Dépistage rapide et orientation des familles vivant une séparation ou un divorce fortement conflictuel

RÉSUMÉ DES RECOMMANDATIONS

  • Recommandation nº 1. Les efforts actuellement entrepris afin d’élaborer des programmes de pédagogie parentale à l’intention des parents qui divorcent ne permettent en fait de toucher que les parents qui ont déjà décidé de se séparer. De nouvelles initiatives en matière d’éducation publique permettraient de sensibiliser une plus grande partie de la population aux effets néfastes du divorce sur les enfants et encourageraient peut-être certains parents à recourir davantage à des consultations médico-sociales et à des services thérapeutiques, ce qui aurait peut-être pour effet de réduire le nombre de divorces.

  • Recommandation nº 2. Afin de comparer, à long terme, l’adaptation des enfants ayant fait l’objet de mesures de garde conjointe et les enfants qui, bien qu’on ait veillé au maintien de leurs relations avec les deux parents, passent la plupart de leur temps chez l’un d’eux, il y aurait lieu d’engager de nouveaux travaux de recherche basés sur des données longitudinales.

  • Recommandation nº 3. Le besoin de nouvelles initiatives destinées aux familles qui se séparent se fait sentir en matière d’éducation publique afin de recueillir de plus amples renseignements sur les divers modes de répartition des tâches parentales au-delà des modèles traditionnels que sont soit la garde conjointe, soit la garde unique.

  • Recommandation nº 4. Il faudrait, afin de pouvoir obtenir des mesures précises de ce qu’on entend par conflit aigu, procéder à de nouvelles recherches empiriques. Fondées sur une analyse de grands échantillons, ces recherchesdevraient commencer par établir une mesure de référence correspondant au niveau de conflit normalement éprouvé au sein des familles qui divorcent, et effectuer une comparaison par rapport au niveau généralement constaté dans les familles intactes. Une fois cette mesure définie, on pourrait établir un deuxième niveau conflictuel de référence correspondant aux familles possédant les traits caractéristiques extérieurs et intérieurs décrits à la section 6.2.

  • Recommandation nº 5. D’autres travaux, y compris des recherches sur les conséquences à long terme, devront être entrepris avant que l’on sache si les critères permettant éventuellement de repérer les divorces fortement conflictuels auraient une utilité pratique, c’est-à-dire aideraient les professionnels de la santé mentale et du droit à élaborer des plans d’aménagement des tâches parentales ou à mettre en œuvre de nouveaux services facilitant la résolution des conflits.

  • Recommandation nº 6. Seules des recherches plus poussées permettraient de mieux saisir certains éléments qui caractérisent les divorces fortement conflictuels, et plus précisément l’aliénation parentale, les fausses accusations, le refus de respecter les mesures de garde et de visite, et indiqueraient quelles sont les mesures législatives qui permettraient d’atténuer ce genre de situation.

  • Recommandation nº 7. Les programmes d’éducation publique ayant pour objet de sensibiliser la population aux dangers que représente le divorce pour les enfants devraient s’attacher particulièrement aux risques spécifiques que créent les situations fortement conflictuelles.
Date de modification :