l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

INTERACTIONS AU SEIN DES COLLECTIVITÉS

Relations saines : Enfants et jeunes

Nom du programme :

Reclaiming Our Own Spirit

Organisme :

Creating Hope Society

Lieu :

Edmonton, Alberta

Groupe cible :

Jeunes autochtones (âgés de 12 à 15 ans)

Personne-ressource :

Bernadette Lahtail

Téléphone :

1-780-477-7961

Courriel :

Pmanager@creatinghopesociety.ca

Site Web :

www.creatinghopesociety.ca

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a débuté en 2009. Au départ, le groupe était mixte, mais les filles et les garçons ont ensuite été séparés parce que les filles étaient victimes d’intimidation de la part des garçons.

Description du programme
Buts et objectifs :

Offrir aux jeunes Autochtones à risque un environnement sûr et du soutien par les pairs.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

L’équipe du programme a recours à des cérémonies de purification par la fumée, à des cérémonies de la suerie et à des camps culturels, et a fait assister les garçons à des cérémonies du calumet. Des Aînés participent au programme et dispensent des enseignements. Des Aînées sont invitées à dispenser aux filles un enseignement destiné aux femmes, et à leur apprendre à confectionner des porte‑bébés.

Composantes du programme :

Au moyen d’activités culturelles, éducatives et de loisirs, on veille à ce que les jeunes à risque participent à des activités parascolaires sûres et on les aide à faire de meilleurs choix et à se tenir loin des activités nuisibles.

Fonctionnement des services :

Le programme offre des services sur place et prévoit des voyages supervisés pour les enfants.

Financement :

Le financement est fourni par le Centre national de prévention du crime du ministère de la Sécurité publique du Canada.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Les jeunes participent au programme après en avoir entendu parler par les membres du personnel qui visitent les écoles.

Partenaires :

L’école Rosslyn, l’école John Humphrey, le Service de police d’Edmonton, le programme ÉduRespect de la Croix‑Rouge canadienne et le programme Racism Free Edmonton.

Autres collaborations :

L’équipe du programme essaie de travailler en collaboration avec les parents, les familles, les directeurs d’école, les enseignants et les coalitions antidrogue locales.

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée (disponible sur demande).

Principales conclusions de l’évaluation :

Les obstacles à une bonne fréquentation scolaire sont liés à l’absence de bonnes compétences parentales, qui peuvent devenir un plus grand obstacle encore dans le contexte d’une famille monoparentale où le parent n’a pas suffisamment de compétences parentales. Les participants avaient une faible estime de soi, ce qui les a rendus encore plus vulnérables à la pression exercée par les pairs. Un autre élément contribuant au problème est la perte de l’identité culturelle.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

On compte un nombre élevé de participants à ce programme grâce à des mesures incitatives comme les dîners et les excursions. Des évaluations sont effectuées après chaque programme, au moyen des formulaires de collecte de renseignements avant et après le programme. Selon ces formulaires, il y a une augmentation marquée du succès du programme et de la participation au programme. Les commentaires des parents font état de la réussite des élèves qui participent au programme.

Réalisations :

En participant au programme, les jeunes ne sont plus dans les rues. Pouvoir offrir un environnement sûr et sain constitue une autre réalisation du programme.

Enjeux :

Il est difficile de faire participer les parents au programme, et la coordination du travail avec le personnel des écoles peut aussi être compliquée par moments. Parfois, des familles ne se présentent pas aux activités, et il arrive souvent que les formulaires de consentement ne soient ni signés ni renvoyés. Obtenir du financement et la viabilité du programme constituent des enjeux permanents. Si aucune source de financement continu n’est trouvée, le programme prendra fin en octobre 2012.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Les travailleurs auprès des jeunes doivent être minutieusement choisis et faire preuve de positivisme en tout temps.

Ressources :

La formation des travailleurs auprès des jeunes en ce qui a trait aux connaissances culturelles et à l’histoire est essentielle. Il est important que ces travailleurs soient des Autochtones pour que les jeunes puissent s’y identifier.

Date de modification :