l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

PROBLÈMES SOCIAUX

Services aux travailleuses de l’industrie du sexe

Nom du programme :

Sex Trade Out Reach Mobile (S.T.O.R.M.)

Organisme :

Minwaashin Lodge

Lieu :

Ottawa, Ontario

Groupe cible :

Les travailleuses de l’industrie du sexe.

Personne-ressource :

Mary Montgomery

Téléphone :

S/O

Courriel :

MMontgomery@Minlodge.com

Site Web :

www.minlodge.com

Aperçu du programme
Historique :

Le programme existe depuis 2008. Le programme a pris de l’ampleur, ce qui permet au personnel d’offrir des services à un nombre croissant de participantes.

Description du programme
Buts et objectifs :

Aider les femmes qui ont des besoins immédiats à combler sur le plan médical ou en matière de sécurité ou de refuge, et réduire les préjudices dont elles sont victimes.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Les enseignements traditionnels touchent à tous les aspects du programme. Par exemple, les femmes sont invitées à une cérémonie de purification par la fumée, et les techniques médicinales sont toujours mises de l’avant. Les responsables du programme croient aussi fermement qu’il est important de soutenir les femmes, sans s’immiscer dans leur vie.

Composantes du programme :

Le programme aide les travailleuses de l’industrie du sexe à trouver un refuge d’urgence, et tente d’établir le contact avec ces travailleuses pour discuter avec elles des mesures qu’elles peuvent prendre pour assurer leur sécurité dans les rues. Il s’agit d’un programme ambulant dans le cadre duquel le personnel se déplace en voiture pour aller à la rencontre des travailleuses dans l’environnement où elles évoluent, à savoir les rues. Grâce au programme, les travailleuses peuvent aider les policiers à dresser une « liste de clients mal intentionnés »; il encourage les travailleuses à fournir aux policiers des renseignements à propos de ces derniers, par exemple une description physique, une description de leur voiture et des détails touchant l’incident. Le personnel conserve de l’information à propos des travailleuses (leur identité et l’endroit où elles travaillent), surveille leurs allées et venues et pose des questions à leur propos s’il ne les a pas vues depuis un certain temps. Il remplit aussides rapports de disparition, au besoin.

Fonctionnement des services :

Les services sont offerts dans la collectivité.

Financement :

Le programme est financé par la ville d’Ottawa.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

S/O

Partenaires :

Community Assisting Sex Trade Workers; le service de police; l’Armée du Salut; la Société Elizabeth Fry; le Sexual Assault Service Centre.

Autres collaborations :

S/O

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Une évaluation a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

Le rapport n’a pas été publié, et aucun des résultats obtenus ne peut être présenté.

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

La réussite du programme se mesure par le niveau de satisfaction des participantes.

Réalisations :

Les participantes cherchent maintenant à accéder aux services offerts par le programme. Grâce au bouche-à-oreille, d’autres femmes ont appris l’existence du programme et commencé à recourir à ses services.

Enjeux :

Les collectivités qui ne veulent pas que des travailleuses de l’industrie du sexe exercent leurs activités sur leur territoire chassent ces dernières, qui vont travailler plus loin et que l’on risque de perdre de vue. Cela fait courir de plus grands risques aux femmes, et leur occasionne un plus grand nombre de difficultés dans l’éventualité où elles veulent obtenir de l’aide.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Les collectivités qui ne veulent pas que des travailleuses de l’industrie du sexe exercent leurs activités sur leur territoire chassent ces dernières, qui vont travailler plus loin et que l’on risque de perdre de vue. Cela fait courir de plus grands risques aux femmes, et leur occasionne un plus grand nombre de difficultés dans l’éventualité où elles veulent obtenir de l’aide.

Ressources :

Un financement suffisant, du personnel qualifié et des locaux sont nécessaires pour garantir le succès du programme.

Date de modification :