l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

HÉRITAGE HISTORIQUE

Guérison des anciens élèves des pensionnats

Nom du programme :

Together For Justice on Language, Violence and Responsibility

Organisme :

Liard Aboriginal Women’s Society

Lieu :

Watson Lake, Yukon et région avoisinante

Groupe cible :

Tous les fournisseurs de services, organismes et services de police œuvrant dans le domaine de la violence familiale.

Personne-ressource :

Ann Maje Raider, directrice exécutive

Téléphone :

867-536-2097

Courriel :

laws@northwestel.net

Site Web :

www.liardaboriginalwomen.ca

Aperçu du programme
Historique :

Le programme Together for Justice on Language, Violence and Responsibility a vu le jour en 2011.

Description du programme
Buts et objectifs :

Rétablir la dignité personnelle et collective du peuple Kaska et respecter et honorer tous les cheminements menant à la guérison tout en reliant et enseignant les « pratiques d’intervention » aux fournisseurs de services, grâce à une série d’ateliers, qui reconnaissent la résilience, le courage et les forces des survivants à des traumatismes, y compris les survivants à la violence et aux mauvais traitements (cette approche ne porte pas sur les « échecs » et les « déficits » des gens qui ont été des victimes).

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Le programme Together for Justice on Language, Violence and Responsibility et la Liard Aboriginal Women’s Society incorpore des cérémonies et des pratiques traditionnelles à leur programmation. La Première Nation Kaska Dena dispose d’un camp à Frances Lake à cette fin. Des cérémonies spirituelles traditionnelles, telles que les cérémonies de la suerie, ont aidé les hommes à affronter et à surmonter leurs problèmes de violence envers les femmes.

Composantes du programme :

Le programme offre des ateliers à l’intention des fournisseurs de services qui visent à les aider à établir des relations de confiance auprès des survivants des pensionnats indiens et des personnes confrontées aux effets intergénérationnels. Le programme Together for Justice on Language, Violence and Responsibility commandite les sept ateliers suivants tant à Watson Lake qu’à Whitehorse au Yukon (pour un total de 14 ateliers) 1) Bridging the Gap, un apprentissage interculturel entre les femmes autochtones, la GRC, les Premières Nations et les organismes de services; 2) Social Responses and Social Justice, qui porte sur la recherche internationale et le travail communautaire sur la violence et les interventions communautaires; 3) Dignity throughout the Lifespan : accroître les chances de rétablissement à la suite de traumatismes et rôles du système de justice pénale et des services communautaires; 4) Honouring Resistance : respecter le courage, la résistance et la force des survivants à des traumatismes; 5) Violence is Deliberate :  méthode d’intervention auprès des contrevenants; 6) Violence and Language : enregistrement précis des actes de violence aux fins des tribunaux, de la réhabilitation et de la planification de la sécurité; 7) Interviewing and Eliciting Accounts of Violence and Evidence : atelier axé sur les pratiques destiné aux fournisseurs de services.

Fonctionnement des services :

Les services sont fournis sur place ou sur le site des organisations participantes.

Financement :

Les fonds sont fournis par Condition féminine Canada; le Prevention of Violence Against Aboriginal Women Fund du gouvernement du Yukon; le Fonds de lutte contre la violence familiale de la GRC; Santé Canada; le ministère de la Justice du Canada; le ministère du Patrimoine canadien.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Les programmes de la Liard Aboriginal Women’s Society sont examinés, planifiés et exécutés par les femmes, les familles et les collectivités de la Première Nation Kaska. La société bénéficie d’une aide conférée par des ressources externes, des éducateurs sectoriels, des travailleurs sociaux, des refuges pour femmes, des programmes de services aux victimes, la GRC et autres fournisseurs de services dont l’orientation est axée sur la non-violence, les toxicomanies et le rétablissement à la suite de traumatismes. 

Partenaires :

Fournisseurs de services territoriaux; refuges pour femmes; conseils municipaux participants.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Aucune évaluation n’a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

S/O

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

Le succès se mesure par la réduction des actes de violence contre les femmes et les enfants. Il se mesure aussi par l’existence d’une approche collaborative multipartite accrue en matière de violence à l’égard des femmes et des enfants.

Réalisations :

Introduction d’une pratique axée sur « l’intervention » dans la région. L’élaboration d’un programme de guérison échelonné sur dix ans. Grâce à ce programme, les fournisseurs de services territoriaux, dont le thème principal porte sur la violence latérale, la violence familiale et la violence faite aux enfants, se sont réuni en un seul un groupe pour tenter, dans une perspective collective, de mettre fin à ces problèmes.

Enjeux :

Obtenir du financement. Puisque le financement de la Fondation autochtone de guérison a pris fin, il s’est avéré ardu de rassembler assez de financement pour maintenir en place les programmes de la Liard Aboriginal Women’s Society. La rédaction de propositions volumineuses sans avoir la certitude de recevoir du financement prend beaucoup de temps.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. L’organisation doit obtenir un financement stable et suffisant. Les responsables doivent en outre consacrer du temps à rassembler tous les intervenants. Les Premières Nations, les fournisseurs de services, les conseils communautaires, les comités de la justice, les services de police et autres intervenants devraient tous assumer un rôle dans les domaines de la planification, de la conception et de l’exécution d’un programme d’éducation/guérison comme Together for Justice on Language, Violence and Responsibility, et des recherches effectuées à cet égard.

Ressources :

Un financement suffisant et un personnel qualifié sont nécessaires au succès du programme.

Date de modification :