l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

INTERACTIONS AU SEIN DES COLLECTIVITÉS

Relations saines : Femmes

Nom du programme :

Grandmother’s Lodge : Wharncliffe Retreat & Learning Centre

Organisme :

Grandmother’s Lodge/Anishinabe Culture

Lieu :

Thessalon, Ontario

Groupe cible :

L’ensemble de la population

Personne-ressource :

Ellie Graham

Téléphone :

705-842-3793

Courriel :

imeawasige@yahoo.ca

Site Web :

S/O

Aperçu du programme
Historique :

Le refuge offre ses services de façon continue depuis maintenant 20 ans, en dépit d’un financement parfois déficient. À l’origine, des grands-mères ont mis en commun leurs épargnes personnelles pour acheter le bâtiment et d’autres grands-mères ont apporté leur concours pour diriger les programmes et les activités qui y sont offerts. Les installations comptent une cabine et une grange, et la plupart des activités ont lieu à l’extérieur autour d’un feu sacré. Le refuge accueille en moyenne au moins dix femmes, mais ce nombre peut augmenter grandement durant l’été. Les femmes ont la possibilité d’y camper.

Description du programme
Buts et objectifs :

Procurer la guérison et le bien-être au moyen de méthodes d’éducation et de guérison traditionnelles dans un lieu retiré situé en région rurale. Les femmes obtiennent une aide pour se débarrasser de leurs souvenirs corporels, de leurs émotions négatives et de leurs traumatismes d’ordre mental et physique, y compris ceux occasionnés par les actes de violence et les mauvais traitements.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Le refuge offre une expérience aanishanaabeg unique s’appuyant sur les instructions traditionnelles de la culture. L’éthique à la base du programme tire ses racines des cérémonies autochtones féminines et met l’accent sur l’importance des relations, la préservation, le partage, la coopération, la conscience collective, la mutualité et la réciprocité. Les enseignements offrent une orientation pour le développement de relations avec soi-même, avec les autres et avec tous les êtres de la création. Les quatre dimensions du soi (spirituelle, émotionnelle, physique et intellectuelle) sont reconnues comme étant d’égale importance pour atteindre le bien-être.

Composantes du programme :

Les grands-mères œuvrent auprès des femmes ayant été victimes de mauvais traitements physiques. Elles préparent des bains à l’écorce de cèdre, utilisent des médicaments pour contribuer à la guérison, professent des enseignements pour améliorer l’estime de soi et rappelle aux participantes leurs liens avec la Terre mère et le Ciel père. La cérémonie de la renaissance cherche à aider les bénéficiaires à reprendre conscience du caractère sacré de la vie. Les grands-mères fournissent également un soutien mental, émotionnel et spirituel. Le refuge propose plusieurs programmes d’une durée de quatre jours axés sur les enseignements traditionnels; une formation de perfectionnement professionnel à l’intention du personnel de première ligne; une retraite de camping sauvage visant à renouer avec la terre; ainsi qu’une séance de formation sur la gestion du stress. Un atelier de deux jours est également offert sur des méthodes alternatives de résolution des conflits. D’autres volets du programme intègrent les cérémonies et les pratiques de guérison dans le but de permettre aux participants de rétablir les ponts avec eux-mêmes et de retrouver leur propre voix. Ces activités comprennent, entre autres, des cérémonies de la pleine lune et de la suerie, des journées de prière à la Terre mère, ainsi que des séances de counseling visant à aider à surmonter un deuil ou une agression sexuelle. De plus, le refuge est en contact avec des organismes pouvant offrir d’autres services sur demande et suivant les besoins.

Fonctionnement des services :

Les programmes sont offerts au refuge et dans la nature, mais sont souvent mis en œuvre dans d’autres collectivités et organisations.

Financement :

La Direction générale de la condition féminine de l’Ontario et Condition féminine Canada. L’organisme est associé à l’organisation philanthropique Neegoni Wabun Gi Gay Win. À l’heure actuelle, le refuge reçoit aucun financement.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

La coopération avec la collectivité est continuelle. Les femmes commencent à participer au programme grâce au bouche-à-oreille, qui est aussi appelé « mocassin télégraphe ». Les jeunes femmes qui ont pu profiter d’un mentorat contribuent à diffuser l’information sur nos services. De plus, nous collaborons avec un étudiant au doctorat pour rédiger un livre dans le but de mieux faire connaître le programme.

Partenaires :

Grandmother’s Lodge est une organisation communautaire.

Autres collaborations :

Le refuge coopère avec Health Access Centres, où les bains à l’écorce de cèdre sont donnés, ainsi qu’avec Nipissing First Nations, qui dispose d’une table de massage. Un service de consultation est offert dans ces centres et dans d’autres centres de santé des Premières Nations.

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

Le rapport n’a pas été publié, et aucun des résultats obtenus ne peut être présenté.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

Le succès se pesure par l’utilisation continue des services du refuge depuis sept ans, l’offre de services depuis vingt ans ainsi que les récits offerts par les femmes.

Réalisations :

La capacité du refuge de poursuivre ses activités grâce au travail de plusieurs grands-mères. Le programme fait l’objet d’une vaste sensibilisation. Offrir plusieurs programmes différents.

Enjeux :

Obtenir du financement. Le fait de ne pas pouvoir compter sur un financement permanent pour assurer la maintenance et l’entretien adéquats des locaux (hypothèque, assurance, services publics, téléphone), ainsi que la mise à niveau et le remplacement de l’équipement (tondeuses à gazon, débroussailleuses). Des fonds sont aussi requis pour mettre en œuvre des activités d’approche (voyager dans les collectivités dans le but d’offrir une orientation aux grands-mères), ainsi que pour assurer le marketing du refuge et de ses programmes. Une formation et des ressources humaines sont nécessaires pour aider à l’élaboration de propositions et répondre aux exigences des bailleurs de fonds.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Les grands-mères autochtones qui souhaitent contribuer au programme doivent bénéficier de mentorat et d’une formation.

Ressources :

Un soutien financier est requis pour les locaux, le concierge, la maintenance, l’entretien, les activités d’approche, le marketing, ainsi que du personnel contribuant à l’identification continue des ressources et au développement des capacités.

Date de modification :