l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

INTERACTIONS AU SEIN DES COLLECTIVITÉS

Changer les attitudes à l’égard de la violence dans les collectivités

Nom du programme :

Youth Violence Prevention and Healthy Relationships Project

Organisme :

Mohawk Council of Akwesasne

Lieu :

Territoire Akwesasne, Ontario

Groupe cible :

L’ensemble de la population

Personne-ressource :

Catherine Lelievre, gestionnaire de programme

Téléphone :

613‑937‑4322

Courriel :

catherine.lelievre@akwesasne.ca

Site Web :

www.akwesasne.ca

Aperçu du programme
Historique :

Le programme a débuté en 1993 et se poursuit depuis. À l’origine, le seul service offert était le programme de refuge pour les femmes, mais d’autres services se sont ajoutés, comme des logements de transition (deuxième étape) et un programme d’intervention auprès des partenaires violents.

Description du programme
Buts et objectifs :

Éduquer les femmes au sujet de la violence familiale, de la manière d’établir et de maintenir des relations et des modes de vie sains et de la manière de composer de façon constructive avec les troubles de santé mentale.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Le personnel compte deux experts de la culture, un à temps plein et l’autre à temps partiel. Ils animent trois séances culturelles en semaine et font appel aux traditions holistiques, qui comprennent la cuisine, des cérémonies et des remèdes traditionnels. Les participants sont emmenés dans différents endroits où ils peuvent apporter leurs propres remèdes ou rencontrer un devin,un guérisseur ou un autre détenteur de savoir qui possède l’expertise qu’ils recherchent en particulier. La culture fait partie de toutes les composantes du programme pour le mieux‑être des familles d’Akwesasne. Le récit d’histoires est largement utilisé pour l’enseignement du respect, de l’honneur et d’autres leçons de vie dans tous les programmes. D’autres histoires sont également présentées par l’entremise de vidéos et d’autres médias.

Composantes du programme :

Le programme vise à faire de la prévention et de la sensibilisation en matière de violence familiale dans la collectivité. À cette fin, des conférences pour tous sont offertes, et un très grand panneau‑réclame ayant pour but de sensibiliser le public à l’égard de la violence dans la collectivité a été conçu en collaboration avec la police mohawk. Le personnel du programme se rend dans les écoles de la collectivité pour discuter avec les enfants de la violence familiale et des gestes qu’ils peuvent poser (c.‑à‑d. créer des plans de sécurité et bien les comprendre). Des dépliants sont remis aux policiers pour qu’ils les distribuent aux victimes afin de les encourager à demander de l’aide au refuge. Les femmes ont accès à des programmes de logement de première et de deuxième étape, et les hommes, à des programmes conçus pour les agresseurs. Le programme d’intervention auprès des partenaires violents qui est rattaché au programme pour le mieux‑être aide les hommes et les femmes qui commettent des actes de violence contre leur conjoint à changer leur comportement et à faire des choix de vie plus positifs et plus sains.

Fonctionnement des services :

Les services sont fournis sur place.

Financement :

Le financement est fourni par l’entremise de la Stratégie de ressourcement pour le mieux‑être des Autochtones du ministère des Services sociaux et communautaires de l’Ontario, par Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, par Community of Information, Empowerment and Transparency Canada, ainsi que par le ministère du Procureur général de l’Ontario.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Quand une personne termine un programme, un sondage de satisfaction de la clientèle (ou enquête à la sortie) est effectué, et ce, pour tous les programmes. On demande au client comment améliorer le programme et ce qui, selon lui, fonctionnerait mieux, etc. Le sondage est fait de façon anonyme. Les hommes qui prennent part au programme d’intervention auprès des partenaires violents, d’une durée de 16 semaines, répondent eux aussi à un tel sondage.

Partenaires :

Des partenaires sont affiliés au programme, mais aucun d’entre eux n’est nommé.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

L’évaluation a permis de conclure que le programme pour le mieux‑être des familles d’Akwesasne est gravement sous‑financé, que la rémunération du personnel est bien inférieure à celle versée dans d’autres refuges et qu’il y a beaucoup plus de rapports à produire que dans les refuges provinciaux.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

La réussite du programme se mesure par le nombre de clients qui n’ont pas récidivé un an après la fin du programme, qui n’entretiennent pas de relations violentes, qui vivent bien et sont autonomes et qui retournent à l’école et à l’université.

Réalisations :

Sensibilisation accrue à l’égard de ces problèmes. Soutien communautaire et organisationnel accru. Les personnes ayant terminé le programme ont, dans plusieurs cas, décidé de contribuer de façon significative à leur collectivité.

Enjeux :

Obtenir du financement. L’accès aux drogues et aux armes dans la collectivité constitue un enjeu. La proximité de la frontière canado-américaine est aussi un enjeu puisque beaucoup de femmes n’ont pas de pièces d’identité officielles. En outre, le temps d’attente sur le pont peut être très long.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Les femmes doivent avoir accès à de solides options durables plutôt qu’uniquement retourner auprès d’un partenaire violent. De plus, il est vital d’offrir davantage de solutions aux femmes en matière de logement et de programmes habilitants, ainsi que d’accroître la sensibilisation à l’égard de ces différentes options et de la façon d’y accéder. Les femmes doivent tout savoir sur la planification de la sécurité, les consultations juridiques et le fonctionnement des processus judiciaires. Il est important de savoir comment fonctionne le système juridique. Des thérapies à long terme devraient être offertes.

Ressources :

Un financement suffisant, du personnel qualifié et des locaux pour la mise en œuvre du programme sont essentiels à la réussite du programme.

Date de modification :