l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

SITUATION ÉCONOMIQUE

Guérison et réinsertion sociale des délinquants

Nom du programme :

Community Holistic Circle Healing Program

Organisme :

Première Nation de Hollow Water

Lieu :

Première Nation de Hollow Water, Manitoba

Groupe cible :

L’ensemble de la population

Personne-ressource :

Connie Fontaine

Téléphone :

204-363-7426

Courriel :

Connie.Fontaine@hollowwater.ca

Site Web :

S/O

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a été lancé au début des années 1980, pour devenir pleinement opérationnel moins de dix ans plus tard. Le programme était au départ axé sur les agressions sexuelles, mais sa portée s’est élargie avec le temps et comprend maintenant diverses causes judiciaires impliquant des jeunes et des adultes. Il touche notamment la déjudiciarisation, les mesures de rechange, les peines purgées dans la collectivité et les services de probation.

Description du programme
Buts et objectifs :

Rétablir et revitaliser l’unité familiale traditionnelle et favoriser l’instauration de relations saines dans les collectivités grâce à la réconciliation entre délinquants et victimes de violence et de mauvais traitements.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Le programme est fondé sur les « modes de connaissance » et les systèmes de valeurs culturelles régionaux des Anishanaabeg. Il offre des services de counseling et des groupes de soutien. Les femmes ont réalisé que la collectivité a atteint un seuil critique en ce qui concerne les connaissances traditionnelles, et elles souhaitent continuer de s’en inspirer et de les mettre en pratique dans toutes les composantes du programme ainsi qu’à l’extérieur de l’organisation, comme dans les écoles et les établissements de santé communautaires. On utilise les processus du modèle de guérison CHCH (Community Holistic Circle Healing) pour entretenir une relation saine avec le monde des esprits, avec la Terre et avec ceux qui souffrent, pour établir et soutenir une orientation communautaire et des façons de faire traditionnelles, pour établir la justice grâce à la guérison, et pour mettre en pratique des moyens communautaires qui permettent d’envisager le paradigme de la justice réparatrice. Pour y parvenir, les membres du personnel de ce programme ont établi un réseau solide entre eux et avec les organismes de la collectivité. Tous les membres de la collectivité sont considérés comme des personnes contribuant aux processus de guérison communautaires.

Composantes du programme :

La collectivité dirige les gens vers des chargés de cas, qui travaillent ensuite auprès des victimes, des délinquants et des enfants. Les chargés de cas communiquent entre eux et organisent des cercles de guérison réunissant le délinquant et sa victime. L’objectif est de parvenir à une réconciliation, pour aider les parents à établir et à entretenir des relations saines qui permettront de maintenir l’unité familiale, particulièrement si des enfants sont touchés.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts sur place.

Financement :

Le programme est financé par la Stratégie de la justice applicable aux Autochtones (ministère de la Justice du Canada) et par le système de justice communautaire du Manitoba.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Ce sont les femmes de la collectivité qui ont été l’élément moteur de la mise sur pied de ce programme. Des femmes qui ont été témoins des répercussions de la colonisation et des pensionnats sur plusieurs générations, et de la profondeur des blessures infligées par la violence physique, sexuelle et psychologique, y compris la violence familiale. Les femmes se sont réunies au début des années 1980 pour trouver un moyen de lutter contre ces effets, non pas en cherchant à l’extérieur des collectivités, mais à l’intérieur de celles-ci, en tenant compte de la vision du monde et du point de vue des personnes qui forment ces collectivités. Elles se sont penchées sur la nécessité de traiter ces problèmes, et ont réalisé que la guérison passait par l’autoresponsabilité. Elles ont mis sur pied un programme faisant intervenir des organismes de de la collectivité et de l’extérieur de celle-ci, et au fil des ans, des hommes se sont joints à elles.

Partenaires :

Chef et conseil; Crisis Stabilization Unit; Mobile Crisis Unit; Programme national de lutte contre l’abus d’alcool et de drogues chez les Autochtones (Santé Canada); Services à l’enfant et à la famille.

Autres collaborations :

Wanipigow School et le centre de santé local.

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

Le programme est rentable, comparativement aux coûts d’incarcération des délinquants dans les établissements pénitentiaires. « Le gouvernement fédéral peut réaliser des économies substantielles si davantage de collectivités réussissent à reproduire le modèle de Hollow Water ». Le leadership, la participation et la collaboration, ainsi que la mise sur pied d’organisations et le renforcement des capacités de la collectivité, sont essentiels aux programmes de guérison.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

Le succès se mesure par la participation accrue de la collectivité au programme.

Réalisations :

Revitalisation des connaissances traditionnelles dans les familles, intégration et utilisation accrues des pratiques traditionnelles, forte croyance que chaque personne possède le pouvoir de se guérir elle-même et que la guérison ne peut être imposée aux autres, croyance que dans le cercle de guérison, le pouvoir d’une personne devient le pouvoir de tous, et que par la guérison, les clients forment ensemble une entité unique, entière et complète.

Enjeux :

Établir un équilibre entre les pratiques de guérison traditionnelles et le système juridique canadien. Le fait que les concepts de justice de la société en général soient extrêmement différents de ceux utilisés dans la tradition de la Première Nation de Hollow Water constitue un défi de taille. 

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Il s’agit qu’une organisation ou un groupe de personne de la collectivité se charge de le mettre sur pied. Le programme doit être fondé sur les enseignements de la collectivité, et tenir compte du fait que chaque collectivité est différente. Ce sont les gens qui dispensent les enseignements, et lorsqu’on demande aux administrateurs de parler du programme, ils soulignent constamment le fait que même s’il ne faut que quelques personnes pour en assurer la mise en œuvre, il faut toute une équipe pour y faire participer la collectivité. Certains sujets, tels que les agressions sexuelles et la violence familiale, sont difficiles à aborder. Travailler dans sa propre collectivité peut représenter un grand défi, mais c’est également ce qui fait la force du programme. 

Ressources :

Un financement suffisant, un personnel qualifié et des locaux adéquats sont nécessaires pour garantir le succès du programme. 

Date de modification :