l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

HÉRITAGE HISTORIQUE

Guérison et renouvellement des rôles et des responsabilités des familles

Nom du programme :

Respectful Relationships

Organisme :

Whe-la-la-U Area Council

Lieu :

Alert Bay, Colombie-Britannique

Groupe cible :

Les femmes et les hommes dans une relation (en couple, au travail, à l’école, à l’église, etc.)

Personne-ressource :

Pearl Hunt

Téléphone :

250-974-5501

Courriel :

pearljhunt@gmail.com

Site Web :

S/O

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a été créé il y a environ trois ans dans le cadre du programme de justice communautaire d’Alert Bay, lequel reçoit des fonds par l’entremise du cycle de financement quinquennal de la Stratégie de la justice applicable aux Autochtones (ministère de la Justice du Canada). Le programme n’a subi aucune interruption depuis le début, et son envergure, ainsi que sa portée, sont demeurées les mêmes.

Description du programme
Buts et objectifs :

Ce programme vise à prévenir la violence familiale grâce à l’éducation sur les rôles familiaux traditionnels et les conceptions en matière de relations familiales. La plupart des couples s’inscrivent volontairement au programme, et le premier couple à y avoir participé est devenu un modèle pour le reste de la collectivité. Lorsque les deux partenaires sont violents, le changement est assez flagrant pour que les autres membres de la collectivité le remarquent. Les gens peuvent changer assez rapidement, selon leur perception d’eux-mêmes et leurs motivations. Lorsque les participants commettent des actes répréhensibles (par exemple crier après leur partenaire, sans nécessairement devenir agressif et le frapper), ils en discutent avec leur instructeur et mettent en pratique les stratégies qui leur ont été enseignées lors des séances. Ils agissent de manière responsable en venant de leur propre chef et en s’efforçant de « se remettre sur le droit chemin ».

Méthodes traditionnelles et autochtones :

On a adapté le contenu du programme et les documents connexes aux méthodes traditionnelles de la collectivité. Un génogramme est utilisé pour aider les participants à connaître leur origine et celle de leur famille, puisque Whe-La-La-U regroupe cinq bandes différentes. L’esprit communautaire est renforcé lorsque des personnes demandent de l’aide pour améliorer les comportements dans leur famille, et pour intégrer davantage les méthodes traditionnelles dans leur façon d’assumer leurs responsabilités et de s’occuper des leurs. Les jeunes mères, par exemple, deviennent expertes en budgétisation. L’ensemble de la collectivité s’est donné pour objectif qu’aucun de ses enfants n’ait plus à être pris en charge par les services sociaux. On utilise donc maintenant des approches traditionnelles, par exemple en demandant aux membres de la famille élargie de soutenir les parents en s’occupant de leurs enfants et en leur donnant un coup de main dans les moments difficiles. Les administrateurs du programme appuient cette approche, et s’assurent qu’elle n’est pas utilisée pour blâmer les mères et leur donner l’impression que ce sont de « mauvaises mères ». On cherche plutôt à leur communiquer le message suivant : « Nous sommes là parce que nous nous soucions de toi et de tes enfants. Tes enfants sont importants, et voici ce que nous pouvons tous faire pour t’aider ».

Composantes du programme :

Le contenu du programme et les documents connexes sont adaptés en fonction des méthodes traditionnelles de la collectivité. Les participants s’inscrivent volontairement au programme pour régler des problèmes et tenter d’améliorer leur relation avec leur conjoint. Les intervenants enseignent aux participants les stratégies qu’ils peuvent employer pour venir à bout des comportements violents. Les solutions communautaires découlent d’un consensus et d’une collaboration et visent à ce que tous les membres de la collectivité s’entraident. On enseigne aux participants en utilisant une approche préventive, et on leur explique les diverses formes de violence, passées et actuelles. On examine avec eux les répercussions que cette violence a eues sur eux, qu’elle soit liée aux pensionnats indiens, à l’alcoolisme ou aux agressions sexuelles. Les instructeurs expliquent aux participants qu’ils ont appris certains comportements violents, et leur enseignent des stratégies qui les aideront à désapprendre ces comportements.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts sur place, dans la collectivité.

Financement :

Le programme est financé par la Stratégie de la justice applicable aux Autochtones (ministère de la Justice du Canada), par la province de la Colombie-Britannique et par les Services correctionnels de la Colombie-Britannique.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Les couples eux-mêmes donnent régulièrement de la rétroaction. Ils donnent leur avis sur les composantes du programme qui aident et sur celles qui n’aident pas. Les couples qui ont suivi le programme en parlent aux autres et les encouragent à y participer. Après avoir suivi la formation et le cours sur les compétences de vie appelé « Leading the Way », ces couples deviennent de véritables leaders dans la collectivité.

Partenaires :

Ministère de la Sécurité publique et du Solliciteur général de la Colombie-Britannique; services correctionnels (probation pour adultes); ministère du Développement de l’enfance et de la famille (probation pour les jeunes), Legal Services Society, Victim Services; autres Premières Nations des régions nordiques de l’île de Vancouver.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Aucune évaluation n’a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

S/O

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

La satisfaction des clients et le fait que la GRC reçoit beaucoup moins d’appels pour des cas de violence familiale sont des indicateurs de succès. Les gens agissent de façon plus responsable envers leur famille et se présentent volontairement afin de participer à des groupes de soutien pour hommes et pour femmes, afin de recevoir du soutien individuel. Le fait que les membres de la collectivité font appel à des services de counseling pour apporter des changements positifs à leur vie est une preuve de succès. Les gens qui participent à des programmes de traitement de la toxicomanie cessent de consommer des substances nocives, ou en réduisent leur consommation.

Réalisations :

Les administrateurs du programme ont suivi la formation du ministère de la Sécurité publique et du Solliciteur général et ont réussi à l’adapter en fonction des besoins spécifiques de la collectivité.

Enjeux :

Il a été difficile, dans un premier temps, d’amener les membres de la collectivité à soutenir le programme.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit, il peut être adapté aux besoins de n’importe quelle collectivité. Le plus grand défi consiste à créer des liens entre les gens (par exemple entre les enfants et les parents). Il faut favoriser ces liens sans encourager la dépendance, reconnaître les problèmes liés aux pensionnats indiens, et faire preuve d’amour et d’affection. Il y a toujours de l’espoir – les gens doivent être prêts à prendre des risques. Chaque personne doit acquérir ses propres stratégies, s’engager pleinement et savoir utiliser les outils qui sont mis à sa disposition pour s’aider. Il ne faut pas rester assis à attendre que les douze participants requis, ou « le nombre de participants requis pour justifier le coût du programme », se présentent. Le programme vise avant tout à répondre aux besoins de la collectivité, alors il faut accueillir les hommes et les femmes lorsqu’ils se présentent, prêts à travailler sur eux-mêmes. Il faut essayer de voir les choses d’un point de vue holistique et traditionnel – se pencher sur les problèmes de violence et de mauvais traitements, et travailler sur les forces et les faiblesses de chacun pour mettre fin aux comportements destructeurs.

Ressources :

Il est essentiel d’établir des liens solides avec tous les ministères provinciaux pour garantir le succès du programme. 

Date de modification :