l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

SITUATION ÉCONOMIQUE

Solutions de rechange aux gangs

Nom du programme :

Regina Anti-Gang Services (RAGS)

Organisme :

The North Central Community Association of Regina

Lieu :

Regina, Saskatchewan           

Groupe cible :

Les jeunes Autochtones (de sexe masculin ou féminin) membres de gangs, leur famille et leur partenaire

Personne-ressource :

Jacqui Wasacase

Téléphone :

306-537-2913 / 306-529-2537

Courriel :

rags@nccaregina.ca

Site Web :

www.nccaregina.ca

Aperçu du programme
Historique :

Le projet RAGS, qui a été mis en œuvre en 2007, a été élaboré à la suite d’une période de consultation d’un an menée en 2000 auprès de membres de gangs. En outre, des entrevues étaient réalisées sur une base régulière (aux six mois) avec des membres de gang de sexe masculin et féminin. En 2001, le Regina Youth Justice Forum a commencé à examiner et à analyser l’application de la nouvelle Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents en Saskatchewan. Durant leur enquête, les membres du forum ont constaté que la majorité des jeunes ayant des démêlés avec le système de justice pénale faisaient également partie d’un gang. Il est devenu évident qu’il n’existait aucun service communautaire pour prévenir l’affiliation aux gangs et soutenir les jeunes qui souhaitent quitter ce mode de vie. On a constaté que les ressources dans le domaine de la prévention des activités de gangs étaient inexistantes et que les connaissances ainsi que l’expertise dans ce domaine étaient limitées; le projet RAGS s’est donc imposé comme projet clé en réaction à ces constatations.

Description du programme
Buts et objectifs :

Réduire le nombre d’actes criminels commis par les jeunes Autochtones appartenant à un gang.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Des Aînés autochtones participent au programme et animent des activités et des événements culturels hebdomadaires (p. ex. des danses du soleil et des cérémonies de la suerie). La plupart des activités commencent par une cérémonie de purification par la fumée.

Composantes du programme :

Le programme offre aux jeunes Autochtones l’occasion d’acquérir des aptitudes à la vie quotidienne et de vaincre les effets préjudiciables des gangs. Le programme « Circle Keeper » a été conçu expressément pour les jeunes femmes membres d’un gang et travaillant dans l’industrie du sexe; il comporte des séances de groupe dirigées visant à évaluer les besoins des jeunes femmes en matière de sécurité et de traitement de la toxicomanie, et à les orienter vers des services de soutien et des ressources thérapeutiques. La stratégie de sortie d’un gang met à contribution des partenaires fédéraux et provinciaux, contribue à la constitution d’une base de connaissances d’experts quant aux méthodes appropriées de sortie sécuritaire d’un gang et comporte divers programmes, y compris un programme de relocalisation.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts sur place.

Financement :

Le programme a reçu du financement de la part du Centre national de prévention du crime de Sécurité publique Canada, ainsi que du ministère du Patrimoine canadien.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Les membres de gang ont été sondés, et leurs commentaires ont été intégrés au programme.

Partenaires :

Service de police de Regina; conseil scolaire de Regina; programmes interprovinciaux de lutte contre les gangs; ministère des Services correctionnels et de la Sécurité publique de la Saskatchewan; Project Hope Street Nurses Organisation; Regina Aids Foundation; divers organismes religieux; ministères fédéraux tels que Patrimoine canadien et Service Canada.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

Les résultats indiquent que le projet RAGS rejoint la population visée. Un nombre considérable de filles et de garçons ayant participé au projet RAGS ont réussi à quitter leur gang et à délaisser le style de vie associé aux gangs.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

On détermine le succès du programme en évaluant le taux de récidive (retour dans le gang ou reprise des activités criminelles). On surveille également la diminution des comportements inappropriés, violents ou criminels envers les femmes et les membres de gangs de sexe féminin, et la diminution de l’intimidation/l’exploitation sexuelle ainsi que de la prostitution et du proxénétisme. 

Réalisations :

La principale réalisation du projet RAGS réside dans le nombre de personnes, femmes et hommes, qui ont quitté leur gang. Les rapports indiquent que sur les 120 à 130 membres de gangs ayant participé au projet RAGS, 80 % ont terminé le programme et quitté leur gang de rue.

Enjeux :

Le programme pour hommes s’est révélé particulièrement ardu. Bien qu’on ait observé une diminution des crimes violents, il a été difficile de faire admettre aux jeunes hommes qu’ils ont forcé des femmes (jeunes filles, membres de leur famille, amies et connaissances) à travailler dans l’industrie du sexe. En outre, certaines des jeunes filles qui ont réussi à quitter leur gang de rue ont continué à travailler dans l’industrie du sexe.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut et doit être reproduit là où le besoin existe. L’établissement d’un rapport d’analyse économique des activités du programme est essentiel.

Ressources :

Le coût approximatif de la mise en œuvre du programme varie de 750 000 $ à 1 000 000 $. Le personnel devrait comprendre entre autres d’anciens membres de gangs de rue qui ont réussi à en sortir, et des intervenants qui possèdent au minimum un baccalauréat en service social.

Date de modification :