l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

HÉRITAGE HISTORIQUE

Guérison et renouvellement des rôles et des responsabilités des familles

Nom du programme :

Family Healing Program

Organisme :

Warriors Against Violence Society

Lieu :

Secteur est de Vancouver, Colombie-Britannique

Groupe cible :

L’ensemble de la population

Personne-ressource :

Joyce Fossella

Téléphone :

604-255-3240

Courriel :

warriors@kiwassa.ca

Site Web :

http://www.wavbc.com/

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a vu le jour en 1998 et a évolué au fil des années tant par le nombre de participants que par les programmes offerts aux clients.

Description du programme
Buts et objectifs :

Aider les familles autochtones à éliminer la violence et les mauvais traitements grâce au rétablissement et à l’utilisation des valeurs traditionnelles que sont l’honneur, le respect et l’égalité dans toutes les relations familiales.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Le programme comprend des cercles de la parole, des activités de purification et des prières. Lorsque les participants sont prêts, les instructeurs les encouragent à relater leur propre histoire, ce qui profite aux autres. Ils participent aux cérémonies, aux activités de la suerie, aux danses du soleil; certains participent à diverses activités liées aux maisons longues, et on les encourage à partager leurs propres principes culturels ou à en explorer d’autres, selon s’ils se sentent à l’aise à cet égard. Les croyances de tout un chacun sont respectées; cela fait partie de la perspective et de l’approche holistiques du programme.

Composantes du programme :

Le programme est de nature holistique et connaît et respecte les diverses croyances culturelles que véhicule la collectivité autochtone et tente de tenir compte de ses divers systèmes de croyances en encourageant les participants à partager de leur plein gré leurs systèmes de croyances. Le programme pour les jeunes tient des ateliers contre la violence qui contribuent à la prévention de la violence contre les femmes au début des relations. D’autres ateliers ciblent la source de la violence et aident les membres de la famille à élaborer des stratégies et à utiliser des outils pour composer avec les conflits sans avoir recoure à la violence.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts sur place. Certaines activités et certains événements, tels que les cérémonies de la suerie et les danses du soleil, se tiennent à l’extérieur.

Financement :

Les fonds proviennent de la Vancouver Coastal Health; et de la Association of Friendship Centresde la Colombie-Britannique.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Les responsables du programme collaborent avec les familles dans leur ensemble; de la Warriors Against Violence Society sont venus des gens qui honorent leurs esprits en trouvant et en rétablissant leur propre identité et estime de soi. Lors de consultations avec les femmes, celles-ci ont indiqué les éléments qu’elles souhaitaient voir intégrer à leur propre programme. Elles voulaient des activités culturelles : jouer de la musique, jouer du tambour et confectionner des ornements. La direction du programme a également mobilisé les jeunes en les consultant pour déterminer ce qu’ils veulent dans leurs programmes. Les hommes formulent des commentaires sur ce qu’ils aiment du programme ainsi que sur les autres éléments qu’ils souhaitent voir intégrer au programme. La collectivité élargie joue un rôle en recommandant des participants à la Warriors Against Violence Society.

Partenaires :

Kiwassa Neighbourhood House.

Autres collaborations :

La Urban Native Youth Association offre des services non financiers pour le bénéfice du programme.

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Aucune évaluation n’a été réalisée. Un examen opérationnel préliminaire a été réalisé.

Principales conclusions de l’évaluation :

Les participant ont formulédes commentaires très positifs sur la façon dont le programme a influé positivement sur leur vie et leur a permis de résoudre un conflit de manière adéquate; notamment en réponse à une question sur le mieux-être culturel liée à un sondage sur la satisfaction de la clientèle, 85 % des hommes ont indiqué avoir été sensibilisés à au moins un principe traditionnel et à un mode contemporain qu’ils pourraient mettre à contribution pour résoudre un conflit.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

Le succès s’est mesure surtout par l’autonomisation des participants. Par exemple, certains participants enseignent à d’autres, leur relatant ce qu’ils ont appris, et disent : « C’est comme ça qu’il faut communiquer, et composer avec les conflits et le stress »;  c’est aussi une réussite. Le succès, c’est aussi lorsqu’ils sont capables de raconter leur propre expérience de douleur, à expliquer comment ils en sont venus à savoir d’où provenait leur colère et à transmettre ces enseignements; lorsqu’ils retrouvent leurs enfants après avoir été appréhendés. On mesure aussi le succès à la lumière des clients qui recommandent d’autres clients au programme. Le succès se mesure aussi par les clients qui, de leur propre initiative, acceptent d’être davantage sensibilisés et conseillés.

Réalisations :

Les principales réalisations du programme, c’est qu’il fonctionne pour toute la famille. Le personnel travaille avec les hommes, les femmes et les jeunes. Au départ, le programme visait uniquement les hommes agresseurs, mais il a évolué et inclut maintenant les femmes et les jeunes, principalement à la demande des femmes. Le programme intègre la culture aux enseignements.

Enjeux :

Obtenir du financement. L’administrateur est le seul membre du personnel rémunéré au bureau de la Warrior Against Violence Society. On dénombre de 60 à 70 participants par semaine, et cela demande beaucoup de travail; ce n’est pas une mince tâche que de tout gérer. Le personnel peut travailler bénévolement pendant un certain temps seulement, car cela devient très épuisant. Au bureau de la Warrior Against Violence Society, les employés ne disposent que d’un petit espace de travail. Certains participants veulent que le personnel les accompagne au tribunal, ou participent aux réunions de gestion des cas, et fournissent d’autres types de services d’assistance judiciaire, mais aucune capacité n’existe à cet égard, et les ressources visant à augmenter le nombre d’employés sont inexistantes.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. L’élaboration d’un programme de formation des formateurs où les collectivités ou les organismes peuvent être sensibilisés au modèle de la Warriors Against Violence Society, et l’utiliser, serait très utile. Ce qu’ils doivent savoir, c’est que cela devrait être un programme continu et que les facilitateurs devraient être eux aussi sur le chemin de la guérison. Il devrait inclure le travail auprès des hommes, étant donné que  ce sont eux qui sont en majeure partie responsables de la violence faite aux femmes, mais il arrive toutefois que ce soient les femmes qui commettent des actes de violence. Le programme s’adresse aux victimes et aux auteurs d’actes de violence. Il est recommandé de travailler avec toute la famille et non pas avec un seul membre, car la violence touche tout le monde. De plus, il faut travailler auprès des jeunes dans le but d’établir des relations saines. De nombreux jeunes vivent des relations où la violence et les mauvais traitements constituent déjà un problème. Les ateliers de lutte contre la violence aident les jeunes à comprendre le problème de la violence et contribuent à faciliter la prévention de la violence au plan intergénérationnel.

Ressources :

Une aide financière appropriée et des ressources en personnel, de même qu’un local pour fonctionner et offrir des services de counseling sont essentiels à la réussite du programme.

Date de modification :