l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

HÉRITAGE HISTORIQUE

Guérison et renouvellement des rôles et des responsabilités des familles

Nom du programme :

Suqqakkut

Organisme :

Ilisaqsivik Society

Lieu :

Clyde River (Nunavut)

Groupe cible :

L’ensemble de la population

Personne-ressource :

Jakob Gearhard, directeur général

Téléphone :

867-924-6565

Courriel :

jakobmg@ilisaqsivik.ca

Site Web :

S/O

Aperçu du programme
Historique :

La société Suqqakkut, qui a vu le jour en 1997, mène généralement entre 25 et 30 projets simultanément. L’organisation compte 60 employés, dont la plupart travaillent à temps partiel. 

Description du programme
Buts et objectifs :

Promouvoir le bien-être de la collectivité et la sensibilisation à la culture pour réduire la vulnérabilité à la violence et aux mauvais traitements.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Les services de counseling sont de type traditionnel.  La meilleure façon d’obtenir de l’aide est de s’adresser aux Aînés. Tous les services sont offerts en inuktitut. Les enseignements aident les gens à vivre adéquatement en collectivité. Il est très important pour le comité de justice communautaire d’utiliser une approche traditionnelle en matière de justice, et d’enseigner les méthodes traditionnellement utilisées pour résoudre les problèmes communautaires. L’unité familiale est fondamentale dans cette culture. Les victimes de violence peuvent se rendre sur le territoire pour réfléchir à leurs problèmes d’une manière naturelle. La coutume est d’aller chasser et pêcher, est c’est en s’appuyant sur cette coutume que les conseillers encouragent les pratiques associées à une vie meilleure.

Composantes du programme :

L’approche holistique du mieux-être permet à la société d’offrir des programmes à tous les groupes d’âge, des jeunes enfants aux personnes âgées. Le programme comporte deux centres. Le premier, un centre de ressources familiales, constitue un guichet unique où sont offerts divers services, notamment les services d’un comité de justice communautaire, un accès à des Aînés, un programme pour les personnes atteintes de diabète, un accès à des refuges sur le territoire, un programme de petits déjeuners dans les écoles, et des messages d’intérêt public de Santé Canada et de l’Organisation nationale de la santé autochtone. Le deuxième centre est un organisme créé par la société pour régler des problèmes liés à la criminalité chez les jeunes, au suicide et à la violence familiale. Des Aînés et des conseillers travaillent en collaboration pour favoriser la guérison et le bien-être des personnes accédant aux services. Le soutien offert dépend de la durée du problème, à savoir si celui-ci existe depuis un certain temps. Le travailleur des services d’approche, qui offre des services d’intervention, respectera rigoureusement la confidentialité de la victime à la demande de celle-ci. Des émissions radiophoniques abordant les problèmes de la collectivité, tels que la violence familiale, sont également présentées chaque semaine. On diffuse notamment une émission de radio de deux heures, qui compte de nombreux auditeurs. Ceux qui ne veulent pas se rendre en personne au centre pour obtenir de l’aide peuvent écouter les conseils donnés dans le cadre de l’émission pour aider leurs amis ou leurs familles, ou pour s’aider eux-mêmes. Il s’agit d’un moyen de communication très efficace dans cette collectivité.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts sur place et à divers endroits dans la collectivité et sur le territoire.

Financement :

S/O

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Des ateliers de groupe, auxquels participent des Aînés et le comité de justice, servent à établir l’orientation des projets de la société et à en assurer la responsabilisation et la légitimité. Il s’agit d’un modèle communautaire qui utilise une approche communautaire face aux réussites et aux échecs, et qui fait intervenir toute la collectivité.

Partenaires :

GRC

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

Le rapport n’a pas été publié, et aucun des résultats obtenus ne peut être présenté.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

Le succès se mesure par le nombre de clients qui tirent profit des services de façon notable.

Réalisations :

Le programme fait partie du palmarès des dix meilleures initiatives de 2011 de Tides Canada - http://tidescanada.org/about/tides-top-10/tides-top-10-for-2011/ilisaqsivik/. Grâce aux actions du comité de justice, les gens sont plus ouverts les uns aux autres, et ils essaient de s’entraider en faisant du bénévolat au centre. 

Enjeux :

Obtenir du financement. Cela limite le nombre d’employés permanents d’une année à l’autre, entraînant des répercussions sur le type de services que le programme peut offrir au cours d’une année donnée. On manque d’espace pour mettre en œuvre l’ensemble des programmes.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Il est essentiel de mettre l’accent sur la langue de la collectivité (surtout dans le nord). La participation de la collectivité est nécessaire à la réussite du programme. 

Ressources :

Un financement suffisant, un personnel qualifié et des locaux adéquats sont nécessaires pour garantir le succès du programme.

Date de modification :