l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

SITUATION ÉCONOMIQUE

Accès aux services de justice

Nom du programme :

Aboriginal Restorative Justice Program

Organisme :

Onashowewin Inc.

Lieu :

Winnipeg, Manitoba

Groupe cible :

L’ensemble de la population

Personne-ressource :

Cora Morgan, directrice exécutive

Téléphone :

204-336-3600

Courriel :

cmorgan@onashowewin.com

Site Web :

www.onashowewin.com

Aperçu du programme
Historique :

Ce programme, qui a été lancé en 2002, offre des services de justice réparatrice aux Autochtones vivant en milieu urbain, à Winnipeg. Les participants sont principalement des personnes envoyées par le bureau du procureur de la Couronne du Manitoba, mais le programme travaille actuellement à l’élaboration de stratégies visant à accroître sa clientèle. L’organisation a pris de l’ampleur et offre maintenant 10 ateliers.

Description du programme
Buts et objectifs :

Établir des méthodes réparatrices et holistiques d’accès à la justice tenant compte des besoins et des forces de la collectivité. Rétablir, régénérer et transformer les relations et la collectivité.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Les méthodes et les enseignements culturels varient en fonction des participants. Il s’agit d’une approche qui constitue un élément fondamental de l’organisation, des services et des ateliers. Les ateliers axés sur les aspects traditionnels incluent : l’atelier d’un jour Ways of Being, dans le cadre duquel les participants apprennent comment construire une suerie et participent ensuite à une cérémonie de la suerie et à un cercle de partage; le programme Ikwe (pour les jeunes et les adultes), dans le cadre duquel les participants en apprennent davantage sur le rôle traditionnel des femmes (Ikwe) et découvrent les dons spéciaux qui sont propres aux femmes; et le programme Ininni, dans le cadre duquel les participants en apprennent davantage sur le rôle traditionnel des hommes (Ininni) ainsi que sur leurs responsabilités connexes et les codes dictant leur conduite dans la société.

Composantes du programme :

Outre le modèle de définition de cas, il existe un certain nombre de processus permettant de résoudre les conflits relativement auxquels des chefs d’accusation ont été déposés. Au besoin, les participants sont dirigés vers d’autres sources d’évaluation, services et programmes communautaires. Le volet Brave Path constitue la première étape du programme. Il consiste en l’élaboration d’un plan d’intervention personnalisé qui vise à répondre aux besoins de chaque participant. L’intervenant en justice communautaire (IJC) dressera la liste des ateliers auxquels le participant assistera et des services auxquels il accédera. Il communiquera aussi avec la victime de chaque délinquant pour lui offrir l’occasion d’influer sur le cheminement défini dans le plan d’intervention. Ce cheminement est déterminé en fonction du type d’accusations et de la volonté du délinquant d’assumer la responsabilité du tort qu’il a causé. Quand le participant a terminé le plan d’intervention, le dossier est fermé et est considéré comme une réussite. Le participant peut aussi être dirigé vers d’autres organismes pour avoir accès à un traitement, à un refuge, à un logement, à de la formation et à des occasions d’emploi et de formation. Les ateliers incluent un programme de compétences parentales; un programme de rédaction de curriculum vitæ; l’atelier de deux heures Sense of Belonging, dans le cadre duquel les participants se penchent sur l’attrait de la vie dans les gangs et les problèmes que les groupes de ce type apportent à leurs membres (cet atelier met en évidence des solutions de rechange et des ressources qui peuvent aider les gens à éviter les gangs ou à en sortir); l’atelier de deux heures One Life, qui porte sur les toxicomanies, les éléments indiquant leur présence, les répercussions qu’elles ont sur la vie des toxicomanes, de leurs amis et de leur famille, ainsi que les ressources offertes aux personnes voulant obtenir de l’aide; et l’atelier Negative Energy, qui est divisé en deux séances de deux heures axées sur la colère et les réactions négatives qu’elle provoque (les participants apprennent à reconnaître les éléments qui déclenchent leur colère et ce qu’ils doivent faire pour la maîtriser).

Fonctionnement des services :

Les services sont fournis sur place.

Financement :

Le financement est fourni par le ministère de la Justice du Manitoba et le ministère de la Justice du Canada.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Les ateliers sont conçus en fonction de la rétroaction de la collectivité.

Partenaires :

Centre for Aboriginal Human Resource Development, Employment and Training; Broadway Neighbour Centre; Eagle Urban Transition Centre; Kanikanichick.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

Le rapport n’a pas été publié, et aucun des résultats obtenus ne peut être présenté.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

Pour déterminer le succès du programme, on examine dans quelle mesure les participants réussissent à faire des meilleurs choix de vie.

Réalisations :

Le fait d’avoir obtenu le respect de la collectivité à l’égard du programme et d’avoir réussi à aider les gens à vivre une meilleure vie.

Enjeux :

Obtenir du financement.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. La réussite de l’organisation est attribuable à son personnel. Le fait de baser les programmes sur des aspects culturels et traditionnels constitue le fondement du modèle de programme.

Ressources :

Pour assurer le succès du programme, il est essentiel de disposer du financement adéquat et de personnel motivé ayant reçu la formation nécessaire.

Date de modification :