de les résoudre de façon efficace, abordable et équitable.

21 Exclut une faible proportion de réponses « ne sait pas ». Aucune définition du terme « accessible » n’a été fournie aux répondants.

22 Exclut une faible proportion de réponses « ne sait pas ». Aucune définition du terme « équitable » n’a été fournie aux répondants.

23 La satisfaction comprend les réponses « satisfait » ou « très satisfait ». Exclut une faible proportion de réponses « ne sait pas ».

24 Le terme « immigrant » désigne une personne qui est ou a déjà été un immigrant admis ou un résident permanent. Il s'agit d'une personne à qui les autorités de l'immigration ont accordé le droit de résider au Canada en permanence. Les immigrants qui ont obtenu la citoyenneté canadienne par naturalisation sont compris dans ce groupe.

25 Les données de cette section proviennent de deux sources. Le Sondage national sur la justice (SNJ) de 2018 comprend des données sur les indicateurs de la perception et de la sensibilisation du public. L’ESG de 2014 sur la sécurité des Canadiens (victimisation) comprend des données sur les indicateurs de la satisfaction à l’égard de la sécurité personnelle par rapport à la criminalité et la confiance du public dans les institutions (services de police et tribunaux).


Signaler un problème sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, s’il vous plaît contactez-nous.

Date de modification :