Prix national du maintien de l'ordre dans le domaine de la justice pour les jeunes du ministre de la Justice

Lauréat du Prix national du maintien de l'ordre dans le domaine de la justice pour les jeunes de 2019

Le programme « Intimidateur en encadrement »

Les lauréats du Prix national du maintien de l’ordre dans le domaine de la justice pour les jeunes du ministre de la Justice de 2019 sont les agents Christine Cayouette, Stéphane Desjardins, Amélie St Georges et Marilou Arsenault, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour leur programme « Intimidateur en encadrement ».

Dans le cadre de leur travail auprès des jeunes ayant des démêlés avec la justice, l’agente Cayouette et son équipe ont constaté que même si plusieurs programmes d’intervention auprès des victimes et de sensibilisation à l’intimidation avaient été mis au point à l’intention des élèves, il existait peu d’outils d’intervention préventive pour les intimidateurs eux-mêmes. Mis en œuvre en 2012, le programme « Intimidateur en encadrement » comble cette lacune dans les services destinés aux jeunes contrevenants.

Le Programme est conçu pour fournir aux policiers, aux membres du personnel scolaire, aux intimidateurs, aux victimes, aux parents et aux autres partenaires communautaires une stratégie structurée et novatrice pour prévenir les cas d’intimidation et intervenir lorsque l’intimidation survient. L’objectif du Programme est de corriger le comportement du jeune par l’intervention et la réhabilitation afin d’éviter qu’il ait à nouveau des démêlés avec le système de justice pénale.

Le programme « Intimidateur en encadrement » facilite la mise en place d’une approche collaborative et globale pour prévenir l’intimidation en aidant les jeunes à comprendre les répercussions juridiques et sociales de leurs actes. L’une des façons d’y parvenir est la justice réparatrice.

Initialement créé comme projet pilote en septembre 2011 à l’école secondaire Lucien-Pagé, ce programme s’est avéré extrêmement efficace. Dans l’année qui a suivi sa mise en œuvre initiale, le Programme a remporté le Prix d’excellence lors du Séminaire Intersection. En 2014, 43 écoles de la région de Montréal et plusieurs postes de quartier du SPVM participaient au Programme.

L’agente Christine Cayouette s’est jointe au SPVM en mai 2000. Avant de prendre sa retraite, l’agente Cayouette a eu l’occasion de travailler comme agente de quartier, agente sociocommunautaire et agente enquêteuse en collision. À titre d’agente sociocommunautaire dans le domaine de la prévention, des relations communautaires et des interventions auprès des jeunes, l’agente Cayouette a pris l’initiative d’élaborer le programme « Intimidateur en encadrement » en collaboration avec l’école secondaire Lucien-Pagé, le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) et le Tribunal de la jeunesse. La passion, le dévouement et l’expertise de l’agente Cayouette ont grandement contribué au succès du Programme.

L’agente Amélie St-Georges s’est jointe au SPVM en 2008 et est patrouilleuse à pied depuis 2018. L’engagement de l’agente St-Georges envers la justice et sa motivation à assurer le bien être de sa collectivité ont énormément contribué à la poursuite du programme « Intimidateur en encadrement ».

L’agent Stéphane Desjardins s’est joint au SPVM en avril 1992. Depuis, il a été agent de quartier, agent de l’unité des gangs de rue, agent solo et agent communautaire. L’agent Desjardins travaille comme agent sociocommunautaire dans le même secteur (Villeray) depuis 2000 et a créé de nombreux partenariats dans l’ensemble de la collectivité pendant cette période. En tant qu’agent de police responsable de l’établissement du partenariat du SPVM avec l’école Lucien-Pagé, l’agent Desjardins veille à la mise en application et à la continuité du programme « Intimidateur en encadrement ».

L’agente Marilou Arseneault-Bouchard a amorcé sa carrière au SPVM en mars 2006. Après 10 ans à répondre aux appels, à analyser des cas de violence physique et à enquêter sur ceux-ci, elle travaille maintenant comme patrouilleuse à pied. L’agente Arseneault-Bouchard travaille avec les jeunes dans diverses écoles de sa région, participe à la réhabilitation des sans‑abri et s’emploie à prévenir les mauvais traitements envers les aînés. Elle met régulièrement en application le programme « Intimidateur en encadrement » dans son travail auprès des jeunes dans les écoles de la région de Montréal. De plus, elle a préparé un atelier sur la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents qu’elle offre régulièrement pour aider à informer les jeunes des mesures applicables en cas d’infraction criminelle.

Lauréats précédents

Le Prix national du maintien de l'ordre dans le domaine de la justice pour les jeunes du ministre de la Justice a été créé en l'an 2000. Voici les lauréats précédents:

Date de modification :