l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

INTERACTIONS AU SEIN DES COLLECTIVITÉS

Relations saines : Femmes

Nom du programme :

Walking The Journey

Organisme :

Kinsmen Activity Place (KAP)

Lieu :

Saskatoon, Saskatchewan

Groupe cible :

Les femmes, leurs enfants et leur famille

Personne-ressource :

Kathie Pruden, coordonnatrice de programmes

Téléphone :

306-931-6962

Courriel :

kpruden@kaphouse.ca

Site Web :

S/O

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a été lancé en 2009 et il est offert de façon continue depuis. Le programme pour les femmes de Kinsmen Activity Place met l’accent sur les femmes autochtones; cependant, toutes les filles et les femmes sont les bienvenues. Une enquête menée à Saskatoon confirme que la majorité des jeunes femmes ayant des comportements à risques élevés sont des Autochtones. Bon nombre de filles et de femmes qui se retrouvent dans la rue n’ont ni compétences de base ni soutien leur permettant d’apporter des changements positifs à leur style de vie. Cependant, les premiers changements positifs dans une vie peuvent souvent créer un mouvement de synergie et leur permettre d’augmenter leur niveau de confiance, ce qui permet de poursuivre dans la même voie s’il existe un soutien suffisant. De plus, l’expérience montre que les filles et les femmes à risque ont besoin d’intervention et de soutien continus pour se sortir de la dépendance et du dysfonctionnement, reprendre en charge leur destinée et devenir indépendantes. Walking The Journey vise à offrir ce genre de soutien à ces femmes.

Description du programme
Buts et objectifs :

Offrir un soutien quotidien, holistique, individuel et familial aux clientes et à leur collectivité.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Les femmes font la cueillette des herbes médicinales avec leurs enfants et lorsque les ressources le permettent, elles font intervenir un Aîné. Les femmes peuvent demander à voir un Aîné, auquel cas la coordonnatrice organise une rencontre avec un Aîné ou une Aînée. Le cercle de partage se déroule selon les traditions. Les participantes utilisent des roches, la purification, etc. dans le cadre du cercle.

Composantes du programme :

Le programme cherche à offrir des ressources, des services d’orientation et du soutien aux femmes qui sont aux prises avec la pauvreté, l’itinérance, la toxicomanie, les problèmes de santé, la violence et l’éclatement de la famille. Il offre des séances de groupe hebdomadaires qui visent à multiplier les occasions pour les femmes grâce à l’éducation, en leur expliquant qu’il existe d’autres solutions et en leur permettant de faire part de leurs expériences dans un environnement sécuritaire et encourageant. Les clientes peuvent aussi obtenir des services individuels de counselling. Des ateliers et des séances de formation sont offerts pour aider les clientes à améliorer leurs compétences monnayables et à devenir davantage employables. Il vise à établir des partenariats avec divers organismes et ministères gouvernementaux pour permettre la durabilité des services que le KAP offre aux femmes.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts sur place.

Financement :

Le financement est fourni par la Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Le cercle de partage est dirigé par les femmes. Il n’y a pas d’animateur. Le personnel est intégré au cercle et est traité en égal. Ce sont les femmes qui prennent les décisions dans le cercle et qui organisent les ateliers, etc. Elles prennent des responsabilités et offrent leur temps et leurs services. 

Partenaires :

Le Conseil tribal de Saskatoon; Child Hunger Education Program ; Saskatoon Health region; Core Neighbourhood Youth Co-op; Stratégie pour les Autochtones vivants en milieu urbain d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada; la ville de Saskatoon; les services sociaux; les services de libération conditionnelle et de probation; les services de police de Saskatoon; Boys & Girls Club, et International Women of Saskatoon.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Aucune évaluation n’a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

S/O

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

Voir des femmes devenir des chefs de fil après avoir suivi le programme est une réussite en soi. Elles passent de l’état de victimes à l’état de modèles et elles encadrent les autres.

Réalisations :

Les femmes jouent des rôles de chefs de file et deviennent des guides pour les nouvelles clientes du programme. Être témoin de l’épanouissement personnel des participantes.

Enjeux :

Obtenir du financement; le manque de transparence des critères utilisés par les gouvernements pour déterminer la réussite d’un programme. Il est parfois difficile de gérer les relations avec les Aînés qui ne sont pas en santé. Par exemple, ils font preuve de sagesse et dispensent de bons enseignements sur la vie (particulièrement s’ils prennent part aux décisions), mais ils sont violents. De quelle manière un programme peut-il aborder ce problème sans manquer de respect (par exemple, participer à un cercle avec des femmes en ayant soi-même des problèmes de toxicomanie)?

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Un des principes fondamentaux du programme est qu’aucun jugement n’est émis, quelle que soit l’étape à laquelle les femmes sont rendues sur leur chemin de guérison – « Nous sommes toutes des sœurs ». Les programmes doivent mettre l’accent sur les enfants et demander aux Aînés de transmettre les enseignements dont ces enfants ont besoin. 

Ressources :

Des fonds sont nécessaires pour la rémunération, subvenir aux besoins personnels des femmes, pour payer des voyages permettant d’assister à des funérailles et pour nourrir les participantes. Le fait de fournir de la nourriture est une composante culturelle primordiale du programme.

Date de modification :