l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

INTERACTIONS AU SEIN DES COLLECTIVITÉS

Relations saines : Femmes

Nom du programme :

In Mother’s Footsteps

Organisme :

Regional Inuit Women’s Association

Lieu :

St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador, et les environs.

Groupe cible :

Principalement les femmes, mais en tenant compte des besoins de l’ensemble de la cellule familiale

Personne-ressource :

Myrtle Banfield, coordonnatrice

Téléphone :

709-754-6541

Courriel :

mhbanfield@yahoo.ca

Site Web :

www.inuitwomen.ca

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a été lancé initialement en 2007. Cependant, l’organisation a connu une refonte en février 2011 dans le but d’être plus active. Elle compte maintenant un nouveau conseil et une vision renouvelée. Il est primordial pour l’organisation d’être à l’écoute des besoins et des priorités de chaque collectivité pour que ses programmes soient à même d’y répondre. Les membres du conseil d’administration sont présents dans chaque collectivité, et le réseau tient régulièrement des téléconférences pour faire connaître les besoins qu’ils ont cernés. Les priorités relevées sont notamment l’itinérance, l’isolement et les lacunes en matière de soins dans les collectivités (des enfants doivent voyager à Terre-Neuve depuis le Labrador pour y accéder).

Description du programme
Buts et objectifs :

Réduire l’isolement des femmes et promouvoir l’idée selon laquelle les femmes peuvent faire des choix et n’ont pas à se sentir prisonnières et seules ou à endurer la violence familiale.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

L’organisme s’assure que les programmes sont adaptés à la culture et enseigne les techniques d’artisanat traditionnel.

Composantes du programme :

Les programmes sont adaptés aux besoins propres à la collectivité. Grâce à la participation accrue de la Regional Inuit Women’s Association, il a été possible d’offrir aux bénéficiaires un programme d’artisanat axé sur l’artisanat traditionnel et de multiplier les possibilités entrepreneuriales liées à la vente des objets fabriqués ou à l’enseignement de l’artisanat. Le personnel a également créé un programme visant à former des femmes des collectivités de manière à ce qu’elles deviennent des personnes-ressources auxquelles les femmes en situation de crise peuvent s’adresser pour obtenir du soutien et de l’aide.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts dans les collectivités participantes.

Financement :

Le financement est fourni par Tasijujoak Trust; le gouvernement de Nunatsiavut; et le Women Policy Office du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Des membres du conseil et des femmes leaders sont présents dans toutes les collectivités pour s’assurer que les programmes sont conçus de manière à répondre à leurs aspirations, car les besoins et les ressources varient d’une collectivité à l’autre. Le programme prévoit également embaucher des personnes pour mener des entrevues dans chacune des collectivités afin de mieux cerner leurs besoins et leurs préoccupations.

Partenaires :

Condition féminine Canada; le Women Policy Office du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador; Violence Prevention Labrador; et le gouvernement de Nunatsiavut.

Autres collaborations :

Des organismes communautaires et des organisations de l’ensemble du Canada.

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

Les femmes semblent apprécier cette occasion de se réunir et d’acquérir de nouvelles habiletés. Le programme été accueilli avec enthousiaste.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

La réussite du programme se mesure par l’augmentation de la sensibilisation au programme et au fait qu’il est possible d’accéder à des ressources et à des gens pour obtenir une aide; la prise de conscience que la collectivité n’a pas à se sentir isolée; et le taux de participation aux veillées et aux événements visant à promouvoir l’idée que la violence familiale est inacceptable, qu’elle ne fait pas partie de la culture inuite et que personne ne doit la vivre. La participation et la réaction de la collectivité ont été excellentes.

Réalisations :

Une sensibilisation accrue et une certaine réduction de l’isolement des membres de la collectivité. Des bénéficiaires ont réussi à s’intégrer à un réseau.

Enjeux :

Obtenir du financement. L’organisme n’a pas de financement de base; il doit donc présenter régulièrement des demandes de financement. Cette situation est problématique, puisque les programmes doivent répondre aux critères de financement établis, et ceux-ci ne correspondent pas toujours aux besoins relevés par les collectivités. L’une des forces de ce programme réside dans sa capacité de cerner les besoins propres à chaque collectivité (c.-à-d. itinérance, préoccupations au sujet des familles d’accueil, niveaux variables d’isolement, ressources différentes dans les collectivités, etc.). Toutefois, l’absence d’un financement de base fait en sorte qu’il est difficile d’adapter les programmes à ces besoins. La recherche constante de fonds limite la capacité de passer à l’action.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. La plus importante leçon à retenir est d’être à l’écoute des besoins de chaque collectivité et de disposer d’un financement suffisant pour mettre sur pied les programmes permettant d’y répondre.

Ressources :

Un financement suffisant est nécessaire pour assurer la bonne marche du programme.

Date de modification :