La consommation de drogues et la perpétration d'infractions

Q3. Quelle est l'attitude du public envers la décriminalisation des drogues?

Un Canadien sur trois croit que la possession d'une petite quantité de marijuana ne devrait pas constituer une infraction criminelle.

La possession devrait être passible d'une amende

Dans un sondage mené en mars 2002 par Gallup, 37 % des Canadiens se sont dit en faveur de décriminaliser la possession d'une petite quantité de marijuana. Quatre répondants sur dix (40 %) croyaient que la possession devait être passible d'une amende tandis que 22 % estimaient que la possession devait être une infraction criminelle. Bien que la proportion de répondants estimant que la possession devait être une infraction criminelle ait diminué de 13 % depuis 1977, c'est-à-dire la première fois que Gallup a posé cette question, la proportion de répondants en faveur de la décriminalisation a augmenté sensiblement puisqu'elle était de 14 % en 1977. La proportion de Canadiens croyant que la possession devait être passible d'une amende est tombée de 48 % en 1999 à 40 % en 2002.

Figure 1 : Appui du public pour la possession de marijuana 1977-2002

Figure 1 : Appui du public pour la possession de marijuana 1977-2002

[Description]

Source : The Gallup Poll, 19 avril 2002, volume 62, no 22.

Différences entre les sexes dans les opinions au sujet de la décriminalisation

Les hommes étaient plus portés que les femmes à penser que la possession ne devait pas constituer une infraction (43 % contre 31 %), tandis que les Canadiens âgés de 50-64 ans étaient les plus en faveur (44 %) de décriminaliser la possession de petites quantités de cette substance, suivis des répondants âgés de 18-29 ans (41 %), de 30-39 ans (35 %), de 40-49 ans (35 %) et de 65 ans ou plus (26 %).

Les résidents de la Colombie-Britannique sont les plus favorables à la décriminalisation

L'opinion publique sur le caractère criminel de la possession varie d'une région à l'autre. Les répondants de la Colombie-Britannique sont les plus en faveur (44 %) de décriminaliser la possession de marijuana, suivis de ceux du Québec (41 %), des provinces de l'Atlantique (38 %), de l'Ontario (35 %) et des Prairies (29 %).

Source

Sondage Gallup, 19 avril 2002, volume 62, no 22.

Date de modification :