l'Initiative de lutte contre la violence familiale

RECUEIL DES PRATIQUES PROMETTEUSES VISANT À RÉDUIRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES AU CANADA ET À ACCROÎTRE LEUR SÉCURITÉ –ANNEXE AU RECUEIL : DESCRIPTIONS DÉTAILLÉES DES PRATIQUES

INTERACTIONS AU SEIN DES COLLECTIVITÉS

Accroître la sensibilisation dans la collectivité en général

Nom du programme :

Domestic Violence Training

Organisme :

Equay-wuk Women’s Group

Lieu :

Sioux Lookout, Ontario

Groupe cible :

Femmes des Premières Nations (18 ans et plus), jeunes (18 à 29 ans).

Personne-ressource :

Darlene Angeconeb, Coordonnatrice de projet

Téléphone :

1-800-261-8294

Courriel :

equaywuk@bellnet.ca

Site Web :

www.equaywuk.ca

Aperçu du programme
Historique :

Le Equay-wuk Women’s Group a été établi en 1989 par des femmes du Nord travaillant à Sioux Lookout (hôpital, école, conseils tribaux). Au départ, la plupart des collectivités étaient seulement accessibles par avion, mais aujourd’hui, la majorité de celles-ci sont accessibles par voie terrestre. L’organisme a été créé en raison du manque de services offerts aux femmes dans le Nord. Il n’y avait pas de refuges pour femmes. L’une des femmes a déménagé à Sioux Lookout et constaté l’absence de services d’aide aux femmes. Le programme a fait ses débuts avec un cercle de couture pour aborder le sujet de la violence familiale.  Les femmes invitaient la police et des infirmières à venir leur parler de sécurité. Avec le temps, les femmes Equay-wuk ont ouvert un refuge pour femmes à Sioux Lookout

Description du programme
Buts et objectifs :

Sensibiliser les gens à la violence familiale dans les collectivités éloignées des Premières Nations; mettre en œuvre quatre ateliers de formation sur la violence familiale à l’intention des fournisseurs de services communautaires/travailleurs des collectivités éloignées des Premières Nations; mettre à jour et revoir le matériel/trousse de formation sur la violence familiale; et distribuer le matériel/trousse de formation sur la violence familiale dans 31 Premières Nations éloignées.

Méthodes traditionnelles et autochtones :

Les Aînés participent au programme et offrent l’accès aux cérémonies et aux enseignements pour faciliter les aspects du programme. Durant les ateliers, certains exercices comprennent la cueillette d’éléments naturels (c.-à-d. de la mousse) et ses usages traditionnels sont intégrés aux ateliers. Les usages traditionnels des aliments sont parfois débattus.

Composantes du programme :

Le programme présente des séances d’information dans les collectivités. Les responsables ont établi une Déclaration communautaire pour les collectivités des Premières Nations, tout particulièrement pour que les chefs et les conseils participent aux efforts visant à « éliminer la violence. ». Les ateliers sont parfois intitulés « Healthy Communities/Healthy Nations ». Les participants regardent des vidéos qui exposent en détails ce que la violence fait aux enfants. Des ressources sont fournies aux collectivités et aux travailleurs des collectivités pour qu’ils tiennent des séances dans le cadre d’ateliers. De nombreuses collectivités exploitent des stations radiophoniques et le programme se sert de ce moyen de communication pour lire des scénarios. Parfois, les gens appellent pour discuter. Le programme fournit des ressources et certaines sont traduites dans la langue autochtone. Les brochures sont aussi traduites. L’information porte sur la violence familiale, ce qu’elle est et le type d’aide qu’il est possible d’obtenir. Des séances de formation sur la sensibilisation à la violence familiale sont intégrées dans tous les programmes de l’organisme, y compris le programme d’éducation de la petite enfance et le programme de formation axé sur les compétences. Un facilitateur tiendra un atelier particulier sur la sensibilisation à la violence familiale. Le programme est de nature holistique et s’applique à toute la famille.

Fonctionnement des services :

Les services sont fournis sur place ainsi que dans divers endroits dans la collectivité.

Financement :

Les fonds proviennent de la Direction générale de la condition féminine de l’Ontario et de la fondation Héritage Canada.

Partenaires et intervenants
Participation des groupes cibles :

Le comité de planification du projet regroupe des membres et du personnel du conseil.

Partenaires :

Sioux Lookout Area Management Board; Northern Nishnawbe Education Council; Shooniya-Wabitoong Area Management Board; Wawatay Native Communications Society; et Nodin Counseling.

Autres collaborations :

Les responsables du programme collaborent aussi étroitement avec 31 autres collectivités des Premières Nations.

Renseignements sur l’évaluation du programme
Évaluation :

Aucune évaluation n’a été réalisée.

Principales conclusions de l’évaluation :

S/O

Résultats du programme
Indicateurs de succès :

La réussite du programme se mesure par le niveau de participation aux ateliers (nombre de personnes) et la capacité des programmes à réussir à obtenir du financement.

Réalisations :

Avoir obtenu la représentation des femmes au cours des réunions du Conseil des chefs.

Enjeux :

Les frais de déplacement constituent un défi de taille. Des fonds additionnels doivent être fournis à l’égard des programmes destinés aux femmes vivant en régions éloignées, des refuges pour femmes, des collectivités, des groupes de femmes. 

Renseignements utiles à la reproduction du programme
Conseils sur la reproduction :

Le programme peut être reproduit. Aucune recommandation n’est formulée.

Ressources :

Un financement suffisant, un personnel qualifié et la participation de la collectivité sont nécessaires au succès du programme.

Date de modification :