l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

INTERACTIONS AU SEIN DES COLLECTIVITÉS

Interventions en matière de violence familiale

Nom du programme :

Tahsahtaweyaht Transitional Housing for Victims of Violence and Aboriginal Youth

Organisme :

At^lohsa Native Family Healing Services Inc.

Lieu :

Southwold, Ontario

Groupe cible :

Les jeunes et les adultes, hommes et femmes

Personne-ressource :

Dennis Whiteye, Gestionnaire du soutien de la collectivit et des services de sensibilisation

Téléphone :

(519) 438-0068

Courriel :

admin@atlohsa.com

Site Web :

www.atlohsa.com

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a été lancé en 2006 et se poursuit depuis ce temps.

Description du programme
Buts et objectifs :

Offrir des services et un logement de transition aux femmes et à leurs enfants ayant été victimes de mauvais traitements dans le but de les aider à obtenir du soutien dans la collectivité et à trouver et à conserver un logement. En outre, participer à l’établissement d’un plan de soutien transitoire et d’un plan de sécurité pour les participants ayant vécu dans un milieu violent et fournir les services requis conformément à ces plans.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Le programme comporte des services de soutien culturel, comme des ateliers linguistiques, des festins communautaires, ainsi que des cérémonies du calumet, de la suerie, de l’aube, de l’eau et de baptême. Toutes ces activités ont pour but d’encourager les participants à trouver la motivation nécessaire pour améliorer leur vie.

Composantes du programme :

Chaque femme participe à l’établissement d’un plan de transition personnalisé précisant des objectifs à court et à long terme, ainsi que les étapes à mettre en œuvre pour les atteindre. Ce plan précise les services et l’aide qu’elle doit obtenir ainsi que les résultats attendus, et se fonde sur les principes de la planification individuelle, de l’autodétermination et de la liberté de choix. Les participants au programme de logement de transition sont dirigés par des tiers (p. ex., les responsables d’une école appellent au sujet d’un jeune) ou se présentent d’eux-mêmes. Un plan de sécurité est établi lors de l’évaluation de la situation d’un jeune, et l’hébergement lui est offert s’il n’a nulle part où aller. Le programme cherche à prévenir la violence envers les jeunes femmes en fournissant un lieu d’hébergement sécuritaire. Ce service a été instauré pour donner suite à une initiative s’adressant aux jeunes sans-abris qui a été financée dans le cadre d’un programme gouvernemental jusqu’en 2006. Il vise à amener les jeunes délinquants qui sortent de prison à renouer avec leur collectivité. Les participants obtiennent du soutien tout en ayant la possibilité de vivre de manière autonome. Les jeunes âgés de 16 à 18 ans forment une clientèle qui est souvent laissée à elle-même. Cette initiative en matière de logement a donc pour but de les aider.

Fonctionnement des services :

Les services sont fournis sur place.

Financement :

En 2012, le programme a reçu de la Fondation Trillium de l’Ontario une subvention pour une période de trois ans afin de permettre l’embauche de personnel.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Une conférence à laquelle sont conviés Autochtones et non-Autochtone est organisée tous les deux ans. Elle donne l’occasion de fournir une information complète sur les programmes et les services offerts au grand public. L’organisme reçoit des subventions pour aider les enfants et les jeunes à y participer en leur fournissant le transport et l’hébergement. Toutes les places sont généralement occupées. Les membres de la collectivité peuvent ainsi fournir une rétroaction.

Partenaires :

Namerind; Nokeekway; la Western Student Association; le Western First Nations Student Centre; le Fanshawe College First Nations Student Centre; le Domestic Court Advisory Committee de la Ville de London and Middlesex; l’Infants and High Risk Environment Committee; le Children who Witness Violence Program Advisory Board; le Police Consultants Committee de la Ville de London; le Centre for Research to End Violence Against Women Board; le SW Ontario Aboriginal Health Access Centre Board; le National Aboriginal Circle Against Family Violence; la Southwest Ontario Shelter Association; le No More Silence Network; Community Advocates for Ontario Works and Ontario Disability; la Homeless Coalition de la Ville de London; et la Coalition against Human Trafficking.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Aucune évaluation n’a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

S/O

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

La réussite du programme se mesure par le fait que les participants continuent à faire des choix de vie sains après avoir terminé le programme.

Réalisations :

Le programme a permis d’apporter des changements positifs dans la vie des participants. Les participants vivent une vie sans violence et sans dépendance.

Enjeux :

Maintenir les services de logement étant donné les ressources humaines limitées.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. La participation de la collectivité à tous les volets du programme est cruciale pour en garantir le succès.

Ressources :

Un financement suffisant, un personnel qualifié et des locaux assez grands pour la mise en œuvre des programmes sont nécessaires pour garantir le succès du programme.

Date de modification :