Les effets des programmes de justice réparatrice : Analyse documentaire sur la recherche empirique

5. QUESTIONS DE RECHERCHE

Avant de pouvoir savoir si la justice réparatrice « fonctionne » et avant de pouvoir en comprendre les « effets », il faut s’assurer que tout le monde parle de la même chose. Il est important d’élaborer un ensemble d’indicateurs simples que l’on pourra appliquer régulièrement à divers programmes et instances pour s’assurer de la nature vraiment réparatrice des programmes. Le programme prévoitil la participation active des victimes, des délinquants et de la collectivité? S’efforceton de rétablir la relation entre la collectivité, la victime et le délinquant, et de réparer le tort causé par le crime? Tout programme dans lequel ces simples critères ne sont pas évidents risque de ne pas adhérer à un modèle réparateur.

Une fois qu’on se sera mis d’accord sur « l’aspect réparateur » d’un programme, on trouvera précieux de posséder un ensemble clair de critères de détermination de l’efficacité. Les taux de satisfaction des victimes, de récidive et de respect des ententes de dédommagement pourraient être trois critères principaux. Ces trois résultats sont essentiels pour que les interventions de nature réparatrice puissent bénéficier d’un soutien continu. Les principaux objectifs de la justice réparatrice consistent à permettre aux victimes de participer utilement au processus, à réintégrer les délinquants dans la collectivité et à tenter de réparer le tort causé par le crime. Le niveau de satisfaction des victimes et le taux de respect des ententes de dédommagement ont tous deux fait l’objet d’un examen approfondi dans la documentation. Par contre, il y a lieu d’étudier la récidive plus à fond. L’analyse documentaire effectuée soulève la nécessité d’examiner plusieurs questions supplémentaires importantes. Le tableau no5.1 présente les questions de recherche que nous croyons importantes pour effectuer un examen minutieux de la justice réparatrice. On peut également examiner chacune de ces questions à l’aide des variables modératrices (voir le tableau no3.2).

Le tableau présente également le délai approximatif d’exécution du projet de recherche qui permettra d’obtenir la réponse à chaque question. Le gros de la recherche proposée dans le tableau no5.1 peut être effectué dans un délai relativement court. Pour mieux répondre à plusieurs des questions, il serait également utile d’examiner des programmes mis en œuvre dans différentes autres administrations.

Tableau 5.1: Questions de recherche proposées
Question de recherche Délai d’exécution
Les pratiques réparatrices fontelles baisser le taux de récidive, par comparaison avec le système traditionnel? 12 à 36mois
La participation à des activités de nature réparatrice entraînetelle une diminution du sentiment de peur du crime au sein de la collectivité? 2 à 6mois
Quels sont les coûts liés à la mise en œuvre des programmes de justice réparatrice, en comparaison de ceux du système traditionnel? 12 à 18mois
Les pratiques réparatrices comportentelles plus d’intrusion que les pratiques traditionnelles et ont –elles par conséquent un effet d’élargissement du filet? 6 à 12mois
Comment les pratiques de justice réparatrice influerontelles sur le système de justice pénale et plus particulièrement sur le rôle des policiers, des avocats, des tribunaux et des agents de correction? 12 à 36mois
Faut il mettre au point des méthodes plus perfectionnées de collecte de données pour assurer l’exactitude des statistiques sur le crime? 1 à 2mois