l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

SITUATION ÉCONOMIQUE

Guérison et réinsertion sociale des délinquants

Nom du programme :

Buffalo Sage Wellness House (BSWH) Section 81 Healing Lodge

Organisme :

Native Counseling Services of Alberta

Lieu :

Edmonton, Alberta

Groupe cible :

Les femmes

Personne-ressource :

Stephanie Poitras, directrice adjointe

Téléphone :

780-917-8113

Courriel :

stephanie.poitras@csc-scc.gc.ca

Site Web :

www.ncsa.ca

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a été créé il y a plusieurs décennies, imaginé par des Aînés. Les premières résidentes ont été accueillies le 6 septembre 2010.

Description du programme
Buts et objectifs :

Aider les femmes à changer afin qu’elles puissent prendre de meilleures décisions après leur libération.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

La spiritualité des Autochtones est intégrée au programme par les Aînés. La vision du programme est fondée sur l’orientation et la vision des Aînés. On explique aux femmes que leur guérison se passe entre elles et le Créateur, et qu’il s’agit d’une démarche très personnelle. Les membres du personnel n’interviennent pas dans le processus. Le programme permet la tenue de cérémonies auxquelles les femmes ne sont pas tenues de prendre part. Elles sont toutefois encouragées à y participer, et la plupart le font. Les Aînés croient qu’il ne suffit pas d’essayer, mais qu’il faut agir. Les cérémonies sont destinées à celles qui souhaitent vraiment y participer.

Composantes du programme :

Chaque échange avec une participante est mené de façon prudente puisque chacune d’elles apprend, dès son arrivée, comment acquérir et entretenir son propre pouvoir. Grâce à leurs discussions avec un membre du personnel au sujet de la manière dont elles transmettent de l’information et font part de leurs sentiments aux autres, elles prennent conscience de l’effet qu’elles ont sur elles-mêmes et sur les autres. Elles mettent ensuite en pratique ce qu’elles ont appris durant ces entretiens dans le cadre de leurs rapports avec les autres participantes, le personnel et les membres de la collectivité (au moment de leur libération). Leur réinsertion se fait graduellement, en vue d’obtenir une mise en liberté sous condition, par exemple une libération conditionnelle de jour.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts sur les lieux de l’établissement, ou à différents endroits dans la collectivité.

Financement :

Le financement provient de Service correctionnel du Canada et des fonds amassés par les clientes.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

S/O

Partenaires :

Service Correctionnel du Canada; Bureau de libération conditionnelle sectoriel d’Edmonton; Établissement d’Edmonton pour femmes; Okimaw Ohci Healing Lodge; Catholic Social Services; Société Elizabeth Fry; Bent Arrow; Bissell Center; Boyle Street Community Services; Canadian Native Friendship Center; Women Building Futures; YouCan; BGS; Lifeline Society of Alberta; YMCA; les bibliothèques de la ville d’Edmonton.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Aucune évaluation n’a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

S/O

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

Le succès se mesure par le fait que des clientes passent du temps en collectivité (escortées ou non) de façon positive, par la mesure dans laquelle les clientes réussissent à réintégrer la collectivité, et par les nouveaux comportements que les clientes déclarent avoir adoptés.

Réalisations :

Le fait d’avoir permis à des femmes métisses, inuites ou membres des Premières Nations de passer d’établissements du Service correctionnel du Canada à la BSWH.

Enjeux :

Le fait d’attendre le reclassement selon le niveau de sécurité des femmes métisses, inuites et des Premières Nations détenues dans les établissements du Service correctionnel du Canada.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Les établissements métis et les collectivités inuites et des Premières Nations auront besoin d’apprendre comment mettre sur pied un « Section 81 Healing Facility » (planifier un budget pour les Aînés, les cérémonies, les infrastructures et le personnel, trouver des personnes aptes à faire un travail difficile qui requiert beaucoup de compassion, etc.).  

Ressources :

Un financement suffisant, un personnel qualifié et des locaux adéquats sont nécessaires pour garantir le succès du programme

Date de modification :