l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

INTERACTIONS AU SEIN DES COLLECTIVITÉS

Accroître la sensibilisation dans la collectivité en général

Nom du programme :

Community Wellness Program

Organisme :

Equay-wuk Women’s Group

Lieu :

Sioux Lookout, Ontario

Groupe cible :

L’ensemble de la population (dans les collectivités des Premières Nations du Nord-Ouest)

Personne-ressource :

Darlene Angeconeb, Coordonnatrice de projet

Téléphone :

1-800-261-8294

Courriel :

equaywuk@bellnet.ca

Site Web :

www.equaywuk.ca

Aperçu du programme
Historique :

Le Community Wellness Program existe depuis 1994. Le Equay-wuk Women’s Group a été établi en 1989 par des femmes du Nord travaillant à Sioux Lookout (hôpital, école, conseils de bande). Au départ, la plupart des collectivités étaient seulement accessibles par avion, mais aujourd’hui, la majorité de celles-ci sont accessibles par voie terrestre. L’organisme a été créé en raison du manque de services offerts aux femmes dans le Nord. L’organisation a fait ses débuts avec un cercle de couture servant à aborder le sujet de la violence familiale. Les femmes invitaient la police et des infirmières à venir leur parler de sécurité. Avec le temps, les femmes Equay-wuk ont ouvert un refuge pour femmes à Sioux Lookout. 

Description du programme
Buts et objectifs :

Fournir des services de soutien adaptés à la culture, des ressources et de l’information et tenir des ateliers sur le problème de la violence familiale à l’intention des hommes, des femmes, des jeunes et des familles autochtones.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Il s’agit d’un programme axé sur des ateliers dotés d’un volet culturel important. Les Aînés fournissent des enseignements culturels et dirigent les activités traditionnelles, telles que les cérémonies de la suerie, la cueillette d’herbes médicinales et les cérémonies de tambour. Durant les ateliers, certains exercices incluent la collecte d’éléments de la nature (c.-à-d. de la mousse) et ses usages traditionnels sont intégrés aux ateliers. Les usages traditionnels des aliments sont parfois débattus.

Composantes du programme :

Le programme cherche à promouvoir le mieux-être pour aider à relever le défi que pose la violence familiale dans la collectivité. Il s’efforce aussi de fournir du matériel éducatif aux clients et contribue à mettre en place des services de soutien adaptés à la culture dans la collectivité pour aider tout un chacun.

Fonctionnement des services :

Les services sont fournis sur place dans les collectivités autochtones participantes.

Financement :

Des fonds sont fournis dans le cadre de la Stratégie de ressourcement pour le mieux-être des Autochtones du ministère des Services sociaux et communautaires de l’Ontario.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Une rétroaction est formulée à la fin des ateliers. D’ordinaire, chaque fois qu’un atelier a lieu, une évaluation est effectuée.

Partenaires :

Sioux Lookout Area Management Board (partenariat). Northern Nishnawbe Education Council (finance des programmes ECE, des écoles secondaires, postsecondaires); Shooniya-Wabitoong Area Management Board (partenariat); Wawatay Native Communications Society : Promotion de programmes; Nodin Counseling (ressources et counseling).

Autres collaborations :

Les responsables du programme collaborent aussi avec diverses Premières Nations cherchant à établir des contacts communautaires afin d’organiser ou de tenir des ateliers.

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Aucune évaluation n’a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

S/O

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

La réussite du programme se mesure par le niveau de participation, qui respecte ou surpasse les attentes, l’octroi de fonds pour les projets et les évaluations des programmes par les clients et les membres du conseil.

Réalisations :

Poursuite fructueuse des activités sans financement de base. Les femmes sont devenues des chefs de file et des modèles grâce au programme. Du point de vue politique, une réalisation a été de s’assurer que les voix des femmes sont représentées à l’échelle régionale du gouvernement. En 2002, les chefs de conseil ont accepté que deux femmes soient présentent à la table pour représenter les collectivités de l’est et de l’ouest. En 2004, le NAN Women’s Council a été créé et existe toujours. Aujourd’hui, les femmes font entendre leur voix et comptent huit représentantes. 

Enjeux :

Obtenir du financement. Il s’agit d’une organisation caritative, mais en raison de la nature du travail et du manque de ressources, les responsables n’ont pas le temps de procéder à des activités de financement. On éprouve aussi de la difficulté à fournir des enseignements culturels dans une collectivité essentiellement non traditionnelle.

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Si un programme est en mesure d’offrir un programme d’éducation de la première enfance, où les étudiants demeurent dans leur propre collectivité et bénéficient d’une formation à même leurs collectivités  et remettent des travaux, cela constituerait une reproduction positive. 

Ressources :

Des affectations de formation pour le personnel désirant participer au programme seraient bénéfiques.

Date de modification :